Tag Archives: Mayalen Goust

Kamarades tome 3 – Terre promise

Standard

Scénario Benoît Abtey et Jean-Baptiste Dusséaux
Dessin et couleurs Mayalen Goust
Paru chez Rue de Sèvres

Russie, janvier 1920

La guerre civile ne faiblit pas. Héroïsme, massacres, trahison, angoisse, voilà le pain quotidien des soldats rouges et blancs. Bientôt, l’armée révolutionnaire gagne la Pologne et menace l’Europe tout entière. En France, le répit de la famille Romanov tourne court, Voldia et Ania ne semblent point devoir connaître de paix. Pour protéger les leurs, nos héros se lancent une nouvelle fois dans la bataille, au risque de retomber dans les griffes de Staline.

 

Il s’agit du troisième et dernier tome de cette série.
L’intrigue démarre directement, il est donc préférable d’avoir lu les tomes précédents avant de se lancer…

La magie opère à nouveau très vite, les superbes illustrations dynamiques et délicates à la fois happent le lecteur. La couverture est tout aussi saisissante et réussie que celles des tomes précédents. Le récit n’est pas en reste, avec des péripéties qui font de ce dernier volet une aventure à part entière et non seulement une conclusion. La fin est très bien amenée, réservant sa part de suspense ultime.

Le mélange habile de fiction et de faits historiques fonctionne très bien. Il faut dire que le sort mystérieux des Romanov est un terreau de choix…

Kamarades 2 – Tuez les tous !

Standard

kamarades2Scénario Benoît Abtey et Jean-Baptiste Dusséaux
Illustrations Mayalen Goust
Paru chez Rue de Sèvres

La révolution a fait place à la guerre civile. Armée rouge et Armée blanche se lancent dans un complot sans merci qui déchire la Russie. La victoire est encore incertaine.
Voldia parviendra-t-il à braver tous les dangers pour sauver celle qu’il aime sans pour autant renoncer à ses idéaux ?
Entre amour, drame et magnificences politiques se noue un grand récit.
L’histoire se met en marche sous nos yeux.

Ce tome 2 reprend l’histoire exactement où le premier tome s’était arrêté. Il ouvrira également la voie au troisième.
Quelques pages et un battement de cœur plus tard, on est de nouveau au cœur de l’action.

Les scénaristes ont pris le parti de se détacher de l’Histoire et de créer la leur. Pourquoi pas. Le lecteur est toutefois invité à creuser les références historiques pour mieux garder le fil.
Les illustrations sont toujours aussi belles. Les découpages dynamiques et les couleurs superbes portent le récit, lui donnant plus de profondeur et de romanesque.
La couverture est aussi réussie que celle du premier tome. Mystérieuse et saisissante, elle ne peut que donner envie d’ouvrir le livre !

Kamarades, tome 1 La fin des Romanov

Standard

kamarades-ka-fin-des-romanovScénario de Benoît Abtey & Jean-Baptiste Dusséaux,
illustrations de Goust Mayalen
Paru chez Rue de Sèvres

 

La révolution russe est en mouvement. Volodia a choisi son camp : celui des bolcheviks, aux côtés de Staline. C’est au cœur de cette agitation qu’il tombe fou amoureux d’Ania. Mais quand elle disparaît, ses idéaux vacillent : qui est-elle vraiment ? Quel personnage, dans l’ombre, tire les ficelles ?

Il s’agit d’une fiction sur fond historique.

La Révolution russe est encore aujourd’hui empreinte de mystère et de nombreuses zones d’ombres subsistent, chaque camp ayant tenté de tirer la couverture à lui et de tirer les ficelles. Cela a laissé lieu à de nombreuses spéculations et continue sans nulle doute de passionner les historiens et les foules. Kamarades nous donne sa version des faits !

La destinée des Romanov ainsi que la Révolution russe sont des événements qui ne peuvent laisser indifférent. Cette lecture donnera donc lieu à des recherches plus poussées pour en savoir plus ! C’est tout l’intérêt et la finesse de cette BD. Comme il s’agit d’une fiction, tout est possible, par exemple le grand amour entre Volodia et Ania/Anastasia… Mais comme la fiction est basée sur l’Histoire (avec un grand H), le lecteur peut extrapoler selon les informations dont il dispose par ailleurs, une fois qu’il a accepté de ne pas trouver un reflet exact de la véritable Histoire, floue au demeurant.

Le choix de l’illustratrice Mayalen Goust, donne une grande classe au livre, avec des images à la fois simples et très fortes aux couleurs discrètes (à part le rouge) qui épaulent parfaitement le propos, ainsi qu’une couverture qui interpelle.

Un premier tome réussi, qui pose habilement les bases de la série avec un récit très dense et donne envie au lecteur de poursuivre l’aventure, voire d’aller plus loin !