On n’a rien vu venir

Standard

On n a rien vu venirDe Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau, Clémentine Beauvais, Annelise Heurtier, Agnès Laroche, Fanny Robin et Séverine Vidal
Illustré par Aurore Petit
Préface de Stéphane Hessel
Paru chez Alice jeunesse

Des manifestations de liesse populaire ont lieu dans toutes les rues : le Parti de la Liberté a gagné les élections… Mais, très vite, le nouveau pouvoir exclut tous ceux qui s’éloignent un tant soit peu de la norme (les « mal-habillés », les « trop-foncés », les « pas-assez-valides »…) et instaure des règles de plus en plus coercitives : heure de lever obligatoire pour tous, jours de congé fixes, choses qu’on ne peut pas dire, faire, manger ou porter… La liste des nouvelles lois et prohibitions s’allonge, les contrevenants sont traqués et des caméras de surveillance sont installées dans certains domiciles. Comment en est-on arrivé là ?

Ce livre intrigue immédiatement par sa couverture épurée et lorsqu’on lit la quatrième de couverture, forcément, on a envie d’en savoir plus.
C’est une lecture d’actualité au lendemain des élections, le genre d’ouvrage qu’il faudrait faire lire à tous à la veille des élections. Sauf qu’à ce moment-là, les gens n’en peuvent plus à force de n’entendre parler que de ça depuis des mois ! Mais ce n’est pas le débat…

Revenons à nos moutons, ce livre, donc, traite d’un sujet sensible (la mise en place d’une dictature)… de ce qu’il arrive quand on ne réfléchit pas assez à nos actes… de notre condition et nos devoirs de citoyen. Ce thème est ici admirablement mis à la portée des relativement jeunes lecteurs. Le livre est affiché à partir de 9 ans, mais je trouve que c’est un peu tôt quand même, ne serait-ce que par rapport aux enseignements dispensés en classe à cet âge-là. Je le conseillerais donc à partir de 10-12 ans.

J’ai trouvé les textes à la fois touchants et tellement vrais. Ils arrivent même à être drôles par moment alors que le sujet ne prête guère à rire. La partie sur les nuanciers est notamment très très forte ! Inversement, à d’autres moments, on a les larmes aux yeux… Le livre n’est pas moralisateur, et c’est là sa grande force : il pousse le lecteur à réfléchir et à ne pas suivre le troupeau de moutons les yeux fermés.

Le fait qu’il soit écrit à sept voix n’est pas un frein, au contraire. Chaque auteur apporte son angle de vue, sa petite touche, mais l’ensemble, parfaitement maîtrisé, reste cohérent. Ces sept voix qui parlent à l’unisson sont donc une belle « valeur ajoutée ». L’alchimie fonctionne parfaitement.

Je suis sortie de cette lecture complètement bluffée et il m’a d’ailleurs fallu un peu de temps avant de pouvoir en parler. C’est un livre qui va me trotter longtemps dans la tête, je le sais et je vais d’ailleurs me faire un plaisir d’en parler autour de moi, car il me semble évident qu’il doit être lu ! Certes, tous les livres sont faits pour être lus… Mais celui-ci encore plus que les autres ! Il devrait même être inscrit sur les listes des livres recommandés par le Ministère de l’Éducation nationale ou élevé au rang d’ouvrage d’utilité publique…

Advertisements

2 responses »

  1. merci infiniment pour cet article qui nous touche beaucoup, presque deux ans après la sortie du livre et encore tellement d’actualité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s