Le coeur en braille

Standard

coeur en braillePascal Ruter
Paru chez Didier jeunesse

Jusque là, pour Victor, une année scolaire c’est du saut à l’élastique sans l’élastique. Ce qu’il préfère ? Écouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son drôle de père… Quand il ne s’amuse pas à planquer le PQ des toilettes des filles, il essaie d’échapper aux punitions qui pleuvent sur lui comme la foudre sur le paratonnerre. Mais lorsque Marie-José, génie absolue, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de math, c’est tout son univers qui implose…

Voici un très beau roman, frais, léger et pourtant avec un réel fond. Un vrai roman, un roman de grand !

Les personnages sont hauts en couleur. Ils sont très marqués, chacun dans leur style, mais ça leur va bien et puis… il faut parfois se méfier des apparences.
Ainsi, Victor est un cancre avéré et pourtant, sa rencontre avec Marie-José changera tout. N’est pas cancre qui veut ! Nous ne doutions pas vraiment de ses capacités intellectuelles. Sa grande maîtrise du manuel Krebs et de l’univers des Panhard, son bagou et ses questionnements et réflexions profondes nous avaient mis la puce à l’oreille. Il ne manquait que le déclic. L’amour lui donnera des ailes et il réussira à devenir un élève moyen.
Surtout, ce changement radical dans sa vie lui permettra de devenir lui, ce qui n’est pas rien à son âge (il entre en quatrième). C’est même tout. Et nous serons soulagés de savoir notre héros sur de bons rails à l’âge où tout peut déraper.

Le ton est léger et drôle, je me suis laissée emporter (que dis-je nous nous sommes laissés emporter puisque toute la famille, sauf le petit dernier, l’a lu). Le texte est ponctué de passages pleins d’humour, on sourit et parfois on rit même franchement, ce qui en soi est un véritable tour de force. Écrire un roman à la fois intimiste et drôle, c’est beau, surtout lorsqu’il s’adresse à des adolescents.

Ce livre est un petit voyage dans l’univers intime d’un adolescent, un univers qui change du tout du tout cette année de quatrième. Ces changements se produisent subtilement, au fil du temps, presque à l’insu de Victor. Philosophe, celui-ci saura faire le point sur le chemin parcouru.

Un dernier point… Le titre est magnifique. Une histoire à lui tout seul. Avec la belle couverture d’Anne Montel, c’est un roman qui donne vraiment envie !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s