Monthly Archives: November 2014

Les trois dragons

Standard

Les trois dragonsLucie Vandevelde
Paru aux éditions Les Minots

Il était une fois trois jeunes frères dragons des mers, nés sous la lumière des phares les plus puissants au monde. L’aîné se nommait Etoile du Nord, le cadet Pierre de Lune et le troisième Fleur de Sel.
Plongez dans les profondeurs des eaux salées et laissez-vous guider par la magie de ce conte dragonnesque.

Ce beau conte nous emmène au fond des mers.
Nous ferons un bout de chemin avec trois dragons hauts en couleur qui n’hésitent pas à vendre leur âme pour briller davantage…

Le livre s’ouvre dans l’autre sens, pour des illustrations en double page tout en hauteur. D’ailleurs, dans ce livre, ce sont les illustrations qui interpellent. Chaque page qui se tourne révèle son lot de surprises pour le grand plaisir du lecteur.
C’est gai et lumineux, fourmillant de détails… Lucie Vandevelde a encore une fois fait des merveilles !

Pour aller plus loin, la maison d’édition propose également un carnet d’artiste sur le thème du livre…

Et un petit extrait pour la route !

3dragons_extrait

Advertisements

Baleine !

Standard

baleineJean Villemin
Paru aux éditions du Lampion

 

Avant d’apparaître, la Baleine est d’abord une rumeur sous la pluie.

Elle se confrontera au monde des hommes à la faveur d’un nouveau Déluge en portant avec elle la promesse d’une réconciliation avec la nature…

Est-ce vraiment la fin d’un monde ou l’avènement d’une nouvelle génération ?

 

Baleine est un livre étonnant : un petit format à l’italienne, autant de pages qu’un roman mais un texte très court (voire aucun texte sur certaines doubles pages), des illustrations en noir et blanc très stylisées… et un sujet d’actualité traité selon un angle plutôt décalé.

La baleine, désignée du doigt comme la cause de tous les dérèglements est ici, là, un peu partout à la fois et pourtant personne ne la voit. Pas même Livia qui l’attend pourtant sans faillir.
Peut-être fallait-il trouver une coupable au déluge qui s’abat, puisqu’il faut toujours trouver un coupable. Peut-être la baleine est-elle simplement l’annonciatrice de cette catastrophe ou un prolongement de celle-ci…

L’ambiance est tendue, inquiète : comment tout cela va t-il finir ?
Pas du tout comme on pourrait s’y attendre (d’ailleurs s’attendait-on à quelque chose en particulier ?) ! En tout cas Livia finira par trouver la baleine, à moins que ce ne soit l’inverse.
La fin de ce conte philosophique prête à réflexion et contribue à en faire un livre hors du commun, un livre qui dérange aussi quelque part…

Quatre soeurs – Tome 1 Enid

Standard

quatre-soeurs-tome-1-enid_0Quatre soeurs tome 1 Enid
De Malika Ferdjoukh et Cati Baur
Paru chez Rue de sèvres

– C’est quoi cette histoire de fantôme ?
– Rien, c’est Enid.
– Enid ? Qu’est-ce que c’est ?
– Enid, ma petite soeur… Tu sais : ce truc qui porte des barrettes et plein de poils de chat.

Enid est la plus jeune des cinq sœurs Verdelaine. Celle que personne ne croit quand elle dit avoir entendu un fantôme hurler dans le parc, celle qui aime le cake aux noix et dormir avec les chats Ingrid et Roberto, celle qui recherche Swift, sa chauve-souris disparue dans la tempête.

Au milieu de cette fratrie, Enid sait très bien où se trouve sa place la plus confortable : dedans quand il faut, dehors quand ça l’arrange !

Formidable série qui a déjà connu un franc succès sous forme de roman, Quatre sœurs se lance au format roman graphique. Un petit aparté en fin de livre explique comment Malika Ferdjoukh et Cati Baur se sont rencontrées puis apprivoisées…

On ouvre le bal avec Enid, la plus jeune. En la suivant au retour de l’école, on apprend petit à petit tout ce qu’il y a à savoir et on entre tout de suite dans l’ambiance : la vieille maison aux volets qui claquent et aux planchers qui grincent là tout au bord de la falaise, les sœurs, toutes différentes, qui y vivent seules depuis la mort de leurs parents il y a quelques années (un siècle à l’échelle d’Enid).

Même si Enid est au centre de ce tome, c’est toute la famille qui nous est présentée. Leurs habitudes, leurs soucis, leurs secrets. On rencontre également les parents qui apparaissent à l’une et l’autre sous forme de fantômes fantasques.

Tenace, courageuse, Enid est une vraie héroïne qui n’a pas froid aux yeux. Une héroïne au cœur tendre qui se soucie du bien-être des animaux, avant le sien peut-être. Une petite fille qui va de l’avant…

Le format graphique va très bien à cette histoire toute en finesse. Texte et illustrations se complètent, pour aller plus loin, jusqu’aux non-dits. Les sœurs sont belles, attachantes, chacune dans leur style, plus vraies que nature. Si bien qu’on dit « encore » et qu’on a hâte d’attaquer le second tome (Hortense) pour passer encore un peu de temps avec ces nouvelles amies.

Steve Waring revient !

Standard

SteveWARINGSteve Waring
12 chansons incontournables
Illustrées par Thomas Baas
Paru aux éditions Des Braques

 

Le matou revient, La baleine bleue, Les grenouilles, Timoléon, Jean petit qui danse…

12 chansons du plus français des chanteurs américains qui font partie de notre patrimoine.

À (re)découvrir, à chanter et à partager en famille !

Un monument !
Ouvrir le livre, regarder les illustrations, laisser les souvenirs remonter à la surface… puis, presque timidement, lancer le CD.

La première pointe d’inquiétude passée (et si je trouvais ça naze maintenant que je suis « grande » ?), c’est la joie des retrouvailles avec un répertoire qui n’a pas pris une ride !
Les chansons choisies sont bien des incontournables et de véritables tubes, chantés encore dans les écoles. C’est une très belle compile !
Ajoutons à cela le sens du détail, la fameuse « Des Braques touch » qui change tout. Ce n’est pas juste une compile, c’est un beau livre CD, avec des illustrations un brin rétro parfaitement adaptées.

Un petit souffle d’été maintenant que l’automne est vraiment installé !

Standard

CET-ÉTÉ-LÀ-HD-737x1024Cet été-là
De Jillian et Mariko Tamaki
Paru chez Rue de Sèvres

 

Awago Beach, c’est cet endroit.

Où l’on va chaque été, mes parents et moi.

Depuis…

Peut-être…

Toujours.

 

Rose et Windy se retrouvent comme chaque année à Awago Beach où elles passent leurs vacances. Mais cette année, tout sera différent.

Parce que tout le monde change, surtout les ados. Elles ont 13 et 11 ans. Leur écart d’âge pourrait sembler insignifiant mais à ces âges, les fossés ont vite fait de se creuser. Tandis que Rose bascule côté « grands », Windy reste insouciante, fofolle, enfant. Et pourtant c’est elle qui a déjà vu son corps se transformer. Et pourtant, c’est presque elle la plus lucide.

Parallèlement, Rose vit une situation familiale tendue, ce qui ne l’aide pas à gérer le quotidien. D’autant que le drame familial renvoie étrangement l’écho de celui qui occupe le groupe de grands ados du coin.

Le format graphique est parfait pour ce récit, offrant une multitude de détails, une somme de petites choses qui forment une belle histoire. Images et textes se complètent. Les non-dits sont admirablement relayés par les images. On rentre dans l’ambiance tranquille d’une station balnéaire, puis on est secoué par des questionnements, des incertitudes, des tensions ici et là. Comme dans la « vraie » vie, finalement ! Tout est magnifiquement bien amené, en douceur mais avec fermeté. Avec simplicité mais lucidité.

Cela sonne tellement juste qu’on ne peut s’empêcher de repenser à nos vacances d’ado, les moments de cette période où l’on est tiraillé dans tous les sens, où tout paraît si compliqué. Et on se dit que c’est juste exactement ça. Tout simplement.