Category Archives: Romans jeunesse

La seizième clé

Standard

Seizieme cleD’Eric Senabre
Paru chez Didier jeunesse

Dans l’immense manoir d’Hemyock, la vie d’Oswald est plutôt confortable : tout un personnel lui est dévoué pour qu’il développe ses talents de jeune prodige. Une étrange maladie lui interdirait tout contact avec l’extérieur : aussi ne connaît-il ni ses parents, ni le monde qui entoure la propriété. Mais à l’approche de ses 16 ans, le garçon s’interroge de plus en plus sur les zones d’ombre que compte son existence. Venue de nulle part, une jeune fille le contacte secrètement et l’incite à fuir avec elle. Mais comment sortir de ces murs ? Devant eux, le mystère est bien plus grand qu’ils ne l’imaginent…

Pour ceux qui suivent ce blog, je suis une grande fan d’Eric Senabre qui propose toujours des histoires originales, bien ficelées et bien écrites. Celle-ci ne fait pas exception à la règle.

Le récit est très mystérieux dès le départ. Le lecteur est vite pris dans ses filets ! Encore mieux, le mystère dure et s’épaissit même. Jusqu’au bout on ne sait pas trop où l’auteur va nous emmener, ce qui est un sentiment délicieux pour le lecteur.

L’aventure est palpitante, avec des rebondissements, des révélations, des surprises.

Ce sera donc un coup de cœur pour ce roman original, au texte soigné et agréable, aux personnages très attachants et accessoirement, à la couverture magnifique.

Krimo, mon frère

Standard

KrimoDe Mabrouck Rachedi
Paru chez l’Ecole des loisirs

Lila part au Japon pour accomplir la dernière volonté de Krimo, son petit frère : disperser ses cendres en haut du World Trade Center d’Osaka. C’est la première fois qu’elle voyage seule, contre l’avis de ses parents.
Pourquoi Krimo a-t-il demandé à être incinéré ? Pourquoi au Japon, où il n’a jamais mis les pieds ? De nombreuses questions assaillent la jeune femme de 19 ans. Pour y répondre, elle n’a que le journal du défunt et un compagnon de hasard.

De loin on pourrait croire à un thriller, mais de près, même si les éléments de suspense sont présents, ce ne sont pas eux qui sont importants (et le suspense n’est pas insoutenable). Ici il est plus question de trouver sa place dans la société, de faire ses propres choix et les assumer, mais aussi d’apprendre à voler de ses propres ailes.
Malgré un dénouement trop rapide et le manque de rebondissements, j’ai apprécié cette lecture qui sonne juste. Avec une plume agréable, l’auteur n’en fait pas trop : le bon ton, la mesure adaptée… Le message est positif sans être mielleux. Tout cela est très bien dosé.
De plus, ce roman permet au lecteur de voyager au Japon : dépaysement et bon moment garantis !

Elyssa

Standard

ElyssaD’Eric Senabre
Paru chez Didier jeunesse

Un haut dignitaire romain est assassiné sous les yeux de son épouse, Elyssa. Accablée de chagrin, celle-ci accepte de reprendre la mission du défunt et embarque pour Carthage. C’est le début d’une aventure à haut risque pour la jeune femme, qui doit déjouer un complot contre Rome, et qui rêve secrètement de venger la mort de son époux.

J’aime beaucoup le style d’Eric Senabre. Ses romans sont toujours bien écrits, avec une intrigue intéressante et synonymes d’un bon moment de lecture en perspective.

Celui-ci ne fait pas exception. Ici le langage est plutôt soutenu, car le narrateur est un érudit. Peut-être concernera t-il donc en priorité des lecteurs plus aguerris, même si les autres peuvent tout à fait se laisser entraîner également dans cette palpitante aventure d’espionnage sur fond de complots et de stratégies politiques entre Rome et Carthage. Tout les ingrédients pour en faire un roman excellent sont réunis : une belle (et intelligente) jeune femme, des vilains de chaque côté, quelques hommes d’honneur, du suspense, une intrigue très palpitante, une incursion dépaysante dans l’Antiquité romaine, etc…

J’ai un peu traîné pour le lire puisqu’il est sorti il y a un petit moment déjà mais cela aurait été dommage de passer à côté. Ce sera mon troisième coup de coeur lecture de début d’année. 2020 commence en beauté !

L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges

Standard

Leblouissante lumiereDavide Morosinotto
Paru chez l’Ecole des loisirs

1941. Hitler décide d’envahir l’Union soviétique. Les chars allemands progressent sur l’immense territoire russe vers le Nord en direction de Leningrad. Dans la précipitation, avant que la ville ne soit encerclée, on organise l’évacuation en train de milliers d’enfants. Viktor et Nadia sont parmi eux. Mais, pour la première fois de leur vie, les voilà séparés. Viktor est envoyé dans un kolkhoze à Kazan, pendant que Nadia se retrouve bloquée à proximité du front des combats. Désormais, Viktor n’a plus qu’une idée en tête : traverser le pays dévasté par la guerre, les bombardements et la faim, pour retrouver sa sœur. Et pour cela il doit être prêt à tout. Car dans un pays en guerre, nécessité fait loi.

Davide Morosinotto m’avait déjà bluffée avec Le célèbre catalogue Walker & Dawn et le voilà qui recommence avec ce nouveau roman ! Si j’ai eu quelques doutes au départ liés à la présentation en “carnets” (je ne suis pas friande de romans épistolaires ni de journaux intimes…), ils ont vite été balayés.
Une fois encore, c’est tellement documenté et bien écrit qu’on a l’impression de lire une histoire vraie. J’aime beaucoup la façon qu’a l’auteur de “raconter” et je peux dire sans hésiter après cette seconde lecture qu’il fait définitivement partie des auteurs à suivre.

L’intrigue est palpitante, passionnante, instructive et ponctuée de traits d’humour. Il n’existe pas énormément de récits de ce point de vue, abordant la Seconde Guerre mondiale du côté russe, pendant le siège de Leningrad. Cela permet de renouveler le thème et de donner un autre éclairage sur ce conflit. Nos apprentissages scolaires nous ont en effet donné de bonnes bases sur le sujet, mais toujours vu du bout de notre lorgnette européenne.

Le roman est assez gros mais se lit rapidement, sans effort. C’est un vrai plaisir.
C’est mon second coup de cœur lecture de cette année.

Un si petit oiseau

Standard

Un si petit oiseauDe Marie Pavlenko
Paru chez Flammarion jeunesse

Après un accident de voiture qui l’a laissée meurtrie, Abigail rentre chez elle. Elle ne voit plus personne. Son corps mutilé bouleverse son quotidien, sa vie d’avant lui est insupportable. Comment se définir quand on a perdu ses repères, qu’on ne sait plus qui on est, que la douleur est toujours embusquée, prête à exploser ? Grâce à l’amour des siens. Grâce aux livres. Grâce à la nature, au rire, aux oiseaux. Avec beaucoup de patience, peu à peu, Abi va réapprendre à vivre.

J’ai trouvé ce livre très émouvant, sensible et juste. Marie Pavlenko a vraiment une belle plume et sait créer des personnages plus vrais que nature. Tous un peu cabossés, ils ont une dimension humaine et faillible très touchante.

L’histoire fait partie de celles dont le rythme n’est pas effréné. Il faut du temps pour se reconstruire, prendre confiance, aller de l’avant. Et pourtant, on n’a pas la sensation d’être sur quelque chose de lent non plus. On avance pas à pas avec Abi, on retient notre souffle et on ne voit pas le temps passer.

Un si petit oiseau mérite sans aucun doute une lecture. C’était mon premier livre de cette autrice et c’est une belle découverte.

Boo

Standard

BooDe Neil Smith
Paru chez l’Ecole des loisirs

Lorsqu’il se réveille au Village, Oliver « Boo » Dalrymple est à peine surpris. Son cœur malade, croit-il. Mais quelque temps après son arrivée dans cet au-delà réservé aux trépassés de treize ans, le jeune garçon découvre, horrifié, qu’il a été victime d’une fusillade. Pire encore : son assassin pourrait bien se trouver lui aussi au paradis. Avec l’aide de Johnny, un camarade de classe arrivé au Village peu de temps après lui, Boo se lance dans une chasse à l’homme pour retrouver le mystérieux « Gunboy » qui leur a ôté la vie. Mais dans cette antichambre de la mort où les fenêtres brisées repoussent comme par magie et où le ciel demeure éternellement gris, les apparences ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être…

Ce roman se passe au Village. Un paradis assez loin de celui que l’on pourrait imaginer. Boo, asocial, mort tragiquement, se retrouve dans un endroit peuplé exclusivement d’ados de 13 ans (ce paradis est organisé par âge), comble de l’horreur pour lui. Comme si cela ne suffisait pas, il semblerait que son meurtrier se soit donné la mort et se trouve également au même endroit, ce qui donne lieu à quelques péripéties.

Je trouve ce livre très original, d’abord par son thème et la façon dont il est traité. Petit détail auquel je suis personnellement sensible : la couverture extra avec ses découpes façon vieux casier…
Ce paradis que nous découvrons avec Oliver est vraiment étonnant. Des questions existentielles autour de la marginalité, du vivre ensemble et de l’amitié seront également abordées et le point crucial de ce récit sera de savoir s’il faut se venger ou bien pardonner.
Par ailleurs, l’intrigue ménage quelques surprises et ce, jusqu’au bout. On ne s’ennuie pas un seul instant avec cette lecture !

L’estrange malaventure de Mirella

Standard

LestrangeMalaventureDe Flore Vesco
Paru chez l’Ecole des loisirs

Moyen Age. Les rats ont envahi la paisible bourgade d’Hamelin. Vous croyez connaître cette histoire par coeur ? Vous savez qu’un joueur de flûte va arriver, noyer les rats en musique, puis les enfants d’Hamelin ? Oubliez ces sornettes : la véritable histoire est bien pire, et c’est grâce à Mirella, une jeune fille de 15 ans, qu’on l’a enfin compris. Jusqu’ici, elle passait inaperçue en ville – qui s’intéresserait à une porteuse d’eau, à une crève-la-faim, une enfant trouvée ? Seulement voilà, Mirella a un don ignoré de tous : elle voit ce que personne d’autre ne voit. Par exemple, elle a bien repéré ce beau jeune homme en noir, qui murmure à l’oreille de ceux qui vont mourir de la peste… Et ça lui donne une sacrée longueur d’avance. Y compris sur le plus célèbre dératiseur de tous les temps.

J’aime bien les livres de Flore Vesco… Le titre de celui-ci m’a interpellée, la quatrième a enfoncé le clou. Ce fut une super lecture. J’ai adoré le langage moyenâgeux utilisé. C’est un vrai plus : ça met dans l’ambiance et c’est drôle. Il y a d’ailleurs un petit lexique à la fin, ainsi que des conseils pour parler comme au Moyen-Age. Ce sont des bonus fort sympathiques !

Le récit est quand à lui palpitant, mais je n’en attendais pas moins. On ne sait pas trop où on va, mais on y va avec plaisir ! Le lecteur découvre des tas de surprises et de rebondissements. C’est vraiment une chouette histoire. Peut-être s’adresse t-elle en priorité aux bons lecteurs de l’âge cible, mais je pense qu’elle peut séduire le plus grand nombre malgré tout. En tout cas, moi j’ai adoré !