Tag Archives: Didier jeunesse

New Earth Project

Standard

De David Moitet
Paru chez Didier jeunesse

En 2125, le réchauffement climatique et la montée des eaux mettent le monde en péril. Une seule alternative : New Earth Project, le voyage vers une nouvelle terre habitable.
Elle est une “grise” issue d’un bidonville, il est un intouchable protégé par le Döme.
Isis et Orion, unis par une complicité naissante, sont séparés lorsque la jeune fille est tirée au sort pour rejoindre le New Earth Project. Cette initiative, lancée par un milliardaire qui n’est autre que le père d’Orion, est entourée de mystère.
Orion va alors mener l’enquête, jusqu’à la vérité qu’il n’aurait jamais dû découvrir. Un parcours semé d’obstacles qui forgera sa personnalité, et renforcera ses sentiments pour Isis.

À la fois imaginaire et basé sur des faits réels (pollution, montée des eaux), cette dystopie frappe fort, nous laissant entendre que cela pourrait être notre monde de demain. On retrouve le clivage riches/pauvres, puissants/faibles (et corvéables à merci), mais aussi la corruption de la caste des intouchables, les privilégiés qui tirent les rênes et ont le pouvoir.

Ici, ce sont les jeunes qui feront avancer les choses, avec leurs tripes, avec leur coeur, avec l’enthousiasme de la jeunesse.
La mise en place de l’intrigue est intéressante et l’univers proposé très riche et intéressant. Ici science-fiction et enquête se mêlent habilement, sur fond d’écologie.
Le récit est dense et intense mais accessible, à la fois clair et fourni, très agréable à lire…

Un beau message d’espoir et d’optimisme : « l’impression de voir éclore une génération capable de conjuguer la vie au futur et pas seulement au présent. »
Un beau voyage capable de convaincre également les non amateurs de science-fiction.

 

Le jardin des épitaphes – Aimez-moi

Standard

De Taï-Marc Le Thanh
Paru chez Didier jeunesse

Pour Double-peine, Poisson-pilote et leur grand frère, le road trip se poursuit dans une Amérique dévastée. Direction San Francisco. Plus rien ne peut les arrêter : ils franchissent les obstacles avec force et optimisme, sûrs de retrouver bientôt leurs parents. Mais de douloureux souvenirs viennent hanter notre héros et anéantir ses certitudes.

Et si la plus grande menace qui pesait sur sa famille était là, dans les terribles secrets qui surgissent du passé ?

Ce tome 2 démarre cash, au  point de déstabiliser le lecteur.
On entre tout de suite dans le vif du sujet, avant un petit flashback pour éclaircir ce qui s’est passé entre la fin du premier tome et le premier chapitre. (heureusement, sinon c’est frustrant !!!)

Ensuite, ça roule, enfin si je peux dire parce qu’on n’est pas dans un récit linéaire pour autant, loin s’en faut. L’Amérique offrira son lot de créatures, de complications, de rebondissements. Oui, ça rebondit un max. Pour autant, le parcours des trois enfants semble quelque part un peu plus “facile” sur le territoire américain. Mais ce n’est peut-être qu’une impression. Il faut dire qu’il y a du nouveau grain à moudre avec les révélations liées au passé. Cela prend pas mal de place dans ce tome 2. On en apprend chaque fois un peu plus, le schéma se dessine…

Et juste au moment où le lecteur trouve le dénouement un peu trop rapide, paf, le rebondissement ultime le prend par surprise.
Et c’est reparti mon kiki jusqu’à ce que… quoiiiii c’est déjà la fin ??? Ah mais non !

Le jardin des épitaphes est un roman d’aventure palpitant (à lire d’une traite), bien mené par Taï-Marc Le Thanh qui, une fois encore, dévoile le mordant de sa plume et réussit à mélanger trash, humour, tendresse, amour, héros, aventures, rock et suspens avec brio (et encore j’en oublie certainement).

 

La famille Cerise – La course des Guignols

Standard

De Pascal Ruter
Paru chez Didier jeunesse

En ce début de vacances, Zouille et Yoyo Cerise, les intrépides jumelles, ainsi que leurs fidèles amis, Max et Papillon, bouillent de rage. Angèle, leur pire ennemie, ne cesse de leur jouer des mauvais tours. Il n’y a donc pas de vacances pour les teignes ? Comment clouer le bec, à cette peste ? Zouille finit par lui lancer un défi : Angèle et ses frères affronteront les Cerise et leurs amis à la grande course de bateaux ! Pas question d’être des guignols, tous les coups sont permis, même les plus drôles !
Alors à vos marques, prêts, ramez !

Il s’agit du tome 2 de cette série pour jeunes (mais déjà bons) lecteurs, dans la collection de romans illustrés avec un marque-page détachable.

Le marque-page n’est pas un gadget, à cet âge, il est difficile de comprendre qu’on n’est pas obligé de lire son livre en une seule fois, ce qui peut rebuter certains lecteurs (qui n’oseront pas s’attaquer à un livre plus épais).

Le récit commence directement, pour entrer dans le vif du sujet : ce tome opposera les soeurs Cerise et leurs amis à Angèle. Inutile d’avoir lu le tome 1, ça marche très bien sans. Si on l’a lu tant mieux, ça permet de resituer le contexte mais ce n’est pas indispensable non plus.
On retrouve ce côté loufoque juste comme il faut qui nous avait emballé sur le tome 1. Les personnages sont toujours aussi attachants, la grand-mère est top ! C’est rythmé, dynamique, avec suffisamment de suspense et de rebondissements pour mener le jeune lecteur jusqu’au bout en passant un excellent moment. Les illustrations s’accordent bien avec le texte et favorisent l’imagination. Cette histoire sur l’amitié est définitivement à mettre entre toutes les mains : unis ont est plus forts, la violence ne résoud rien, un message essentiel pour les cours de récré !

C’est un beau petit roman pour rire, rêver, réfléchir aussi et un peu trembler par moments…

Clarinha – Un conte des Açores

Standard

De Muriel Bloch
Illustrations Aurélia Fronty
Paru chez Didier jeunesse

Clarinha vit sur l’île de Florès, Martim sur l’île de Terceira. Depuis leur naissance, ils sont promis l’un à l’autre mais ne se connaissent pas. Un jour, un autour – immense oiseau de proie – enlève Clarinha et la dépose sur l’île de Terceira où il va lui faire vivre de grandes épreuves. Avant que sa destinée se réalise enfin…

Il s’agit d’un très beau livre grand format. Ce format fait honneur aux très belles illustrations d’Aurélia Fronty, tout en douceur et délicatesse.

L’histoire appartient quant à elle au patrimoine culturel des Açores et a été traduite, puis réinterprétée par Muriel Bloch. Le récit est agréable et poétique même si son déroulement coule de source à partir de l’arrivée de Clarinha sur l’île de Terceira, avec un dénouement assez rapide et facile. Dommage que la magie et le mystère du départ n’aient pu être conservés jusqu’au bout…

Pour autant, ce conte, qui peut parler aux petits comme aux grands, invite à la réflexion et au rêve.

Barracuda for ever

Standard

De Pascal Ruter
Paru chez Didier jeunesse

 

C’est sur un rythme endiablé au son des « Barracudas » de Claude François que Napoléon, 85 ans, décide de commencer une nouvelle vie. Avec l’aide de son petit-fils, Léonard, ils enchaînent les quatre cent coups : adoption d’un chien nommé Point à la ligne, projet d’enlèvement, bowling et castagne, séquestration de la garde malade… Gare à ceux qui voudraient faire comprendre à l’ancien boxeur qu’il est trop… vieux !

Barracuda for ever est un roman magnifique qui parvient à combiner (sans effort apparent) sensibilité et humour. Quelle tendresse dans ce texte. Dans les rapports entre Napoléon et Joséphine, dans l’amour inconditionnel que porte Léonard à son Empereur de grand-père, dans les dessins de la mère de Léonard… Quelle sensibilité aussi. Léonard voit son grand-père, ce roc, ce monument changer, vieillir et c’est dur ! Personne n’a envie de ça : ni le premier concerné, ni son petit-fils.

Ce roman est sorti parallèlement aux éditions JC Lattes pour un public adulte. Je trouve que c’est une excellente idée car ce livre s’adresse finalement à tous. Cette lecture a fait résonner une corde sensible en moi. Je me suis surprise à penser à mon grand-père, à sa façon de ne pas vouloir vieillir non plus, au temps qui pourtant passe inexorablement… Cette histoire émouvante et poignante peut faire vibrer bon nombre d’entre nous. Grandiose !

Le jardin des épitaphes – Celui qui est resté debout

Standard

De Taï-Marc Le Thanh
Paru chez Didier jeunesse

Suite à une série de catastrophes, appelées « épitaphes », le monde se retrouve plongé dans le chaos. Un ado, doté de super pouvoirs mais qui émerge de deux années d’amnésie, retrouve son petit frère et sa petite sœur cachés à Paris. Ensemble, ils font route vers le Portugal, seul endroit où ils pourront prendre la mer afin de rejoindre leurs parents à San Francisco. Mais leur chemin sera semé d’embûches et de grands dangers. Il leur faudra affronter les conséquences d’un monde dévasté, abritant désormais des zombies, des machines tueuses, des hommes fous, des mutants, et peut-être bien pire encore…

Quel plaisir de retrouver la plume de Taï-Marc Le Thanh dans une nouvelle aventure.
Pour le Jardin des épitaphes, il a créé tout un monde, rien que ça !
Pour le fun, des illustrations des personnages sont également proposées parce que Taï-Marc Le Tanh a le sens du détail, du spectacle et un solide sens de l’humour. Les personnages sont d’ailleurs des gens de son entourage relookés pour l’occasion.

Le récit ne manque d’ailleurs pas d’humour. L’auteur réussit à traiter cette fin du monde apocalyptique avec légèreté, finesse, sur fond de rock ‘n roll pur jus. Il dépoussière la littérature de l’imaginaire et ça fait du bien ! Finis les vampires torrides, ici on a des zombies qui croustillent !!!!

Les fans feront avec plaisir le parallèle avec la série Jonah. Même si les univers n’ont rien à voir, on retrouve en effet quelques similitudes (traitées différemment), comme une continuité en pointillés.

Un road-movie très sympa qui décoiffe allègrement !
Un titre qui garde son mystère jusqu’au bout, voire plus.
Un roman accrocheur pour 365 pages de bonheur…

Petits par la taille mais grands par le contenu

Gallery