Category Archives: Romans jeunesse

La noirceur des couleurs

Standard

La noirceur des couleursDe Martin Blasco
Paru chez L’Ecole des loisirs

Cinq bébés enlevés.
Un projet expérimental diabolique consigné dans un journal intime.
Un journaliste qui enquête sur ces disparitions vingt-cinq ans après.

1910, Buenos Aires. Une jeune femme réapparaît au domicile de ses parents des années après avoir disparue, une nuit alors qu’elle dormait dans son berceau.
Une jeune femme sans aucun souvenir, un homme qui se comporte comme un chien, les images hallucinées d’une session d’hypnose, sont les pistes qui conduiront Alejandro à remonter le fil de cette sombre histoire jusqu’à un dénouement aussi terrifiant qu’inattendu. 

Le lecteur est désarçonné dès le départ avec un début cash, avant d’enchaîner sur un passage anodin de la vie quotidienne d’Alejandro pour “faire connaissance”. Dès ce second chapitre, le récit bascule et ce sera ensuite une montée en puissance crescendo savamment dosée jusqu’au dénouement.

L’alternance de scènes au présent et de flash-backs d’un journal intime permet de temporiser tout en distillant habilement le suspense. On pourrait supposer que ces passages de journal gâchent l’effet de surprise mais ce n’est pas du tout le cas.

Ce thriller fonctionne très bien et tient le lecteur en haleine jusqu’au bout.

Advertisements

Dans la forêt d’Hokkaido

Standard

DanslaforetdhokkaidoD’Eric Pessan
Paru chez L’Ecole des loisirs

Je me suis réveillée en hurlant.
Jamais de ma vie je n’avais poussé un tel cri, jamais. J’ai coupé court aux questions de mes parents qui ont déboulé dans ma chambre. D’instinct, j’ai sur que ce rêve serait un secret. Mais il était là, parfaitement gravé dans ma mémoire.
J’étais un petit garçon.
J’étais dans la forêt d’Hokkaido.
J’étais seul.
J’étais perdu, pire que perdu.
J’étais abandonné.

Une couverture belle et mystérieuse, un titre tellement poétique, une quatrième de couverture intrigante… Ce livre a tout pour attirer le lecteur !
Le thème du cauchemar m’intéresse particulièrement. Ce récit va bien au-delà.
D’abord, il y a ce texte… simple, concis et ciselé, qui semble aller à l’essentiel et qui dit bien plus que les mots, travaillé jusque dans les moindres détails. Et puis l’intrigue finalement assez simple aussi, qui se dévoile en tandem avec Julie, notre guide. Tout cela pourrait être réel (et d’ailleurs on apprend dans les remerciements qu’un fait divers réel a inspiré l’auteur) malgré une pointe de surnaturel qui vient ajouter une touche particulière au récit.
Ce livre ne ressemble à aucun autre, c’est un OLNI (objet littéraire non identifié). Un bien bel OLNI…

Hôtel Grand Amour

Standard

HotelGrandAmourDe Sjoerd Kuyper
Paru chez Didier jeunesse

Le jour où son père fait un infarctus, le quotidien de Vic, 13 ans dérape comme des chaussures sans crampons sur un terrain de foot. Le voilà seul avec ses trois sœurs pour gérer un hôtel au bord de la faillite. Mais Laeti fait sa chef. Alex n’écoute personne et Pétro enchaîne les bêtises…
Donc quand la belle Isabel rompt avec lui alors qu’ils ne sortent même pas ensemble, Vic déclare forfait : il ne
comprend vraiment RIEN aux filles !

Je ne sais pas si c’est à cause du ton, du style ou autre chose (l’effet traduction peut-être), mais j’ai eu du mal à entrer dans ce roman. Pourtant, Vic, le personnage principal, tourmenté comme un garçon de 13 ans est très attachant et ses rapports avec son père plutôt sympas. Mais j’ai trouvé le démarrage difficile. Ensuite, le côté farfelu prend le dessus, les péripéties s’enchaînent et ça fonctionne.

Le tour de force de ce roman, à mon avis, est sa capacité à séduire filles ET garçons : il y est question de Miss Mer du Nord et de football, mais surtout de se comprendre les uns et les autres et de cohabiter, ce qui n’est pas la chose la plus aisée qui soit à l’adolescence.

C’est frais et plein d’humour. Une bonne lecture pour les vacances !

Socrate, un homme dangereux

Standard

SocrateDe Christopher Bouix
Paru chez L’Ecole des loisirs

À Athènes, Socrate n’est pas du goût de tout le monde. Lorsqu’ils le voient déambuler sur l’Agora, la barbe mal taillée et les pieds nus, ses contemporains retiennent leur souffle. Il faut dire que le philosophe ne les laisse jamais tranquilles. La démocratie, le travail, la société de consommation, la bonne moralité : avec lui, tout y passe ! Il interroge, il questionne, il provoque.
Qu’est-ce que la liberté ? Qu’est-ce qu’une vie réussie ? Comment résister face aux populismes, aux fanatismes, aux opinions toutes faites ? Socrate est décidément loin d’être mort !
2 500 ans plus tard, les idées de ce diable d’homme, père de la philosophie, provocateur et attachant, n’ont pas pris une ride.

Ce titre m’intriguait. S’agissait-il d’un roman jeunesse, d’une version romancée ? Mais qu’étais-ce donc ? Le meilleur moyen de le savoir était bien sûr de le lire.

L’auteur nous plonge immédiatement dans l’Athènes de Socrate. Les détails, les petites descriptions, tout est là pour stimuler l’imagination du lecteur. Christopher Bouix maîtrise son sujet à fond !
C’est un peu déroutant tout de même au départ car il s’agit finalement d’une forme de documentaire (même si ce n’en est pas tout à fait un), donc on ne sait pas trop où l’auteur veut en venir mais on se laisse emporter car c’est bien raconté.

Nous ferons donc connaissance avec Socrate, ses amis, ses ennemis, ses idées.

Les plus jeunes n’accrocheront certainement pas, en revanche, à partir de la seconde, l’intérêt de l’ouvrage est évident et je dirais même indispensable pour la terminale.

Le complot du trident

Standard

LecomplotdutridentDe Tristan Koëgel
Paru chez Didier Jeunesse

Dans le port d’Ostie, le trafic maritime est bloqué par un navire inconnu.
Publius et son neveu Lucius enquêtent. Ils ne vont découvrir à son bord que des cadavres, morts de la peste. À leur cou, un pendentif en forme de trident. Rome est menacée et la peste n’est que le premier fléau infligé à la ville et à ses habitants.
Une enquête haletante débute pour le duo…

Un roman policier qui se déroule pendant l’Antiquité romaine ? Intriguant !

Le début semble tranquille mais rapidement, le rythme s’accélère en s’appuyant sur une intrigue bien menée qui ménage le suspense jusqu’au bout. L’ambiance nous plonge dans une Rome antique plus vraie que nature. Complots, trahisons, coups fourrés, tout y est !

Le style est assez soutenu mais reste accessible pour autant, tout en ciblant les lecteurs un peu plus aguerris, à partir de 12 ans.

Ce roman original est une franche réussite.

Calpurnia et Travis

Standard

CalpurniaDe Jacqueline Kelly
Paru chez L’Ecole des loisirs

A douze ans, le monde de Calpurnia Tate ne dépasse pas les limites du comté de Caldwell. Mais, pour qui sait regarder avec étonnement et curiosité, il y a là mille choses à découvrir. Son frère Travis rapporte à la maison un tatou, des geais bleus et un coyote, toutes sortes d’animaux sauvages qu’il veut apprivoiser en cachette. Et son grand-père initie Calpurnia aux mystères des sciences naturelles. La famille de Calpurnia accueille sa cousine Aggie, et, surtout, un vétérinaire vient s’installer près de chez eux. Pour Calpurnia, c’est l’occasion rêvée de donner enfin corps à ses ambitions…

Quel plaisir de retrouver la pétillante Calpurnia, surtout en début de printemps. Ce nouvel épisode se passe après le premier mais les deux livres peuvent être lus indépendamment. Cela ne pose aucun problème.

J’ai pour ma part préféré le premier, peut-être l’attrait de la nouveauté, en tout cas la relation grand-père-petite fille m’a particulièrement parlé. Calpurnia était “toute neuve” et enthousiaste, ce premier tome était un vrai régal. J’ai trouvé le second un peu en retrait. Même si la jeune fille s’affirme, il n’y a pas de coup de théâtre par rapport au premier et le duo frère-sœur évince un peu le grand-père.

Pour autant, le cheminement de cette féministe avant l’heure est agréable à lire. On sourit à la voir se démener pour exister ! On admire son audace, sa témérité, sa volonté. Elle a du cran la petite ! On se fâche avec elle devant l’injustice. Tout cela semble si lointain par rapport à l’époque à laquelle on vit. Et pourtant ce n’est finalement pas si vieux…

Les petites reines

Standard

De Clémentine Beauvais
Paru chez Sarbacane

On les a élues «Boudins de l’année» sur Facebook. Mais Mireille Laplanche et ses «boudinettes». Hakima et Astrid, n’ont pas l’intention de se lamenter sur leur sort ! Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris… pour s’incruster à l’Elysée ! Place aux Petites Reines ! ! !

Un monument de finesse, d’humour et de vérité !

Lire un livre comme celui-ci dans notre monde obnubilé par l’apparence et la popularité, c’est un bonheur. Parce que dans la vraie vie, les “boudins” sont plus nombreux que les top-models, parce que les images qu’on nous balance sont artificielles, parce que les stars elles-mêmes sont moins glamour au quotidien…

Le cheminement de Mireille, Hakima , Astrid et Kader se fait en profondeur. leur périple est suffisamment long et pénible pour leur permettre d’avancer da sn la vie et, quelque part, grandir.

C’est un livre qui fait du bien ! Tout s’enchaîne à la perfection. C’est du grand art que la belle plume de Clémentine Beauvais nous offre là.