Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Standard

le_cercle_litteraireMary-Ann Shaffer & Annie Barrows
Paru chez NiL

Janvier 1946. Tandis que Londres se relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre un monde insoupçonné, délicieusement excentrique ; celui d’un club de lecture au nom étrange inventé pour tromper l’occupant allemand : le « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ». De lettre en lettre, Juliet découvre l’histoire d’une petite communauté débordante de charme, d’humour, d’humanité. Et puis vient le jour où, à son tour, elle se rend à Guernesey…

Cet ouvrage se présente sous la forme de lettres échangées entre le personnage principal, Juliet et certains de ses amis. Au fur et à mesure de son attachement aux membres du cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, le nombre de ses correspondants deviendra plus important.

Cette présentation sous forme de lettres m’a tout d’abord fait hésiter. J’aime plutôt les récits. J’en ai donc parcouru deux trois « pour voir » et finalement j’ai lu tout le livre ! Les lettres sont de styles et de longueurs différents, ce qui évite la monotonie et ce n’est donc pas un frein à la lecture. De plus, à la réflexion, les échanges par lettre sont parfaitement adaptés à la situation d’après-guerre. Juliet déclare d’ailleurs, qu’elle a bien le téléphone, mais que celui-ci gît sous les décombres de son appartement rue machin…

Le style est très frais et l’humour est présent tout au long des lettres. Les personnages gardent leur sérieux, mais le lecteur ne peut s’empêcher de sourire de leurs réparties. On sent le vent d’après-guerre qui pousse les gens, non pas à oublier leurs souffrances passées, mais à aller de l’avant et reconstruire leur vie. On est ici témoin non seulement de leur vie sous l’occupation, mais aussi des premiers balbutiements de leur vie après l’occupation.

Tout comme Juliet, notre charmante héroïne, on s’attache très vite aux membres du Cercle littéraire et à la jeune Kit. Leurs modestes expériences personnelles et leurs vies simples (qui pourraient paraître insignifiantes à certains) recèlent une richesse infinie.

Petit bémol, le roman s’essouffle un peu à la fin de la deuxième partie. Heureusement que Juliet part à Guernesey pour relancer tout ça !

En résumé, je dirais que c’est un roman plaisant à lire. Toutefois, je ne me joindrais pas au concert d’éloges, dont il (a) fait l’objet. En ce qui me concerne, il manque un petit quelque chose pour en faire un livre qui marque, quelque chose que je ne saurais pourtant définir…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s