Monthly Archives: December 2015

Le fléau de Dieu

Standard

Le fleau de dieuDe Andrea H. Japp
Paru chez Flammarion

La peste ! Le fléau de Dieu qui tue tous les hommes, les purs comme les âmes noires, les doux comme les fourbes, les saints comme les traîtres. Sans distinction de richesse ou de classe. La peste ! Quand elle s’abat sur le royaume de France, en 1347, personne ne veut y croire. Mais lorsqu’elle gagne Paris, elle bouleverse les âmes et les consciences, révèle le véritable tempérament de ceux qu’elle effraie ou… qui en jouent. Les pires instincts se réveillent. Et les ordres établis vacillent. Même la cour du roi succombe à ses pires démons. Gabrielle d’Aurillay, tout récemment arrivée dans la capitale, pourra-t-elle sauver sa vie et celle de son enfant ? Parviendra  t’elle à comprendre la personnalité de son mari ? Le diptyque mystérieux que ce dernier gagne au jeu est-il un talisman ou une malédiction supplémentaire ? Et pourquoi rend-il fou tant d’hommes de foi ? La fortune offrira-t-elle une autre chance à Gabrielle, contrainte de devenir la femme qu’elle ne rêvait pas d’être : celle qui décide et se prend en main… au péril de sa vie ? Dans cette saga aussi réussie qu’intrigante, où les vérités d’un jour ne sont plus celles du lendemain, le destin de chacun peut basculer d’un coup. Amours, trahisons, mystères, superstitions, disparitions suspectes… à croire que la peste n’est pas le mal le plus terrifiant du royaume de France.

Il s’agit du premier tome d’une série.
Ce livre n’est pas juste la mise en place d’une saga, il s’y passe beaucoup de choses, c’est  passionnant. On termine simplement sur un point d’interrogation, comme le veut la loi des séries.
Avec des personnages féminins attachants et des parcours qui se croisent et semblent bien partis pour se recroiser, l’histoire pose des bases convaincantes, pour fonctionner sur le long terme.

Le récit semble également bien documenté. Peut-être un peu trop pour les non-amateurs de notes de bas de page !
Il ne s’agit pas d’un récit historique mais il est solide et adapté à l’époque choisie, le Moyen-âge, et aux événements racontés. Il sert parfaitement l’intrigue, qui est quant à elle suffisamment palpitante pour tenir le lecteur en haleine…
Et en bonus, quelques explications éclairées en postface, très intéressantes.

Advertisements

Casse-noisette

Standard

Casse noisetteTexte Pierre Coran
Raconté par Valérie Karsenti
Illustré par Delphine Jacquot
Paru chez Didier jeunesse

Poussez les portes de la Maison d’Argent et laissez-vous emporter par la féérie du célèbre ballet de Tchaïkovski !
C’est la nuit de Noël, l’armoire aux jouets s’anime… et Casse-Noisette se réveille.

Voilà un bien beau livre CD, avec en dernière page une explication sur la création et l’origine de ce grand classique, revisité ici avec succès.

Derrière la somptueuse couverture, se cache un livre poétique et magique.
Les illustrations de Delphine Jacquot, tout en finesse, donnent une ambiance particulière et féerique à l’histoire.

De nombreux extraits musicaux ponctuent agréablement le récit, le rendant vivant et animé. La narratrice est parfaitement dans le ton, contribuant au dynamisme de l’ensemble et rendant l’écoute d’autant plus agréable. En bonus, 20 minutes de musique reprennent les plus beaux airs du ballet.
Le récit nous emporte dans le rêve et la magie de Noël… Un livre tout à fait de saison, donc !

Il existe en livre disque seul ou en coffret, au choix !

Kamarades, tome 1 La fin des Romanov

Standard

kamarades-ka-fin-des-romanovScénario de Benoît Abtey & Jean-Baptiste Dusséaux,
illustrations de Goust Mayalen
Paru chez Rue de Sèvres

 

La révolution russe est en mouvement. Volodia a choisi son camp : celui des bolcheviks, aux côtés de Staline. C’est au cœur de cette agitation qu’il tombe fou amoureux d’Ania. Mais quand elle disparaît, ses idéaux vacillent : qui est-elle vraiment ? Quel personnage, dans l’ombre, tire les ficelles ?

Il s’agit d’une fiction sur fond historique.

La Révolution russe est encore aujourd’hui empreinte de mystère et de nombreuses zones d’ombres subsistent, chaque camp ayant tenté de tirer la couverture à lui et de tirer les ficelles. Cela a laissé lieu à de nombreuses spéculations et continue sans nulle doute de passionner les historiens et les foules. Kamarades nous donne sa version des faits !

La destinée des Romanov ainsi que la Révolution russe sont des événements qui ne peuvent laisser indifférent. Cette lecture donnera donc lieu à des recherches plus poussées pour en savoir plus ! C’est tout l’intérêt et la finesse de cette BD. Comme il s’agit d’une fiction, tout est possible, par exemple le grand amour entre Volodia et Ania/Anastasia… Mais comme la fiction est basée sur l’Histoire (avec un grand H), le lecteur peut extrapoler selon les informations dont il dispose par ailleurs, une fois qu’il a accepté de ne pas trouver un reflet exact de la véritable Histoire, floue au demeurant.

Le choix de l’illustratrice Mayalen Goust, donne une grande classe au livre, avec des images à la fois simples et très fortes aux couleurs discrètes (à part le rouge) qui épaulent parfaitement le propos, ainsi qu’une couverture qui interpelle.

Un premier tome réussi, qui pose habilement les bases de la série avec un récit très dense et donne envie au lecteur de poursuivre l’aventure, voire d’aller plus loin !

Yehunda

Standard

yehundaTexte Isabelle Wlodarczyk
Illustrations Dani Torrent
Paru chez D’Orbestier Rêves bleus

 

Yehunda est née dans un champ de coton et vit sous le soleil, les yeux éclatant de lumière.
Yehunda a un secret qu’elle ne retrouve qu’à la nuit tombée.
Son secret a les cheveux blonds et la peau aussi claire que la sienne est foncée.
Ensemble ils construisent leurs rêves, s’allégeant du poids écrasant de la discipline imposée par les maîtres.
Mais un jour, peut-être seront-ils libres de réaliser leurs rêves.

 

Voilà une bien belle façon d’aborder le thème de l’esclavage avec les enfants.

Le grand format sublime les illustrations hautes en couleur de Dani Torrent. Des illustrations à la fois douces et lumineuses qui font rêver et emmènent le lecteur très loin.

Le texte d’Isabelle Wlodarczyk, une auteure que j’apprécie et dont j’ai déjà parlé ici, est très poétique et, malgré le sujet, ne tombe pas dans le pathos mais appelle plutôt l’espoir de jours meilleurs. C’est une bonne chose car l’espoir est un moteur puissant…

yehunda2

Jonah – Tome 5 : Au-delà de l’océan

Standard

Jonah5De Taï-Marc Le Thanh
Couverture Rebecca Dautremer
Paru chez Didier jeunesse

 

Depuis qu’il a découvert la vérité sur sa naissance, Jonah se laisse dépérir.
Alicia, restée dans la jungle, bénéficie d’un soutien inattendu et se transforme en une guerrière redoutable.
L’avant-dernier tome de la série : un suspense effroyable !

Jonah, c’est un peu comme une friandise pleine de surprises. Ça pétille, ça surprend, ça éclate, ça épate… Fizz Plac Boum Wouah !!!!
Voix A nous l’affirme en milieu de parcours « ça va chier dans le ventilo » !

La montée en puissance continue et le rythme reste très soutenu, dès le départ et jusqu’au bout. Mais jusqu’où ira t-on ? Taï-Marc Le Thanh embarque son lecteur avec subtilité tandis que son héros gagne en puissance, en maturité, en charisme.
De nombreux passages poussent également à la réflexion, en les replaçant dans notre contexte réel…
Et puis, toujours, cet humour, grinçant par moments, qui pimente avec style cette nouvelle aventure, ébouriffante comme il se doit (nous n’en attendions pas moins !).
Le sans-faute se poursuit pour cette série.

On n’a pas du tout envie que ça se termine mais on a quand même très hâte le prochain et dernier tome, ma collégienne et moi. Vivement le tome 6 !

Les jardins Divari

Standard

les-jardins-divariTexte Caroline Hurtut
Illustrations Loren Bes
Publié chez D’Orbestier Rêves bleus

Monsieur Divari est un jardinier virtuose. Dans ses jardins luxuriants, il fait pousser toutes sortes d’instruments de musique, de généreux violoncelles à l’automne, de fines clarinettes au printemps ou de jolis petits piccolos en été. Il leur apporte un soin tel qu’il a acquis un savoir-faire à nul autre pareil et ses instruments sont d’une telle perfection que sa réputation est connue bien au-delà des frontières. Mais les saisons passent inexorablement et le temps est venu pour Monsieur Divari de trouver la personne qui sera digne de lui succéder…

Voilà une belle histoire poétique comme on les aime, avec un potager extraordinaire où il pousse des instruments de musique. Ce texte ne peut qu’avoir été écrit par une musicienne ! Les références sont excellentes et bien amenées, notamment les noms des personnages et leurs univers. C’est très bien vu !

Et que dire des illustrations ? Je ne suis pas objective, elles sont de mon ami Loren Bes, le virtuose du pinceau, le Mozart de l’aquarelle. Comme d’habitude, ses illustrations nous font voyager un peu plus loin en dépassant le texte, dans une explosion de couleurs, avec de merveilleux instrument-fleurs ou fleur-instruments qui stimulent l’imagination.

Seul bémol, si j’ose dire, je trouve le texte un peu trop long et complexe pour l’âge mais avec un bon accompagnement de lecture, ça ira comme sur des roulettes !

Jazz sous la lune

Standard

Jazz sous la luneSélections Misja Fitzgerald Michel
Illustrations Ilya Green
Traductions Valérie Rouzeau
Paru chez Didier jeunesse

Des chansons douces et des standards incontournables, interprétés par les plus belles voix du jazz des années 1950 : Nina Simone, Louis Armstrong, Ray Charles, The Golden Gate Quartet et bien d’autres encore…

Ce volume 2 réussit le pari de séduire après un volume 1 particulièrement remarqué.
De grand format, avec des finitions impeccables, c’est un bien bel objet.
La douceur des illustrations d’Ilya Green n’y est pas pour rien ! Tendres et poétiques, elles sont apaisantes, tout comme les voix du CD.

Que des grands classiques, pour une ambiance feutrée et détendue. L’écoute est agréable, comme une parenthèse suspendue. On retrouvera des classiques hivernaux, parfaits pour une ambiance de Noël réussie.
Pour aller un peu plus loin, chaque chanson est traduite en français…