Tag Archives: Grasset

La Tresse

Standard

TresseDe Laetitia Colombani
Paru chez Grasset

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Trois femmes différentes menant une vie tout aussi différente. Elles n’ont pas de points communs, à part celui de prendre leur destin en main et de refuser de se laisser dicter leur conduite.

Les trois histoires qui se déroulent en parallèle sont passionnantes et on passe de l’une à l’autre avec plaisir (ce qui n’est pas toujours le cas avec ce genre de structure alternée), avec une petite pirouette finale qui permet de les relier.
Ce roman, très agréable, se lit vite et met du baume au cœur.

La disparition de Josef Mengele

Standard

Josef MengeleDe Olivier Guez
Paru chez Grasset

1949 : ancien médecin SS à Auschwitz, coupable d’expérimentations atroces sur les déportés, Josef Mengele s’enfuit en Argentine.
1979 : après trente ans de traque, il meurt mystérieusement au Brésil.
Caché derrière divers pseudonymes, protégé par ses réseaux et par l’argent de sa famille, soutenu à Buenos Aires par une communauté qui rêve du Quatrième Reich, Mengele croit d’abord pouvoir s’inventer une nouvelle vie… En Allemagne, l’heure est à la reconstruction, l’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier. Mais la traque reprend, menée par le Mossad puis par le chasseur de nazis Simon Wiesenthal.

Ce roman « uppercut » retrace la destinée de Josef Mengele après la fin de la Seconde Guerre mondiale. On entre ainsi dans l’intimité de Mengele, pour qui il est impossible d’éprouver la moindre sympathie. Voilà un « héros » antipathique et dérangeant, parfaitement odieux et détestable.
Le texte fort et parfaitement documenté choisit l’approche frontale. C’est court et  percutant. Cela n’a rien d’une lecture facile.
Ces réunions de vieux nazis qui se vantent de leurs glorieux passé glacent le sang. Les manigances des différents états également… C’est l’occasion d’apprendre ou réapprendre des tas de choses (notamment sur l’accueil des anciens nazis en Argentine et les pratiques scientifiques allemandes pendant la guerre) et de rappeler l’étendue de la cruauté humaine ainsi que l’horreur des camps, sujet difficile mais qui ne doit jamais être oublié ni minimisé…