Author Archives: Corinne

Kamarades tome 3 – Terre promise

Standard

Scénario Benoît Abtey et Jean-Baptiste Dusséaux
Dessin et couleurs Mayalen Goust
Paru chez Rue de Sèvres

Russie, janvier 1920

La guerre civile ne faiblit pas. Héroïsme, massacres, trahison, angoisse, voilà le pain quotidien des soldats rouges et blancs. Bientôt, l’armée révolutionnaire gagne la Pologne et menace l’Europe tout entière. En France, le répit de la famille Romanov tourne court, Voldia et Ania ne semblent point devoir connaître de paix. Pour protéger les leurs, nos héros se lancent une nouvelle fois dans la bataille, au risque de retomber dans les griffes de Staline.

 

Il s’agit du troisième et dernier tome de cette série.
L’intrigue démarre directement, il est donc préférable d’avoir lu les tomes précédents avant de se lancer…

La magie opère à nouveau très vite, les superbes illustrations dynamiques et délicates à la fois happent le lecteur. La couverture est tout aussi saisissante et réussie que celles des tomes précédents. Le récit n’est pas en reste, avec des péripéties qui font de ce dernier volet une aventure à part entière et non seulement une conclusion. La fin est très bien amenée, réservant sa part de suspense ultime.

Le mélange habile de fiction et de faits historiques fonctionne très bien. Il faut dire que le sort mystérieux des Romanov est un terreau de choix…

Le seigneur d’Opium

Standard

De Nancy Farmer
Paru chez l’Ecole des loisirs

À quatorze ans, Matt est un Seigneur de la drogue. Après la mort d’El Patrón dont il était le clone, l’adolescent a hérité d’Opium, un pays créé de toutes pièces entre les États-Unis et le Mexique pour y développer la culture du pavot et fournir en drogue les trafiquants du monde entier. Aujourd’hui, tous s’attendent à le voir suivre les traces de l’ancien Seigneur d’Opium, dont il partage l’identité, l’ADN et peut-être davantage…
Pourtant Matt a d’autres ambitions. Il compte en finir avec la culture de la drogue et libérer les eejits, ces clandestins transformés en esclaves-zombies programmés pour travailler sans relâche dans les champs de pavot. Mais avant d’y parvenir, il doit apprendre à se faire respecter et tenir à distance les autres Seigneurs de la drogue prêts à fondre sur son territoire, comme le terrifiant Glass Eye Dabengwa.
Quitte à suivre les conseils que lui murmure à l’oreille une voix familière, celle d’El Patrón, comme revenu d’entre les morts…

Il faut savoir qu’il s’agit d’une suite (La maison du scorpion est le tome 1). Si on l’ignore (rien ne l’indique sur le livre), on risque d’être un peu perdu sur la première partie, très touffue et faisant référence à des éléments antérieurs. Je ne le savais pas et j’avoue avoir eu, du coup, du mal à rentrer dans l’histoire. Cela faisait beaucoup d’informations à digérer d’un coup. Pour autant, ce n’est pas insurmontable (la preuve !). Une fois ce démarrage assimilé, on pourra suivre Matt dans sa quête idéaliste : soigner les eejits et cesser de produire du pavot. Les personnages sont plutôt sympathiques même si le personnage principal manque un peu de relief. L’histoire est agréable, bien que peu réaliste par moments, à la fois on est complètement dans la fiction ! Le récit est bien structuré. L’ensemble en fait une lecture agréable et distrayante, sans toutefois déclencher le coup de cœur…

Harry Potter, en voilà encore !

Standard

Voilà une petite série de livres sur le film Les animaux fantastiques, d’après une histoire de J.K. Rowling.
Il y en a pour toutes les bourses et tous les goûts : aucune excuse de ne pas faire plaisir à vos fans !
Bien sûr, on est sur du produit marketing, bien sûr il y a un petit effet de redondance mais c’est vraiment bien fait alors pourquoi pas ?

Les animaux fantastiques – Un film magique
De Michaël Kogge
Paru chez Gallimard jeunesse

Un livre pour revivre toute la magie des «Animaux fantastiques». De l’arrivée de Norbert Dragonneau dans la ville de New York aux bureaux de Macusa, cet ouvrage regorge de photos inédites et d’informations passionnantes sur l’identité des personnages, les créatures fabuleuses et l’univers du célèbre magizoologiste!

C’est le petit livre pas cher de référence, pour prolonger le bon moment.
Celui-ci est basé sur le film : présentation des personnages et de quelques situations.
C’est clair, précis, bien structuré et bien expliqué. Plutôt complet.
On aurait tort de s’en priver !

 

 

Les animaux fantastiques – Le niffleur
De Ramin Zahed
Paru  chez Gallimard jeunesse

Une plongée unique et interactive dans l’univers des animaux fantastiques.
Féru d’objets brillants, le malicieux Niffleur entraîne Norbert dans une aventure palpitante. Conception des créatures, création des décors, techniques de tournage… ce livre révèle toutes les étapes qui ont donné vie aux animaux et personnage du film.

Celui-ci s’intitule “Dans les coulisses du film Les animaux fantastiques”. On retrouve la présentation des personnages (principaux personnages seulement) agrémentée d’anecdotes et d’explications liées à la réalisation du film. Il est malgré tout moins détaillé que le précédent.
Le point fort de ce livre réside dans la maquette en feuille de bois jointe. Elle se monte assez facilement (l’enfant peut le faire seul s’il est précautionneux : les pièces sont un tantinet fragiles quand même), de façon intuitive. Pas de besoin de colle ni de matériel particulier, ce qui est un très bon point. Au final on obtient une maquette ressemblante et solide. Le niffleur peut tenir assis ou debout et résiste dans le temps ! Il est également possible de le décorer ensuite à sa guise.

Il existe également des versions avec d’autres maquettes…

 

Les animaux fantastiques – Le carnet magique de Norbert Dragonneau
Paru chez Gallimard jeunesse

Une plongée interactive unique au cœur du film «Les Animaux fantastiques», pour retrouver le Monde des Sorciers de J.K. Rowling.

Explorez la valise de Norbert, devenez expert en créatures et parcourez les rues du New York des années 1920! Ce carnet de bord est truffé de souvenirs et de surprises en fac-similé et en trois dimensions, à détacher et à déplier. Examinez la classification des créatures, étudiez les cartes du MACUSA ou feuilletez un magazine de sorciers: revivez l’aventure du célèbre magizoologiste !

On tient ici l’ouvrage haut de gamme sur le thème : chouette format carré, couverture bien cartonnée, écriture argentée, on s’adresse aux fans inconditionnels.

Tout y est : présentation des personnages avec de belles photos, anecdotes croustillantes, explications sur le tournage, notamment au sujet des animaux fantastiques. C’est détaillé et intéressant. Petite cerise sur le gâteau, l’ouvrage propose de nombreux goodies : cartes anciennes, cartes postales, cartes à jouer (magiques certainement), reproduction de prospectus, extraits de magazines, charte de soins des animaux sous forme de roue à tourner, plan des habitats des créatures. On en prend plein les yeux !

Si je devais lui trouver un défaut, dommage de ne pas avoir développé plus les parties sur les animaux eux-mêmes.
Cela mis à part, c’est un livre très convaincant et complet sur le sujet !

Le roi et le premier venu

Standard

Texte Alain Serge Dzotap
Illustrations Anne-Catherine De Boel
Paru chez l’Ecole des loisirs, Pastel

Il était une fois, un roi qui régnait avec bonté sur la brousse. Mais on raconte qu’un jour, il se dit : « C’est pas tout ça ! Un vrai roi, ça doit faire trembler de peur tout le monde ! »

D’emblée, la couverture interpelle : les couleurs, la majesté du personnage-lion donnent très très envie. Alors bien sûr, on va plus loin et on n’est pas déçu par ce récit aux accents de conte. L’histoire est plaisante mais ne se contente pas de divertir. Ici on parle tyrannie, amitié, influence néfaste. Ici, l’auteur invite le petit lecteur à réfléchir par lui même.

Les illustrations colorées de qualité finissent le travail de séduction…

New Earth Project

Standard

De David Moitet
Paru chez Didier jeunesse

En 2125, le réchauffement climatique et la montée des eaux mettent le monde en péril. Une seule alternative : New Earth Project, le voyage vers une nouvelle terre habitable.
Elle est une “grise” issue d’un bidonville, il est un intouchable protégé par le Döme.
Isis et Orion, unis par une complicité naissante, sont séparés lorsque la jeune fille est tirée au sort pour rejoindre le New Earth Project. Cette initiative, lancée par un milliardaire qui n’est autre que le père d’Orion, est entourée de mystère.
Orion va alors mener l’enquête, jusqu’à la vérité qu’il n’aurait jamais dû découvrir. Un parcours semé d’obstacles qui forgera sa personnalité, et renforcera ses sentiments pour Isis.

À la fois imaginaire et basé sur des faits réels (pollution, montée des eaux), cette dystopie frappe fort, nous laissant entendre que cela pourrait être notre monde de demain. On retrouve le clivage riches/pauvres, puissants/faibles (et corvéables à merci), mais aussi la corruption de la caste des intouchables, les privilégiés qui tirent les rênes et ont le pouvoir.

Ici, ce sont les jeunes qui feront avancer les choses, avec leurs tripes, avec leur coeur, avec l’enthousiasme de la jeunesse.
La mise en place de l’intrigue est intéressante et l’univers proposé très riche et intéressant. Ici science-fiction et enquête se mêlent habilement, sur fond d’écologie.
Le récit est dense et intense mais accessible, à la fois clair et fourni, très agréable à lire…

Un beau message d’espoir et d’optimisme : « l’impression de voir éclore une génération capable de conjuguer la vie au futur et pas seulement au présent. »
Un beau voyage capable de convaincre également les non amateurs de science-fiction.

 

Famille nombreuse

Standard

De Chadia Loueslati
Paru chez Marabulles (Marabout)

Chadia raconte le départ de son père vers la France, puis le quotidien d’une famille d’immigrés au fur et à mesure que la fratrie s’agrandit.

 

Ce roman graphique, je l’attendais avec impatience… Parce que figurez-vous que j’ai la chance de connaître un peu la formidable Chadia ! Une sacré personnalité équipée d’un coeur en or massif… J’avais donc eu un petit aperçu du livre en super avant-première et j’avais adoré.

Eh bien je n’ai pas été déçue. Il s’agit peut-être d’un premier roman graphique, mais il a tout d’un grand. Le graphisme est élégant et dynamique. Il vient efficacement renforcer les traits d’humour.  Et des traits d’humour, il y en a ! Le récit est traité avec énormément d’humour, c’est aussi ce qui fait sa force.

Heureusement, parce qu’il n’y a rien de plus ennuyeux qu’un récit autobiographique linéaire et factuel. Alors que là on a une tranche de vie mais aussi une bonne tranche de rigolade : les coquillettes ET le beurre ! Bref, c’est raconté avec brio.

Du coup, on passe un excellent moment et on se retrouve même projetés en arrière. Parce que même si notre enfance a été différente, il y a des choses qui font tilts, genre l’arrivée du téléphone filaire : la révolution capitale !!!

Et en plus, c’est multigénérationnel. Au départ, je pensais le prêter à ma collégienne uniquement et puis finalement Numérobis s’est approché genre “kessketulis ???”. Il me l’a chipé à la première occasion et l’a apprécié à la hauteur de ses 9 ans.

Vous l’aurez compris, c’est un coup de coeur !

 

Le jardin des épitaphes – Aimez-moi

Standard

De Taï-Marc Le Thanh
Paru chez Didier jeunesse

Pour Double-peine, Poisson-pilote et leur grand frère, le road trip se poursuit dans une Amérique dévastée. Direction San Francisco. Plus rien ne peut les arrêter : ils franchissent les obstacles avec force et optimisme, sûrs de retrouver bientôt leurs parents. Mais de douloureux souvenirs viennent hanter notre héros et anéantir ses certitudes.

Et si la plus grande menace qui pesait sur sa famille était là, dans les terribles secrets qui surgissent du passé ?

Ce tome 2 démarre cash, au  point de déstabiliser le lecteur.
On entre tout de suite dans le vif du sujet, avant un petit flashback pour éclaircir ce qui s’est passé entre la fin du premier tome et le premier chapitre. (heureusement, sinon c’est frustrant !!!)

Ensuite, ça roule, enfin si je peux dire parce qu’on n’est pas dans un récit linéaire pour autant, loin s’en faut. L’Amérique offrira son lot de créatures, de complications, de rebondissements. Oui, ça rebondit un max. Pour autant, le parcours des trois enfants semble quelque part un peu plus “facile” sur le territoire américain. Mais ce n’est peut-être qu’une impression. Il faut dire qu’il y a du nouveau grain à moudre avec les révélations liées au passé. Cela prend pas mal de place dans ce tome 2. On en apprend chaque fois un peu plus, le schéma se dessine…

Et juste au moment où le lecteur trouve le dénouement un peu trop rapide, paf, le rebondissement ultime le prend par surprise.
Et c’est reparti mon kiki jusqu’à ce que… quoiiiii c’est déjà la fin ??? Ah mais non !

Le jardin des épitaphes est un roman d’aventure palpitant (à lire d’une traite), bien mené par Taï-Marc Le Thanh qui, une fois encore, dévoile le mordant de sa plume et réussit à mélanger trash, humour, tendresse, amour, héros, aventures, rock et suspens avec brio (et encore j’en oublie certainement).