Lettres d’amour de 0 à 10

Standard

Lettres_d_amour_de_0_a_10De Susie Morgenstern
Paru chez Maximax, l’école des loisirs

Ernest a dix ans. Dix ans de vide : sa mère est morte le jour de sa naissance et son père a disparu. Dix ans d’ennui : sa vie avec sa grand-mère, prénommée Précieuse, n’a rien de très exaltant : école, goûter, devoirs, soupe. Pas de téléphone, pas de télévision (petit apparté de la chroniqueuse : à la fois, quand on voit les imbécilités parfois diffusées par la petite lucarne, on peut s’interroger sur la nécessité de l’objet, mais là n’est pas la question). Seule distraction : une mystérieuse lettre que le grand-père d’Ernest avait envoyée du front pendant la guerre, une lettre indéchiffrable.
Ernest est bon élève, solitaire et taciturne, pour ne pas dire muet. Jusqu’au jour où Victoire de Montardent arrive dans sa classe et jette son dévolu sur lui. Car Ernest est beau, ce que les autres filles de la classe avaient déjà remarqué…

Une sympathique découverte au hasard de nos vacances estivales. ça tient à peu de choses : une propriétaire de gîte passionnée de littérature jeunesse (et accessoirement professeur des écoles) et hop, nous voilà avec une belle pile de livres à éplucher.

Après tri de ma part, celui-ci me semble adapté à l’âge de ma grande qui l’avale d’un trait. Je m’empresse de le croquer ensuite également et je sors à l’instant de cette lecture, toute guillerette. Guillerette ? Oui ! Ce livre est réjouissant ! Ce livre est un vrai régal, que dis-je un délice ! Et même s’il ne porte aucune date de péremption, il est à consommer sans tarder et sans modération.

Les personnages sont tout à fait attachants, que ce soit du côté d’Ernest, avec ses petites vieilles, sa petite routine, son grand vide, ou de celui de Victoire chez qui c’est, bien évidemment, tout le contraire. Et ces deux là se rencontrent pour le meilleur ! Le ton est léger, même dans les passages les plus graves. Cela permet une lecture agréable et captivante pour les jeunes lecteurs qui seront emportés par un tourbillon savamment orchestré qui va crescendo.

Victoire viendra dépoussiérer l’existence d’Ernest avec un naturel désarmant, une spontanéité touchante et un enthousiasme formidables et nous assisterons à l’éveil du jeune garçon qui aura l’impression de naître une seconde fois, mais « pour de vrai » cette fois-ci. Car finalement c’est bien de cela dont il s’agit : la vie, avec ses hauts et ses bas, les sentiments que l’on exprime ou pas, les rapports avec les autres, qui ne sont pas toujours simples. Si seulement chaque enfant taciturne pouvait rencontrer sa Victoire !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s