Chaplin, tome 1 : En Amérique

Standard

Chaplinde Laurent Seksik et David François
Paru chez Rue de Sèvres

Comment un garçon, né dans un quartier pauvre de Londres, de deux parents artistes ratés, père alcoolique, mère folle, a pu devenir, à 25 ans, le plus grand cinéaste de son temps, en mettant Hollywood ses pieds ; l’inventeur du cinéma moderne, un créateur visionnaire et un acteur d’exception, légende vivante, porte-parole des misérables, des moins que rien, des vagabonds, et producteur immensément riche, artiste engagé dans tous les combats de son temps, dictatorial avec les siens, et que son amour des femmes rend un colosse aux pieds d’argile dans l’Amérique puritaine. C’est cette conquête de l’Amérique que retracera ce premier volume. D’une vie de misère à la Oliver Twist à la gloire absolue d’un géant, adulé de New York à San Francisco que vient déjà menacer la passion de la chair et l’engagement politique. Cette première aventure débute en 1910 quand il quitte l’Angleterre pour les Etats-Unis et se termine vers 1920, en pleine notoriété puisqu’il est déjà une des personnalités les plus connues au monde.

Quelle riche idée, ce roman graphique sur Charlie Chaplin, personnage qui laisse peu de gens indifférents. Je ne sais pas quelle est la part de fiction et la part de réalité dans ce récit mais il me semble très bien documenté et la vie de Chaplin est déjà suffisamment rocambolesque sans qu’il soit nécessaire d’en rajouter. Pour autant, les auteurs n’ont pas souhaité proposer ici une énième biographie mais bien l’aventure d’une vie. Du coup l’accent sera plutôt mis sur sa vie et son cheminement plutôt que sur une présentation de ses films. Cela tombe bien, Charlie Chaplin a eu une vie riche et était, je pense, quelqu’un d’extraordinaire au quotidien.

La BD n’est pas très longue mais tout y est et surtout l’ambiance. Le scénario et la mise en scène offrent un dynamisme et un côté facétieux qui conviennent parfaitement au thème. L’ensemble est plein d’une joie communicative, c’est un régal qui se déclinera, donc, en trois tomes !

3 responses »

  1. Je trouve qu’on ne reconnaît pas vraiment Charlie Chaplin, c’est un peu dommage, mais j’y jetterai un œil quand même !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s