La Malerune

Standard

MalerunePierre Grimbert-Michel Robert
Version intégrale Éditions Livre de Poche

Une bien étrange paire se présente aux portes du château Garamont : un sorcier autoritaire et susceptible, accompagné d’un homme-loup aussi effrayant que noble de coeur. Pour la jeune Ariale, retenue prisonnière dans sa chambre, nul doute qu’ils ont un lien avec le chevalier Eras, son père mystérieusement disparu… Une compagnie d’aventuriers des plus inattendues naît alors. Zétide le puissant sorcier, Hogo le noble et monstrueux Lycante, la belle et farouche Lucia, et, bien sûr, Ariale partiront à la recherche du chevalier Eras et tenteront de percer le secret de sa quête.

Une trilogie de fantasy en un seul volume : tout pour me plaire !

Cette trilogie met en place un univers particulier qui requiert une assimilation plus ou moins longue avec beaucoup d’informations au départ. Cela n’est toutefois pas un point négatif puisque plus l’assimilation est exigeante, plus l’univers est marqué et spécifique, ce qui est toujours appréciable en fantasy. Le concept des deux mondes avec des plaques de jonction est très bien trouvé même si c’est un peu tout noir et tout blanc : les gentils d’un côté, les méchants de l’autre (ce sont d’ailleurs ces derniers qui rompent l’équilibre). Le concept des runes magiques qui gouvernent les mondes est très sympa, lui aussi.

On retrouve malgré tout des éléments incontournables : il s’agit d’une longue quête qui regroupera des personnages traditionnels de ce genre d’activité, mais aussi des personnages inattendus, entre autres, un homme-loup, un homme oiseau en armure, une petite fille, etc. Du classique et du moins classique, donc, ce qui est encore un bon point puisqu’on retrouve les repères du genre, mais avec un souffle nouveau.

Les personnages ont des personnalités fortes et sont très attachants. J’ai beaucoup aimé le guerrier-loup et les deux pans conflictuels de sa personnalité. C’est très bien vu et ça apporte plus de profondeur. Une mention spéciale également pour Lucia, la guerrière au caractère de cochon et pour le sorcier amateur de bon vin ! Mon seul bémol, mais pas des moindres, concerne l’utilisation faite du golem. Je trouve dommage d’avoir utilisé le nom d’une créature connue et mythique pour quelque chose qui n’a rien à voir.

La quête est bien amenée également et étalée stratégiquement dans le temps. Il se passe toujours quelque chose et même si nos héros combattent beaucoup, ils ne font pas que ça non plus, ce qui est également très plaisant à la lecture. Ils n’ont pas la vie facile et c’est tant mieux : on n’en attend pas moins de ce genre de roman ! Enfin, le dénouement comporte encore des rebondissements. On profite jusqu’au bout ! Pourtant, sans en dévoiler trop, je dois avouer que j’ai été un peu déçue par la toute fin, que je trouve un peu facile. Je veux bien que la rune ait des effets fabuleux, mais là c’est un peu trop malgré tout.

La trilogie est bien équilibrée, mais il est préférable de lire les trois tomes d’un coup, je pense. J’ai trouvé le tome 3 en dessous des autres de façon générale, c’est un peu dommage.

Je ne sais pas s’il s’agissait d’un projet à quatre mains dès le départ ou si d’autres circonstances ont motivé à l’écriture à quatre mains. Je n’ai pas trouvé d’indications à ce sujet sur Internet. Je vais tâcher de me renseigner…

Merci au Livre de Poche et à Livr@ddict pour ce beau partenariat dont la lecture aura été très plaisante.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s