Category Archives: Romans jeunesse

L’estrange malaventure de Mirella

Standard

LestrangeMalaventureDe Flore Vesco
Paru chez l’Ecole des loisirs

Moyen Age. Les rats ont envahi la paisible bourgade d’Hamelin. Vous croyez connaître cette histoire par coeur ? Vous savez qu’un joueur de flûte va arriver, noyer les rats en musique, puis les enfants d’Hamelin ? Oubliez ces sornettes : la véritable histoire est bien pire, et c’est grâce à Mirella, une jeune fille de 15 ans, qu’on l’a enfin compris. Jusqu’ici, elle passait inaperçue en ville – qui s’intéresserait à une porteuse d’eau, à une crève-la-faim, une enfant trouvée ? Seulement voilà, Mirella a un don ignoré de tous : elle voit ce que personne d’autre ne voit. Par exemple, elle a bien repéré ce beau jeune homme en noir, qui murmure à l’oreille de ceux qui vont mourir de la peste… Et ça lui donne une sacrée longueur d’avance. Y compris sur le plus célèbre dératiseur de tous les temps.

J’aime bien les livres de Flore Vesco… Le titre de celui-ci m’a interpellée, la quatrième a enfoncé le clou. Ce fut une super lecture. J’ai adoré le langage moyenâgeux utilisé. C’est un vrai plus : ça met dans l’ambiance et c’est drôle. Il y a d’ailleurs un petit lexique à la fin, ainsi que des conseils pour parler comme au Moyen-Age. Ce sont des bonus fort sympathiques !

Le récit est quand à lui palpitant, mais je n’en attendais pas moins. On ne sait pas trop où on va, mais on y va avec plaisir ! Le lecteur découvre des tas de surprises et de rebondissements. C’est vraiment une chouette histoire. Peut-être s’adresse t-elle en priorité aux bons lecteurs de l’âge cible, mais je pense qu’elle peut séduire le plus grand nombre malgré tout. En tout cas, moi j’ai adoré !

Advertisements

Home sweet home

Standard

Home sweet homed’Alice Zeniter et Antoine Philias
Paru chez l’Ecole des loisirs

Pendant longtemps, Cleveland a été un berceau du rêve américain. Elle a attiré les plus grandes industries, et tous ceux qui espéraient la prospérité, ou une vie meilleure. Dans le quartier du Slavic Village se regroupaient ceux qui venaient d’Europe de l’Est.
Mais en 2008, le rêve a fait long feu. La pollution, le chômage, la faillite et surtout la crise du logement se sont installés à Cleveland. Le Vaste Bordel a débuté. Ceux qui en avaient les moyens sont partis ; ceux qui restent n’ont pas eu le choix.
Anna, Elijah et d’autres ont toutes les raisons de fuir ces ruines de l’argent et de la compétition. Ils trouvent refuge dans un lycée à l’abandon. Quand tout s’écroule autour d’eux, quand tout se ligue contre eux, ils doivent reconstruire sur de nouvelles bases le monde qui sera le leur.

Un roman qui met un coup de poing à l’estomac… Un roman brut, dérangeant par moments, mais aussi tellement tendre à d’autres.

Dans un premier temps, la forme m’a fortement dérangée : je ne voyais pas l’intérêt de morceler l’histoire avec cette alternance de points de vue et puis le récit m’a finalement rattrapée.

Même si on connaît la fin de l’histoire dès le début, la lecture n’est pas monotone ni avare en rebondissements. On reste captivé jusqu’au bout !
Ce roman a vraiment quelque chose de particulier, presque hypnotisant…

La rivière de satin

Standard

la riviereDe Jean-François Chabas
Paru chez Didier jeunesse

Sine, 15 ans, se retrouve orpheline et contrainte de quitter New-York pour aller vivre à Hawaï chez son abjecte grand-mère Abigail. A peine a-t-elle le temps de poser ses valises, que le volcan de l’île se réveille et plonge l’archipel dans le chaos le plus total. Au cœur de ce décor apocalyptique, Sine croise la route du jeune Holokai, dont le charisme et “l’aloha spirit” provoquent immédiatement en elle un séisme… amoureux. Ensemble, ils vont prendre tous les risques et braver les éléments déchaînés, autant que leurs propres démons.

Un roman dépaysant et palpitant. Le rythme est rapide et soutenu, renforçant le sentiment d’urgence et de danger, et les aventures de Sine incroyables. C’est toutefois un peu too much par moments, ce qui tend à nuire à l’ensemble… En revanche, l’aloha spirit omniprésent et les éléments liés à Hawaï (mode de vie, façon de penser, langage, etc.) sont très agréables. Ils apportent une dimension exotique à l’histoire et lui donnent une âme forte.

En résumé, je qualifierais cette lecture d’agréable mais elle ne restera pas dans les annales !

Brexit romance

Standard

BrexitDe Clémentine Beauvais
Paru chez Sarbacane

Juillet 2017. Marguerite Fiorel, 17 ans, jeune soprano française, se rend à Londres avec son professeur Pierre Kamenev, pour chanter dans Les noces de Figaro. Ils croisent Justine Dodgson, créatrice d’une start-up secrète nommée Brexit romance dont l’objectif est d’organiser des mariages blancs entre Français et Anglais, afin que ceux-ci obtiennent le passeport européen.

Ce roman jeunesse combine avec habilité humour et profondeur, sensibilité et légèreté… En effet sous couvert de récit farfelu et rocambolesque, on aborde plusieurs thèmes incitant à la réflexion, à commencer par tout ce qui touche à la politique.

Il n’est pas facile de rentrer dans cette histoire au départ. Cela se fait petit à petit mais comme le livre est assez volumineux, le lecteur a le temps de prendre son temps ! Le récit est assez farfelu et le parallèle entre les anglais et les français, mais aussi les traductions littérales sont très drôles. Cela m’a particulièrement amusée, peut-être parce que je suis linguiste et que j’ai habité au Royaume-Uni. De plus, cette lecture spéciale Brexit était parfaite en période d’élections européennes  et reste tout à fait d’actualité, à l’heure où le gouvernement anglais patauge avec le Brexit.

S’il ne surpasse pas Les petites reines (qui reste ma référence pour cette autrice), Brexit romance est un fort sympathique roman.

Le vallon du sommeil sans fin

Standard

le vallonD’Eric Senabre
Paru chez Didier jeunesse

Le détective des rêves Banerjee et son fidèle assistant Christopher doivent résoudre une bien étrange énigme : plusieurs clients d’une résidence thermale sont plongés depuis quelques jours dans un sommeil aux rêves agités, dont personne n’arrive à les réveiller. Plus inquiétant encore, des témoins affirment que les victimes ont été attaquées par une Ombre qui semble tout droit sortie des Enfers…
Les enquêteurs ne sont pas au bout de leur cauchemar !

J’ai retrouvé avec plaisir Arjuna Banerjee et Christopher Carandini. Cette nouvelle aventure toujours so british reprend bien sûr les ingrédients de base du premier mais part assez rapidement sur son propre récit. L’histoire est originale, passionnante, avec une dimension humaine intéressante. Elle peut se lire indépendamment.
Une belle aventure pour détectives de l’étrange.

Très bon deuxième tome, suffisamment palpitant et rocambolesque pour conserver le caractère du premier et lui faire honneur, tout en se démarquant. Les bases sont posées pour une belle série !

Les animaux fantastiques 2 – Les crimes de Grindelwald

Standard

Les animaux fantastiques2De J.K. Rowling
Paru chez Gallimard

En 1927, quelques mois seulement après son arrestation par le Congrès magique des États-Unis, Gellert Grindelwald s’évade et souhaite rassembler des sorciers de « sang-pur » afin de régner sur l’ensemble de la population non magique. Albus Dumbledore, un professeur renommé de l’école de sorcellerie de Poudlard, au Royaume-Uni, semble le seul en mesure de l’arrêter. Les deux hommes, anciens amis d’enfance, seraient devenus ennemis depuis un accident au cours duquel la jeune sœur de Dumbledore aurait perdu la vie. Dumbledore accepte la mission et fait alors appel à son ancien élève Norbert Dragonneau, qui a fait ses preuves en ayant déjà su déjouer les plans du mage noir. C’est l’occasion pour Norbert de retrouver ses amis Tina, Queenie et Jacob4, à l’heure où le monde magique se fragmente plus que jamais.

De façon générale, je ne raffole pas des récits sous forme de pièce de théâtre. Dans le premier tome, le récit palpitant avait pris le dessus et l’expérience ne m’avait pas déplu. Cela a moins bien marché pour ce tome 2, dont l’intrigue, bien que restant dynamique est en-dessous de celle du tome 1. Peut-être parce qu’il n’y a plus l’effet “nouveauté” ou tout simplement parce qu’elle est moins bien ficelée… Je me méfie toujours des tomes 2, mais il est impossible de résister à la perspective d’un roman de J.K. Rowling, surtout lorsqu’il se présente avec une aussi belle couverture. Malheureusement, celui-ci ne m’aura pas convaincue plus que cela même si j’ai passé un moment de lecture agréable.

Inventer les couleurs

Standard

Inventer les couleursDe Gilles Paris
Paru chez Gallimard

Hyppolite vit avec son papa à Longjumeau. La vie pourrait être grise, avec un papa qui s’échine entre les quatre murs d’une usine, et l’école où Hyppolite fait l’apprentissage d’une vie avec ses copains Gégé et Fatou. Seulement voilà Hyppolite dessine et les couleurs transfigurent tous ceux qui l’approchent.

Et si un enfant pouvait faire grandir les adultes autour de lui ?

Comme souvent, c’est la couverture de ce petit roman illustré jeunesse qui m’a attirée. Je ne connaissais pas l’illustratrice Aline Zalko mais elle gagne à être connue. Ses illustrations multicolores sont magnifiques, tout en légèreté et à la fois avec une présence forte.

Le texte sensible et émouvant aborde la période charnière du passage de l’enfance à l’adolescence, période délicate entre toutes. On reconnait bien l’auteur d’Autobiographie d’une courgette dans ce texte. Ici aussi, il y est question de gens cabossés, d’amitié, d’amour, de la vie quoi, avec ses hauts et ses bas… Tout cela avec beaucoup de tendresse et d’optimisme.

Je ne sais comment classer ce livre : roman jeunesse très court, ce n’est toutefois pas une première lecture. Pourquoi pas “nouvelle jeunesse” ? En tout cas n’hésitez pas, lisez-le !