Tag Archives: Didier jeunesse

La seizième clé

Standard

Seizieme cleD’Eric Senabre
Paru chez Didier jeunesse

Dans l’immense manoir d’Hemyock, la vie d’Oswald est plutôt confortable : tout un personnel lui est dévoué pour qu’il développe ses talents de jeune prodige. Une étrange maladie lui interdirait tout contact avec l’extérieur : aussi ne connaît-il ni ses parents, ni le monde qui entoure la propriété. Mais à l’approche de ses 16 ans, le garçon s’interroge de plus en plus sur les zones d’ombre que compte son existence. Venue de nulle part, une jeune fille le contacte secrètement et l’incite à fuir avec elle. Mais comment sortir de ces murs ? Devant eux, le mystère est bien plus grand qu’ils ne l’imaginent…

Pour ceux qui suivent ce blog, je suis une grande fan d’Eric Senabre qui propose toujours des histoires originales, bien ficelées et bien écrites. Celle-ci ne fait pas exception à la règle.

Le récit est très mystérieux dès le départ. Le lecteur est vite pris dans ses filets ! Encore mieux, le mystère dure et s’épaissit même. Jusqu’au bout on ne sait pas trop où l’auteur va nous emmener, ce qui est un sentiment délicieux pour le lecteur.

L’aventure est palpitante, avec des rebondissements, des révélations, des surprises.

Ce sera donc un coup de cœur pour ce roman original, au texte soigné et agréable, aux personnages très attachants et accessoirement, à la couverture magnifique.

226 bébés

Standard

226 bebesDe Flore Vesco
Paru chez Didier jeunesse

À 76 ans, Chrysostome, dit Bert, fraîchement retraité, coule des jours heureux dans sa maisonnette. Jusqu’au jour où son jardin, situé au-dessus d’un trafic aérien de cigognes, se retrouve envahi par… 226 bébés ! Adieu, calme et tranquillité. Or Bert ne compte pas se laisser enquiquiner par une tripotée de geignards. Ni une ni deux, il les installe dans une charrette et commence son périple. De village en bourgade, tous les moyens sont bons pour refourguer la marmaille : vente à la criée sur les marchés, adoptions par des princesses esseulées… Moins 1 bébé, moins 10 bébés, moins 20 bébés… Ouf ! Moins 225 bébés ! Au bout du compte, le vieillard solitaire et bougon se laissera-t-il attendrir ?

Un petit road movie sympathique en charrette. Les 226 bébés accomplissent des prouesses et tout ce petit monde se trouvera confronté à de vrais vilains, mais aussi des personnages de contes célèbres. Une belle prouesse stylistique également, avec pas moins de 126 mots différents pour désigner les bébés. Flore Vesco fait preuve d’un humour fantastique et nous entraîne dans une histoire définitivement réjouissante. Je suis tentée d’ajouter, comme d’habitude. J’ai beaucoup aimé !

Elyssa

Standard

ElyssaD’Eric Senabre
Paru chez Didier jeunesse

Un haut dignitaire romain est assassiné sous les yeux de son épouse, Elyssa. Accablée de chagrin, celle-ci accepte de reprendre la mission du défunt et embarque pour Carthage. C’est le début d’une aventure à haut risque pour la jeune femme, qui doit déjouer un complot contre Rome, et qui rêve secrètement de venger la mort de son époux.

J’aime beaucoup le style d’Eric Senabre. Ses romans sont toujours bien écrits, avec une intrigue intéressante et synonymes d’un bon moment de lecture en perspective.

Celui-ci ne fait pas exception. Ici le langage est plutôt soutenu, car le narrateur est un érudit. Peut-être concernera t-il donc en priorité des lecteurs plus aguerris, même si les autres peuvent tout à fait se laisser entraîner également dans cette palpitante aventure d’espionnage sur fond de complots et de stratégies politiques entre Rome et Carthage. Tout les ingrédients pour en faire un roman excellent sont réunis : une belle (et intelligente) jeune femme, des vilains de chaque côté, quelques hommes d’honneur, du suspense, une intrigue très palpitante, une incursion dépaysante dans l’Antiquité romaine, etc…

J’ai un peu traîné pour le lire puisqu’il est sorti il y a un petit moment déjà mais cela aurait été dommage de passer à côté. Ce sera mon troisième coup de coeur lecture de début d’année. 2020 commence en beauté !

Le cirque Amicus

Standard

cirque amicusD’Eric Senabre
Paru chez Didier jeunesse

Londres, 1912. Le jeune Collins profite de l’arrivée du cirque Amicus pour gagner quelques sous. Mais le lion et l’ours disparaissent mystérieusement et font l’objet d’une demande de rançon… L’avenir du cirque est en péril ! Collins, en gamin débrouillard, ne tarde pas à trouver des indices. Qui du magicien, du clown ou du Monsieur Loyal est à l’origine de ce complot machiavélique ?

Dans une ambiance années 1900 qui évoque un peu l’esprit Charlie Chaplin, Eric Senabre nous propose un album long sous forme d’enquête menée par un gamin débrouillard. J’apprécie les romans de cet auteur et j’avais envie de voir ce que pouvait donner une forme courte. Le récit fonctionne bien, mais on se sent finalement pas tant que ça sur un format album, que ce soit en raison des thèmes traités ou du volume de texte….

Le livre est superbe, en très grand format, avec une couverture qui attire l’œil. Les illustrations intérieures tiennent par ailleurs les promesses de la couverture, ajoutant un brin de poésie au texte. C’est un très bel ouvrage !

Monsieur Mozart ou le cadeau des étoiles

Standard

Monsieur MozartTexte Carl Norac
Interprété par François Morel
Illustrations Marie Dorléans

Un grand génie et une petite voix, trois larmes et dix rires, une sorcière et une amoureuse, des opéras du soir et une petite musique de nuit, un papillon et beaucoup d’étoiles.
Voici chaque étape de la vie d’un virtuose habité, un brin décalé, devenu un génial compositeur. Un texte poétique, drôle et tendre, lu par François Morel, sur les plus belles pages musicales de Mozart.

Le livre CD retrace la vie de Mozart.
Cette biographie pour les enfants est très intéressante car elle s’appuie sur des anecdotes qui donnent du rythme et font parfois sourire le lecteur. C’est une bien agréable façon de découvrir un peu la vie de ce compositeur.

Pour autant, même si le livret est soigné, avec le texte intégral et de belles illustrations parfaitement adaptées à l’ambiance “Mozart”, il n’est là que comme accompagnement. C’est en effet l’interprétation et les arrangements qui rendent cette biographie brillante et réussie. François Morel raconte agréablement et son récit est entrecoupé de nombreux extraits variés et bien choisis. L’écoute est très vivante et agréable.

L’agence Pendergast tome 1 – Le prince des ténèbres

Standard

Agence PendergastDe Christophe Lambert
Paru chez Didier jeunesse

Des monstres menacent la ville ? Une solution : l’Agence Pendergast !
Au pied de la statue de la Liberté se cache une organisation secrète très spéciale, l’Agence Pendergast. Ses super agents ont pour mission d’intercepter les créatures paranormales qui arrivent à New York dans le flot des migrants. Entre Joe, l’Indien cogneur, et Célia, la liseuse de cartes, la bande de l’Agence cherche à s’agrandir. Pourquoi pas avec ce jeune voleur des rues, pris la main dans le sac ? Filou et intrépide, Sean Donovan est la nouvelle recrue de M. Pendergast.
Mais encore faut-il qu’il fasse ses preuves… Chaparder les portefeuilles des New-Yorkais n’est rien à côté des épreuves qui l’attendent !

Un premier tome d’une série jeunesse qui aborde le paranormal.
Dans cette histoire, la fiction et la réalité cohabitent, ce qui devrait séduire un certain nombre de jeunes lecteurs. Par ailleurs, le rythme reste assez vif et le personnage principal est un vrai héros courageux au grand cœur, de quoi achever l’opération séduction (les parents, quant à eux, frissonneront en voyant la mention de Joe l’indien, alias leur cauchemar de jeunesse !).

Malgré toutes ces qualités, j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose, peut-être parce que cette aventure est un peu trop rapide et promet trop de choses pour un si petit format… Cela étant, il existe également un tome 2 et 3, qui permettent sans aucun doute de développer et continuer l’exploration de cet univers. A voir…

Je découvre les berceuses classiques

Standard

BerceusesIllustrations Delphine Renon
Paru chez Didier jeunesse

Ce livre tout cartonné fait partie de la fort sympathique collection Mon petit livre sonore. Le principe est le même que sur les précédents: trois piles boutons avec position ON/OFF (!!!!) permettent d’activer une bande son sur chaque double page lue avec l’enfant. Il suffit de poser son doigt sur le petit rond. L’enfant peut le faire seul !

Cette fois, chaque page est ciblée sur un  instrument à vent : clarinette, flûte traversière, hautbois, cor. C’est un concept sympa qui permet de se familiariser avec un instrument via un extrait connu.
Le choix des extraits est sympa, j’ai été ravie d’y trouver La chanson de Solveig !
Comme le nom l’indique, il s’agit d’extraits, donc ne vous attendez pas à profiter d’une œuvre complète au long cours… Cela permet de rester toutefois dans l’esprit du concept : un petit livre tout doux à regarder et écouter juste avant de se coucher sans y passer 1 heure. Cela change de l’histoire du soir, pour varier les plaisirs !

Encore un petit mot pour vous parler des illustrations qui sont très belles, pleines de poésie et toutes douces. On se régale les yeux en même temps que les oreilles !