Tag Archives: Pascal Ruter

La famille Cerise – La course des Guignols

Standard

De Pascal Ruter
Paru chez Didier jeunesse

En ce début de vacances, Zouille et Yoyo Cerise, les intrépides jumelles, ainsi que leurs fidèles amis, Max et Papillon, bouillent de rage. Angèle, leur pire ennemie, ne cesse de leur jouer des mauvais tours. Il n’y a donc pas de vacances pour les teignes ? Comment clouer le bec, à cette peste ? Zouille finit par lui lancer un défi : Angèle et ses frères affronteront les Cerise et leurs amis à la grande course de bateaux ! Pas question d’être des guignols, tous les coups sont permis, même les plus drôles !
Alors à vos marques, prêts, ramez !

Il s’agit du tome 2 de cette série pour jeunes (mais déjà bons) lecteurs, dans la collection de romans illustrés avec un marque-page détachable.

Le marque-page n’est pas un gadget, à cet âge, il est difficile de comprendre qu’on n’est pas obligé de lire son livre en une seule fois, ce qui peut rebuter certains lecteurs (qui n’oseront pas s’attaquer à un livre plus épais).

Le récit commence directement, pour entrer dans le vif du sujet : ce tome opposera les soeurs Cerise et leurs amis à Angèle. Inutile d’avoir lu le tome 1, ça marche très bien sans. Si on l’a lu tant mieux, ça permet de resituer le contexte mais ce n’est pas indispensable non plus.
On retrouve ce côté loufoque juste comme il faut qui nous avait emballé sur le tome 1. Les personnages sont toujours aussi attachants, la grand-mère est top ! C’est rythmé, dynamique, avec suffisamment de suspense et de rebondissements pour mener le jeune lecteur jusqu’au bout en passant un excellent moment. Les illustrations s’accordent bien avec le texte et favorisent l’imagination. Cette histoire sur l’amitié est définitivement à mettre entre toutes les mains : unis ont est plus forts, la violence ne résoud rien, un message essentiel pour les cours de récré !

C’est un beau petit roman pour rire, rêver, réfléchir aussi et un peu trembler par moments…

Barracuda for ever

Standard

De Pascal Ruter
Paru chez Didier jeunesse

 

C’est sur un rythme endiablé au son des « Barracudas » de Claude François que Napoléon, 85 ans, décide de commencer une nouvelle vie. Avec l’aide de son petit-fils, Léonard, ils enchaînent les quatre cent coups : adoption d’un chien nommé Point à la ligne, projet d’enlèvement, bowling et castagne, séquestration de la garde malade… Gare à ceux qui voudraient faire comprendre à l’ancien boxeur qu’il est trop… vieux !

Barracuda for ever est un roman magnifique qui parvient à combiner (sans effort apparent) sensibilité et humour. Quelle tendresse dans ce texte. Dans les rapports entre Napoléon et Joséphine, dans l’amour inconditionnel que porte Léonard à son Empereur de grand-père, dans les dessins de la mère de Léonard… Quelle sensibilité aussi. Léonard voit son grand-père, ce roc, ce monument changer, vieillir et c’est dur ! Personne n’a envie de ça : ni le premier concerné, ni son petit-fils.

Ce roman est sorti parallèlement aux éditions JC Lattes pour un public adulte. Je trouve que c’est une excellente idée car ce livre s’adresse finalement à tous. Cette lecture a fait résonner une corde sensible en moi. Je me suis surprise à penser à mon grand-père, à sa façon de ne pas vouloir vieillir non plus, au temps qui pourtant passe inexorablement… Cette histoire émouvante et poignante peut faire vibrer bon nombre d’entre nous. Grandiose !

La famille Cerise – Gare au canard

Standard

famille-cerise1De Pascal Ruter
Illustrations Maureen Poignonec
Paru chez Didier jeunesse

Zouille et Yoyo Cerise, les jumelles qui n’ont jamais froid aux yeux, et leurs amis Max et Papillon, piaffent d’impatience. La kermesse va bientôt ouvrir ses portes et tout le village s’y presse… Leur instituteur aussi. Les quatre enfants l’observent longuement s’essayer à la pêche au canard. Mais pourquoi est-il si maladroit ? Et pourquoi ne parle-t-il que de canard en classe le lendemain matin ? Et tous les jours suivants ? Max va vite comprendre les sentiments de son instituteur pour la jeune fille de la kermesse. Les quatre inséparables décident alors de la retrouver !

Une aventure savoureuse comme de la confiture à la rhubarbe.

Un vrai roman de taille tout à fait respectable pour les tout jeunes lecteurs.
Ce petit roman ne peut que séduire puisque l’enfant lecteur peut y suivre le quotidien d’enfants de son âge. Les personnages sont d’ailleurs très attachants.
Le rythme est dynamique, le ton gai, ça donne vraiment envie.
Outre ces tranches de vie auxquelles le lecteur peut s’identifier, le roman propose de l’aventure et une enquête. Quel programme !
Pratique : le marque-page détachable est joli et bien utile !

L’amour au subjonctif

Standard

COV_amour_subjonctif.inddDe Pascal Ruter
Paru chez Didier Jeunesse

Romeo aime Juliette depuis la maternelle sans oser le lui avouer. Le voyage scolaire à Rome, loin du collège et des parents, est une opportunité à ne pas manquer ! Pour les élèves comme pour les professeurs, cette échappée belle sera déterminante : Mme Kroc, qui enseigne le latin, tombe dans les bras de Tarzan, le chauffeur de bus amateur de séries télé, Mme Triolet, timide professeur de musique, dévoile ses talents de cantatrice, Slavpa découvre les bienfaits de la douche… Un roman « rock’n’roll » !

Chacun son style d’humour. Moi je l’aime tout en finesse… Alors forcément, celui de Pascal Rutter me parle. J’avais déjà fort apprécié ses romans précédents. Celui-ci ne m’a pas déçue.

Le thème du voyage scolaire est certes très porteur en soi, celui des amours d’ados aussi. Encore faut-il les traiter correctement, ces thèmes, tout porteurs qu’ils sont. Dans l’amour au subjonctif, on y est. L’adulte se revoit assis dans un bus en partance pour une destination exotique, l’ado se projettera avec délices à la perspective d’un prochain voyage…

Ce roman à la fois tendre et décapant est franchement drôle. Il est drôle à plusieurs niveaux, comme autant de poupées russes qui une fois ouvertes recèlent encore une belle surprise.

Laissez-vous emporter par ce road-movie rocambolesque qui a la délicatesse de nous entraîner dans son tourbillon tout en ménageant des surprises et de beaux effets. C’est pêchu tout en restant léger. On sent un brin de vécu, qui vient fort à propos renforcer la cocasserie de la situation. Du grand art !

Le coeur en braille

Standard

coeur en braillePascal Ruter
Paru chez Didier jeunesse

Jusque là, pour Victor, une année scolaire c’est du saut à l’élastique sans l’élastique. Ce qu’il préfère ? Écouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son drôle de père… Quand il ne s’amuse pas à planquer le PQ des toilettes des filles, il essaie d’échapper aux punitions qui pleuvent sur lui comme la foudre sur le paratonnerre. Mais lorsque Marie-José, génie absolue, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de math, c’est tout son univers qui implose…

Voici un très beau roman, frais, léger et pourtant avec un réel fond. Un vrai roman, un roman de grand !

Les personnages sont hauts en couleur. Ils sont très marqués, chacun dans leur style, mais ça leur va bien et puis… il faut parfois se méfier des apparences.
Ainsi, Victor est un cancre avéré et pourtant, sa rencontre avec Marie-José changera tout. N’est pas cancre qui veut ! Nous ne doutions pas vraiment de ses capacités intellectuelles. Sa grande maîtrise du manuel Krebs et de l’univers des Panhard, son bagou et ses questionnements et réflexions profondes nous avaient mis la puce à l’oreille. Il ne manquait que le déclic. L’amour lui donnera des ailes et il réussira à devenir un élève moyen.
Surtout, ce changement radical dans sa vie lui permettra de devenir lui, ce qui n’est pas rien à son âge (il entre en quatrième). C’est même tout. Et nous serons soulagés de savoir notre héros sur de bons rails à l’âge où tout peut déraper.

Le ton est léger et drôle, je me suis laissée emporter (que dis-je nous nous sommes laissés emporter puisque toute la famille, sauf le petit dernier, l’a lu). Le texte est ponctué de passages pleins d’humour, on sourit et parfois on rit même franchement, ce qui en soi est un véritable tour de force. Écrire un roman à la fois intimiste et drôle, c’est beau, surtout lorsqu’il s’adresse à des adolescents.

Ce livre est un petit voyage dans l’univers intime d’un adolescent, un univers qui change du tout du tout cette année de quatrième. Ces changements se produisent subtilement, au fil du temps, presque à l’insu de Victor. Philosophe, celui-ci saura faire le point sur le chemin parcouru.

Un dernier point… Le titre est magnifique. Une histoire à lui tout seul. Avec la belle couverture d’Anne Montel, c’est un roman qui donne vraiment envie !