Author Archives: Corinne

Sauveur & fils – Saison 4

Standard

Sauveur&fils4De Marie-Aude Murail
Paru chez L’École des loisirs

Comment résoudre tous nos problèmes ? On peut, comme Jean-Jacques, s’enfermer dans sa chambre et ne plus penser à rien en dégommant des terroristes sur son ordinateur. On peut, comme Gabin, s’enfoncer des écouteurs dans les oreilles et passer ses nuits en compagnie des zombis de The Walking Dead. On peut aussi, comme Frédérique, demander à une voyante de lire l’avenir, ou bien, comme Jérôme, s’enfuir en abandonnant femme et enfants. Mais on peut également consulter monsieur Sauveur Saint-Yves, psychologue clinicien, comme Solo, comme Margaux, comme Samuel, comme Ella, et regarder la vie en face. Le bonheur sera peut-être au rendez-vous.

Et voilà, c’est le dernier. Il fallait bien que cette série s’arrête un jour…

Pourtant, quel plaisir de retrouver tout ce petit monde à chaque fois. Car à chaque fois, le petit pincement faisant craindre une histoire “moins bien” que les précédentes est rapidement balayé. Le lecteur est vite happé par le tourbillon et replonge avec délice dans le quotidien de Sauveur et toute sa troupe.
Comme dans les précédents tomes, l’histoire (ou plutôt les histoires) est passionnante, alternant entre les différents “mondes” de Sauveur qui reste le pivot central. C’est frais, ça pétille, ça coule tout seul. C’est un vrai plaisir.

Ce quatrième tome est peut-être un peu en retrait par rapport aux précédents. C’est bien que la série s’arrête là, avant qu’elle ne se dégrade… En tout cas, c’est un petit bijou débordant de sincérité, de tendresse, mais aussi d’humour.

Une série coup de cœur qui s’achève en beauté.

Advertisements

Harry Potter – Le grimoire des objets magiques

Standard

GrimoirePar Jody Revenson, traduction Isabelle Pernot
Paru chez Huginn & Muninn

Les balais volants, les délicieux Chocogrenouilles, Le Monstrueux livre des monstres, ou encore les beuglantes et les cartes enchantées… Voici seulement quelques exemples des incroyables inventions qui enchantent le monde des magiciens.
Dans ce sublime ouvrage de collection, découvrez pour la première fois comment tous ces objets cultes ont été matérialisés dans les différents films de la saga Harry Potter, grâce à des croquis préparatoires inédits, des photographies et des reproductions des maquettes, le tout puisé dans les archives de Warner Bros.

Il est énorme et tellement beau. Cet ouvrage sur les objets magiques est complet et incontournable. Divisé en 9 chapitres, il ne laisse rien au hasard : Poudlard (documents scolaires, accessoires des professeurs, accessoires des élèves, quidditch, la grande salle), La pierre philosophale, Le tournoi des trois sorciers, Balais, Nourriture et boissons, Publications (livres et journaux), Weasley, farces pour sorciers facétieux, Inventions de sorciers, Horcruxes et reliques.

Il est très bien documenté et abondamment illustré. Il n’y a pas ici d’élément à détacher ou à soulever mais le livre présente de nombreux croquis préparatoires et photographies très intéressants, avec un beau poster de l’arbre généalogique des Black en bonus final. Les explications claires et précises fourmillent de détails sur le travail des designers, décorateurs et graphistes. C’est passionnant et incroyable de voir la somme de travail fournie pour obtenir le rendu que l’on connait et transformer une pure fiction en œuvre cinématographique plus vraie que nature.

Un très bel ouvrage de référence !

Philocomix

Standard

PhilocomixDe Jean-Philippe Thivet, Jerôme Vermer et Anne-Lise Combeaud
Paru chez Rue de Sèvres

10 philosophes, 10 approches du bonheur.
Le bonheur de Platon à Nietsche.

Chaque philosophe est présenté de façon claire et suffisamment concise, puis sa théorie est expliquée. Là encore, les explications sont très accessibles.

Le format BD contribue grandement à rendre le propos abordable. D’autant que les auteurs ont pris le parti de l’humour. Pour autant, humour ne rime pas avec vulgarisation facile ni avec raccourcis. Ici on réfléchit joyeusement comme l’annonce la jaquette.

Philocomix est un excellent ouvrage sur le thème. Un ouvrage comme on en rencontre peu et qui pourtant devrait se trouver entre les mains de tous les apprentis philosophes de terminale.

Pour ceux dont la terminale est déjà loin, la concision, la clarté et l’exhaustivité de ce livre ne peuvent que convaincre. Hop les lycéens, ce livre est idéal pour préparer votre rentrée dans la joie et la bonne humeur !

Les déferlantes

Standard

lesdeferlantesDe Claudie Gallay
Editions Babel

La Hague… Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu’il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe de Cotentin vit une poignée d’hommes. C’est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier dpuis l’automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu’elle voit Lambert, c’est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d’un certain Michel. D’autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l’ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L’histoire de Lambert intrigue la narratrice et l’homme l’attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.

Les déferlantes est avant tout un roman d’ambiance. Amateurs de rythme effréné et de rebondissements, passez votre chemin. Ici on prend le temps, on s’imprègne, on entend presque les mouettes.

Pour autant, on ne peut pas dire qu’il ne se passe rien. Au contraire, chacun et chacune semble cacher un secret. La chape des non-dits et des silences est lourde. La communauté parvient à réaliser l’exploit de se déchirer tout en restant soudée. Un vrai raz-de-marée !

J’ai aimé toutes ces existences cabossées et cette mer omniprésente. Le décor, l’environnement naturel est presque un personnage à part entière. Dans cette ambiance de bout du monde, le vent et la mer règnent.

Les déferlantes est une très belle lecture, qui se déguste lentement…

Vers le bleu

Standard

Vers le bleuDe Sabrina Bensalah
Paru chez Sarbacane

Coincée dans une caravane entre une mère irresponsable et une petite sœur farfelue, Nel, 18 ans, voudrait fuir sa vie trop étroite. Partir loin, juste après l’élection de la Mini-Miss Camping à laquelle Noush rêve de participer…
Mais rien ne se passera comme prévu, dans la vie “cabossée bizarre” de Nel et Noush.
Et tant mieux, au fond: sinon, comment pourraient-elles espérer aller un jour vers le Bleu ?

Des personnages attachants, une intrigue qui a du répondant, voilà un petit roman agréable à lire.
À la fois drôle, tendre et  touchant, il aborde admirablement un sujet sensible.
C’est un roman sincère et d’une grande fraîcheur. Un roman plein d’amour.
La lecture est facile et agréable.

Où est l’éléphant ?

Standard

Ou estDe Barroux
Paru chez L’Ecole des loisirs

La forêt amazonienne possède la plus riche diversité de plantes et d’animaux de la planète, mais la déforestation menace ce paradis de la biodiversité. La communauté internationale tire la sonnette d’alarme mais elle peine à freiner cette destruction qui met en péril le monde de demain…

Ce petit livre qui peut sembler tout simple mais qui livre un message capital est un réel coup de cœur.

Avec un graphisme sympa et des couleurs attrayantes, Barroux aborde le thème de la déforestation de façon concrète. Il suffit de tourner les pages pour comprendre les ravages de la déforestation. Cela saute aux yeux. Les mots seraient ici superflus. Pour autant, c’est un livre très ludique et amusant puisqu’il faut débusquer l’éléphant, le perroquet et le serpent sur chaque tableau.

Ce livre intelligent et drôle à la fois est un incontournable pour vos bibliothèques. Il existe en version classique et en petit format poche.

La servante écarlate

Standard

la_servante_ecarlateDe Margaret Atwood
Editions Robert Laffont

Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’Etat, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Evangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom. Une œuvre d’une grande force, qui se fait tour à tour pamphlet contre les fanatismes, apologie des droits de la femme et éloge du bonheur présent.

On a tellement parlé de ce livre et on en parle encore, d’autant qu’il existe désormais une série TV…
Pour ma part, j’ai eu du mal à entrer dedans. Manque de fluidité, de rythme… Après un bon tiers, ça allait mieux. La fin est très ouverte, ce qui peut également être frustrant.
Les fans de rebondissements, de suspense et d’aventure passeront leur chemin. On est ici sur un récit lent qui s’empare du lecteur au fur et à mesure pour ne plus le lâcher. Il ne se passe pas grand-chose, à vrai dire mais ce n’est pas l’objet de ce roman qui fournit en revanche matière à réflexion sur le fanatisme, la religion, le pouvoir, la liberté, le féminisme…
C’est une histoire assez glaçante, de par la profusion de détails et leur “vraisemblance”. C’est d’ailleurs ce qui fait la force de ce récit atemporel écrit en 1985 !