Monthly Archives: November 2013

Irena Sendlerowa – Des papiers pour mémoire

Standard

Irena sendlerowaIsabelle Wlodarczyk
Oskar éditeur

L’Europe de l’Est a aussi ses Justes En 2008, en Pologne, à 98 ans, s’est éteinte Irena Sendlerowa. Pendant la Seconde Guerre mondiale, sous le pseudonyme de Jolanta, elle organisa la fuite de centaines d’enfants juifs du ghetto de Varsovie. Non seulement elle leur a sauvé la vie, mais elle a noté à chaque fois leur identité et leur famille d’accueil, empêchant que l’oeuvre de mort des nazis s’étende à la mémoire. Arrêtée par la Gestapo en 1943, torturée, Irena n’a pas parlé. Isabelle Wlodarczyk raconte l’étonnant destin de cette femme qui, simple assistante sociale, réussit par son courage et sa ténacité à mettre en échec la barbarie.

Cette nouvelle collection, Les justes, présente des grandes âmes, des personnes qui ont su se mettre au service des autres en oubliant leur propre personne.
Si quelqu’un méritait d’entrer dans cette collection, c’est bien Irena Sendlerowa.

Isabelle Wlodarczyk a prêté sa plume à ce récit simple mais poignant, cette incursion brève mais tellement réelle dans le ghetto de Varsovie.
Elle a su trouver les mots qu’il faut pour que, l’espace d’un instant, on y soit. Pour que, l’espace d’un instant, les atrocités de la guerre nous sautent aux yeux. Pour que, l’espace d’un instant, on salue le courage de cette femme. Pour que, l’espace d’un instant, on se demande peut-être ce qu’on aurait fait à sa place.

Cette tranche de vie semble tellement réelle qu’on ne doute pas que tout se soit passé comme ça. Isabelle Wlodarczyk ne s’attarde pas sur des détails  morbides ni des descriptions réalistes de scènes de guerre, ce n’est pas ici l’objet. Malgré tout on sent tout à fait la pression permanente qui régnait à cette époque. On réalise l’absurdité de tout cela et les dégâts que peuvent causer certaines idéologies.

Le roman est très court, par parti pris, je l’aurais pour ma part apprécié plus long, pour partager encore un peu le quotidien de cette femme.  Pourtant, je dois admettre que cette longueur est tout à fait adaptée si l’on considère qu’il s’agit d’un roman sur la guerre destiné à des adolescents. En tout cas une chose est certaine : il constitue un excellent support pédagogique !

 

Advertisements

Dans mes rêves

Standard

Dans mes revesJuliette Parachini-Deny
Illustrations Lucie Vandevelde
Editions Les Minots

Dans les rêves d’une enfants, il y a un champ de coquelicots, des reflets d’argent, des sentiments…

Voilà un bel album très coloré, illustré une nouvelle fois avec brio par Lucie Vandevelde, la mascotte des éditions Les Minots.

Avec un texte très court et poétique de Juliette Parachini-Deny, une fois la lumière éteinte, nous voyageons dans les rêves d’une petite fille.

Ici tout est possible : plonger dans un champ de coquelicots, attraper le vent (qui s’échappe), toucher la lune, laisser les oiseaux sortir de leur cage et plein d’autres choses encore.

Les rimes et sonorités rondes rendent la lecture très agréable.
De leur côté, le peps et l’originalité des illustrations rendent le livre agréable à regarder…

Une belle réussite, donc !

Pour le plaisir des yeux, l’auteure donne un lien vers un montage vidéo sur son site : ici