Tag Archives: Gallimard

La passe-miroir livre 4 – La tempête des échos

Standard

Passe-mioir4De Christelle Dabos
Paru chez Gallimard

Le monde est sens dessus dessous. L’effondrement des arches a bel et bien commencé. Une seule solution pour l’enrayer : trouver le responsable. Trouver l’Autre. Mais comment faire sans seulement savoir à quoi il ressemble ? Ophélie et Thorn se lancent ensemble sur la piste des échos, ces étranges phénomènes qui semblent la clef de toutes les énigmes. Ils devront explorer plus en profondeur les coulisses de Babel ainsi que leur propre mémoire. Et pendant ce temps, sur Arc-en-Terre, Dieu pourrait bien obtenir le pouvoir qu’il convoite tant. De lui ou de l’Autre, qui représente la plus grande menace ?

Et voilà le dernier de cette saga. Une saga en quatre tomes qui aura pris son temps avec un rythme de parution assez lent. Du coup, j’ai cette fois décidé de la relire dans sa totalité pour mieux profiter de ce dernier tome et d’avoir tous les détails bien en tête.

Cette quatrième aventure est une belle conclusion dynamique : pas de raccourcis pour terminer à tout prix, les surprises et rebondissements sont présents jusqu’au bout, le rythme est soutenu, l’intrigue palpitante. Ce tome étant la suite directe du précédent, c’est assez plaisant de les enchaîner, pour une belle et longue lecture (comme je les aime !). Une fois de plus, j’ai plongé avec grand plaisir dans cet univers et je me suis franchement régalée.

La saga de la passe-miroir est un coup de cœur pour moi : c’est de la belle fantasy, très originale, avec un vrai univers digne d’intérêt créé de toutes pièces. Une saga qui dépoussière définitivement le genre et qui restera certainement une référence. L’intrigue est très bien maîtrisée, jusqu’au bout, avec une belle densité et des sous-intrigues dans l’intrigue principale. Les personnages sont superbement imparfaits et attachants.
Une lecture 100% plaisir…

Bravo ! Cette saga mérite sans aucun doute l’engouement qu’elle suscite.

Inventer les couleurs

Standard

Inventer les couleursDe Gilles Paris
Paru chez Gallimard

Hyppolite vit avec son papa à Longjumeau. La vie pourrait être grise, avec un papa qui s’échine entre les quatre murs d’une usine, et l’école où Hyppolite fait l’apprentissage d’une vie avec ses copains Gégé et Fatou. Seulement voilà Hyppolite dessine et les couleurs transfigurent tous ceux qui l’approchent.

Et si un enfant pouvait faire grandir les adultes autour de lui ?

Comme souvent, c’est la couverture de ce petit roman illustré jeunesse qui m’a attirée. Je ne connaissais pas l’illustratrice Aline Zalko mais elle gagne à être connue. Ses illustrations multicolores sont magnifiques, tout en légèreté et à la fois avec une présence forte.

Le texte sensible et émouvant aborde la période charnière du passage de l’enfance à l’adolescence, période délicate entre toutes. On reconnait bien l’auteur d’Autobiographie d’une courgette dans ce texte. Ici aussi, il y est question de gens cabossés, d’amitié, d’amour, de la vie quoi, avec ses hauts et ses bas… Tout cela avec beaucoup de tendresse et d’optimisme.

Je ne sais comment classer ce livre : roman jeunesse très court, ce n’est toutefois pas une première lecture. Pourquoi pas “nouvelle jeunesse” ? En tout cas n’hésitez pas, lisez-le !

La passe-miroir livre 3 – La mémoire de Babel

Standard

LaPasseMiroirDe Christelle Dabos
Paru chez Gallimard

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

Que dire ? L’attente entre chaque tome est longue mais délicieuse également. Non non je ne suis pas tombée sur la tête ! Tout simplement, l’attente permet d’oublier suffisamment l’intrigue, pour mieux s’y replonger ensuite.
Pour ma part, j’ai relu le livre 2 avant d’attaquer celui-ci. Ma fille a recommencé du 1.
Toujours est-il que l’on retrouve notre héroïne à l’écharpe. Notre metteuse de pieds dans le plat préférée. Ce choix d’une héroïne si peu conventionnelle fonctionne en effet parfaitement car on s’y attache, on admire son parcours, on a envie de la soutenir et on peut même s’y identifier un peu. Elle est parfaite !

Elle nous mènera cette fois sur l’arche de Babel. C’est une formidable idée de nous faire changer d’arche : nouveau décor, nouvelle ambiance, nouvelles règles. On ne s’ennuie pas une micro-seconde !

Ce livre 3 reste sur un niveau d’excellence jusque dans les angles : une intrigue qui dépote, du suspense, des personnages hauts en couleur, un personnage principal qui évolue (grandit ?), une maîtrise parfaite du texte, un univers extraordinaire et une sacré pirouette finale.

Un livre tellement passionnant qu’il se lit en un battement de cils malgré son tour de taille assez conséquent.
Cette série renouvelle formidablement la littérature fantastique. Merci !

Harry Potter Séances magiques – Le pouvoir du Patronus

Standard

Paru chez Gallimard jeunesse

Expecto patronum !
Grâce à ce livre magique, redécouvre le plus célèbre des sortilèges de défense et rejoue les scènes mythiques des films Harry Potter.

Je vous entends d’ici soupirer “Un douze millième livre sur le monde d’Harry Potter…” Effectivement, chaque fin d’année nous apporte désormais son lot de livres Harry Potter. Les fous du petit sorcier devenu grand se les procurent tous sans exception, les “juste fans”, piocheront tranquillement dans cette production harry-pottesque.

Ce livre a le mérite de proposer un concept nouveau : un théâtre d’ombres chinoises. Sur le thème du patronus, il présente différentes scènes à regarder dans le noir avec une projection de lumière ciblée sur la fenêtre pour un rendu en grand sur votre mur. Chaque scène est accompagnée du texte et des dialogues correspondants, histoire qu’on sache de quoi on parle. Bien sûr on ne peut lire le texte dans le noir, donc il faut jongler entre la lumière et les ténèbres !!!

Les images projetées sont très réussies et le livre lui même est un bel objet de qualité (là je m’adresse aux collectionneurs !) avec une couverture d’une esthétique irréprochable.
Les séances magiques se déclinent sur différents thèmes (quidditch, créatures..).

Le monde des sorciers de J. K. Rowling – La magie du cinéma

Standard

Paru chez Gallimard

Aux côtés de Harry Potter et du magizoologiste Norbert Dragonneau, découvrez dans ce livre captivant les secrets des réalisateurs des «Animaux fantastiques» et revivez les grands moments de la saga «Harry Potter». Cet ouvrage extraordinaire, qui regorge d’images somptueuses et de révélations sur les acteurs et les décors des films, offre également de nombreuses surprises à ouvrir, à manipuler et à déployer, en fac-similé et en trois dimensions!

Enfilez un masque de Mangemort, feuilletez un exemplaire authentique du Chicaneur, faites tourner le Cadran magique du niveau de risque d’exposition aux Non-Maj’ du MACUSA, ouvrez la valise enchantée de Norbert Dragonneau… Plongez dans le Monde des Sorciers de J.K. Rowling et laissez-vous porter par la magie du cinéma !

Un très beau livre grand format, couverture cartonnée avec dorures et relief, pour les fans.

Un vrai livre de grand avec un sommaire et une centaine de pages dédiées aux films de l’univers d’Harry Potter. La première partie concerne Les animaux fantastique et la seconde Harry Potter. Chaque double page est richement illustrée et documentée, avec des explications claires et intéressantes ainsi que des anecdotes croustillantes sur les coulisses des films. Aucun détail n’est laissé au hasard, c’est très bien fait et intéressant. On en apprend plus sur les personnages ainsi que les lieux.

En bonus, de très beaux masques de Mangemorts, pour prolonger la magie et le rêve…

Harry Potter et l’enfant maudit – Parties un et deux

Standard

harry-potter-et-l-enfant-mauditD’après une histoire originale de J. K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne
Traduction Jean-François Ménard
Paru chez Gallimard

La huitième histoire, dix-neuf ans plus tard.

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Avec un énorme succès outre Manche, ce huitième tome s’est lancé à la conquête des lecteurs français. Même s’il s’agit ici d’une pièce de théâtre, les anciens fans devenus grands se sont rués sur Harry Potter et l’enfant maudit.

Pour autant, la narration sous forme de pièce de théâtre demande un temps d’adaptation. On ne peut avoir la fluidité d’un roman au format classique. Les échanges sont basés sur les dialogues, une autre façon de voir les choses en somme. Pour autant, les auteurs se sont lancés dans une vraie aventure. Le récit est un peu long à démarrer et donne d’abord une impression décousue mais dès les scènes 9-10 de l’acte I, on replonge dans des aventures passionnantes.

C’est un huitième tome qui mérite d’être lu et qui tient tout à fait sa place dans la saga. Une belle surprise !

Dans les veines ce fleuve d’argent

Standard

fleuve_dargentDario Franceschini
Traduction Chantal Moiroud
Paru chez Gallimard, Folio

À l’heure où sa vie approche de son automne, Primo Bottardi décide de revenir sur les lieux de sa jeunesse et de retrouver un ami qui lui avait posé quarante ans plus tôt une question à laquelle il n’avait pas su répondre. Son périple le ramène au bord du Pô, parmi les pêcheurs d’esturgeons, dans une atmosphère de brume et d’eau qui change la plaine en un mirage infini. La présence immémoriale du fleuve imprègne les faits et gestes des hommes. Elle nourrit leur vie, s’insinue dans leurs rêves et les saisit parfois de crainte ou d’effroi, jusqu’à la tragédie finale qui confère au récit les accents définitifs du mythe. On a pu parler à propos de ce roman de « réalisme magique ». La lenteur du voyage, le pittoresque des personnages, la douceur des rencontres et le sortilège de maints épisodes contrastent avec la silencieuse et obscure pression du destin que l’on sent peser sourdement et qui révélera enfin son visage dans une scène inoubliable et foudroyante.

Ce petit roman est un véritable voyage, à la fois lent et trop court, paradoxalement. Nous partirons en compagnie de Primo Bottardi sur les rives du fleuve de son enfance, à la recherche de l’un de ses camarades de classe. Primo, cet homme qui confond le silence et le froid et qui peut se promener dans les rêves des autres, prend son temps et laisse les souvenirs remonter à la surface. Il retrouvera ainsi l’environnement qui a bercé son enfance et sa jeunesse, un environnement où le grand fleuve tranquille est omniprésent. Le fleuve qui nourrit les hommes et les emporte parfois, comme la famille décimée de cette femme qui pleure tous les matins. Il se souviendra des pêcheurs d’esturgeon, des histoires de sa grand-mère, des lavandières, des odeurs… Il écoutera également Artioli, le charretier, dévider ses souvenirs. Chacune des vies qu’il croise est liée inexorablement au fleuve. Un vieux haleur dira en parlant de l’eau : « Nous la regardons chaque matin, nous la buvons, elle nous fait vivre, nous en rêvons la nuit. Notre monde est ici, entre les digues, et c’est là que nous voulons mourir. En dehors, c’est la terre des autres. ». Primo réalisera qu’il fait un voyage dans le temps, une sorte de retour à la source… Nous suivrons son cheminement au fil des pages, jusqu’à ce qu’il nous révèle cette fameuse question posée par son camarade quarante ans auparavant et sa réponse.

Les personnages sont attachants et très pittoresques. Il s’agit de vies simples et tranquilles, de gens bons. Au fil des rencontres, on découvre la vie (d’autrefois) le long du fleuve, où le temps semble être suspendu un instant…

Le texte est très beau et coule tout seul, parfaitement en harmonie avec le sujet. J’aurai aimé que tout cela dure un peu plus et à la fois, il ne manque rien à ce récit poétique et touchant. Je remercie Livr@ddict et Gallimard pour ce superbe partenariat.