Tag Archives: Rue de Sèvres

Yin et le dragon – Tomes 2 & 3

Standard

Yin2Yin et le dragon – Tome 2 Les écailles d’or
Scénario Richard Marazano
Dessin et couleurs Xu Yao
Paru chez Rue de Sèvres

Alors que les japonais occupent Shangaï, Yin cache un dragon d’or dans l’atelier de son grand-père. Mais les turbulents gamins des rues et le très fureteur capitaine Utamaro risquent de découvrir son secret.
L’étrange créature se remet peu à peu de ses blessures et révèle bientôt les raisons de sa présence dans le monde des hommes.
La rumeur gronde, Yin et ses amis doivent se préparer à la tempête qui approche.

Cette suite immédiate du tome 1 démarre immédiatement dans l’action. Le scénario est ici encore passionnant. On en apprend plus sur la mythologie et la terrible menace qui pèse sur Shangaï et l’humanité au sens large. Les illustrations sont toujours aussi grandioses, avec des couleurs sublimes et donnent une belle ambiance au récit. Le tome 3 sera sans aucun doute une apothéose haute en couleurs.

 

Yin3Yin et le dragon – Tome 3 Nos dragons éphémères
Scénario Richard Marazano
Dessin et couleurs Xu Yao
Paru chez Rue de Sèvres

La tempête que redoutaient Yin et ses amis est maintenant sur eux : Xi Gong, le grand dragon noir de la fin des temps a lancé son attaque sur le règne des hommes. L’armée japonaise est en déroute et rien ne semble pouvoir arrêter la folie destructrice du terrifiant dragon.
Yin et ses amis ne baissent pas les bras pour autant et comptent bien se battre pour leur survie et celle de leur monde. Mais la bataille s’annonce terrible…

Le grand format rend vraiment hommage aux couleurs et aux illustrations de cette trilogie. C’est une explosion de couleurs pour ce tome 3 qui le mérite amplement. Tout explose, dans un combat final époustouflant. Même si certains passages sont presque un peu confus, l’intrigue est poussée jusqu’au bout et reste passionnante. La conclusion de cette trilogie est vraiment belle, avec un petit message intéressant “notre monde sera ce qu’on fait de lui”.

Advertisements

Un été d’enfer

Standard

Un ete denferDe Vera Brosgol
Paru chez Rue de Sèvres

Dans cette oeuvre autobiographique on découvre l’autrice à dix ans : venue de Russie, elle peine à s’intégrer aux États-Unis où elle s’est installée avec sa mère, son petit frère et sa petite soeur. Ses amies américaines vont chaque été dans de luxueux camps de vacances, qui font rêver Vera mais qui sont bien trop chers pour sa mère. Alors quand elle entend parler d’un camp d’été pour immigrés russes aux États-Unis, elle saute sur l’occasion ! Mais entre la cabane à toilettes insalubre, les randonnées épuisantes et les animaux dangereux, les vacances de rêve se transformeront vite en cauchemar…

Sous un vernis de légèreté, que ce roman graphique est dur. Il y est question d’intégration. Véra, arrivée de Russie se sent différente et n’est pas traitée avec bienveillance par ses camarades d’école. Pour autant au camp scout réservé aux enfants russes, elle n’aura pas la vie facile non plus. Parce que les autres se connaissent déjà, parce qu’elle est maladroite, parce qu’il faut rentrer dans le moule, parce que le moindre faux pas peut coûter, parce que la vie en communauté n’est pas toujours facile. Pourtant, Véra est un miracle d’optimisme. Elle trouve toujours moyen d’aller de l’avant…

Évidemment, on termine sur une note relativement heureuse en laissant supposer que Vera a enfin trouvé sa place dans cette communauté, mais ce roman graphique laisse malgré tout un petit goût amer.

Une aventure des spectaculaires, tome 3 : Les spectaculaires prennent l’eau

Standard

Spectaculaires3De Régis Hautière et Arnaud Poitevin
Paru chez Rue de Sèvres

Paris, janvier 1910, la Seine connaît une crue exceptionnelle plongeant tous les quartiers sous plusieurs mètres d’eau et désorganisant totalement les services publics. Les boutiques sont saccagées et dans les rues qui ne sont plus éclairées, faute de gaz et d’électricité, les habitants sont agressés.
Les malfrats en profitent, notamment l’un d’eux qui se fait appeler le Marsouin. Cambrioleur de haut vol, il pille les Musées, libère des prisonniers… en signant ses délits d’un M, soldant chacune de ses actions par une lettre adressée à la presse soulignant l’incapacité de Louis Lépine, Préfet de police et créateur du concours du même nom.
C’en est trop, Pipolet est convoqué au Ministère de l’Intérieur, les Spectaculaires sont sollicités pour arrêter le Marsouin. Quelles nouvelles inventions aquatiques Pipolet a-t-il prévu pour la fine équipe ? Se sortiront-ils de cette mission en eaux troubles ?

C’est à leur progression dans le temps qu’on reconnaît les bonnes et moins bonnes séries. Celle-ci est une winneuse, incontestablement. Le troisième tome ne démérite pas, bien au contraire, il est même encore plus drôle que les précédents. L’humour est omniprésent !
L’intrigue est quant à elle palpitante (pas évident en aussi peu de pages), farfelue à souhait et très dynamique.
Les illustrations conservent une grande élégance… De nombreux personnages ont ici revêtu les traits de personnes célèbres. Je ne suis pas toujours ultra fan de ce genre de choses mais là ça passe bien.

Ce troisième tome haut en couleurs est donc une franche réussite !

Pourquoi y a t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ?

Standard

pourquoi y a t il des inegalitesDe Soledad Bravi et Dorothée Werner
Paru chez Rue de Sèvres

Il était temps de faire une chronologie et de remonter aux origines des inégalités entre les hommes et les femmes, pour en révéler l’absurdité et nous donner envie de repartir sur des bases plus justes qui nous permettront de grandir et de vivre tous ensemble en harmonie.

Petite BD humoristique sur un sujet délicat. Soledad Bravi a choisi de remonter aux racines du “mal”. La chronologie démarre donc à la préhistoire.
Le récit est synthétique, ciblé. Le message est délivré clairement et simplement, avec certaines réflexions audacieuses. Certains aspects auraient toutefois mérités d’être développés. Pour autant, ce n’est pas ici l’objectif de ce livre qui n’a rien d’un documentaire.
Les illustrations sont pleines d’humour, permettant ainsi de rester dans une forme de légèreté qui ne peut que servir le message.
Cette approche est parfaite pour constituer une base de dialogue et de réflexion sur ce vaste débat et captiver l’intérêt des ados.

Quelques très belles BD pour Noël ?

Standard

Cette année encore, les amateurs de BD et romans graphiques ne seront pas en reste ! Et il y en a pour tous les goûts !!!

Chateau des etoiles4Le château des étoiles volume IV – Un français sur Mars
Texte et scénario Alex Alice
Paru chez Rue de Sèvres

Séraphin et ses amis arrivent sur Mars à la recherche du Professeur Dulac et de l’expédition prussienne qui l’a enlevé. Quand ils retrouvent les restes abandonnés de l’expédition précédente, le traître Gudden dévoile son jeu : le père de Séraphin n’est pas sur Mars, il ne l’a jamais été ! Avide de pouvoir, Gudden les a manipulés pour rapporter le maximum d’éthérite sur Terre. Une rixe éclate entre Gudden et Séraphin. Assommé, celui-ci se réveille seul sur Mars… abandonné de ses compagnons ?! Il ne reste pas seul longtemps et découvre que Mars est habitée.

Après un court résumé des épisodes précédents, c’est reparti et en fanfare. Le rythme est soutenu, l’intrigue vraiment sympa. Le scénario parvient à surprendre et propose une histoire qui peut se lire indépendamment (très appréciable !), avec une pirouette finale pour entretenir la flamme. Cela fonctionne toujours aussi bien. Les images sont toujours aussi belles, dans des tonalités douces. Les paysages martiens ont visiblement inspiré Alex Alice et nos petits yeux se régalent…
L’objet livre est toujours aussi soigné. Cette série se poursuit et ne faiblit pas !

Harry Potter et le prisonnier d'AzkabanHarry Potter et le prisonnier d’Azkaban
De J.K. Rowling, illustrations Jim Kay
Traduction Jean-François Ménard
Paru chez Gallimard jeunesse

Sirius Black, le dangereux criminel, qui s’est échappé de la forteresse d’Azkaban, recherche Harry Potter. C’est donc sous bonne garde que l’apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d’une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes… Mais Harry est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d’émotions. Frissons et humour garantis !

Ce  n’est pas un roman graphique à proprement parler car le texte n’a pas été remanié pour s’adapter au format graphique. Il s’agit ici du texte intégral richement illustré. L’illustrateur s’est approprié l’histoire et propose des cabochons, des images en demi page, en page entière et même en double page qui viennent accompagner l’histoire et titiller l’imagination. Les illustrations de Jim Kay sont très belles.
L’objet est magnifique : très grand format, couverture cartonnée, jaquette avec fer à dorer, marque page ruban… Aucun détail n’est laissé au hasard.

Narcisse1Narcisse tome 1 – Mémoires d’outre-monde
De Chanouga
Paru chez Paquet

On m’a souvent dit que si j’avais marché dans les pas de mon père, tout cela ne me serait jamais arrivé… Mais c’est un fait, c’était en moi, rien au monde n’aurait pu me faire changer d’avis… J’étais fait pour être marin. De ce qui m’est arrivé, moi Narcisse P., je n’ai aucun regret… pour ce qui est d’Amglo c’est une autre histoire.

Premier tome d’une trilogie basée sur une histoire vraie et mystérieuse, cette BD a tout pour plaire. Une intrigue fournie qui prend de l’ampleur progressivement, de l’exotisme à revendre, un personnage principal plutôt énigmatique. Le récit n’est ni court ni long, juste suffisant pour poser ici les bases. L’auteur s’est approprié l’histoire de Narcisse Pelletier et la raconte à sa façon. Je ne sais pas ce qu’il en est de la version originale mais cette version là est superbe et invite le lecteur à un bien beau voyage. On sent l’appel de la mer et le souffle du grand large… Les magnifiques illustrations viennent sublimer le texte. Cet album est d’un esthétisme fou !

EdmondEdmond
De Leonard Chemineau, d’après la pièce d’Alexis Michalik
Paru chez Rue de Sèvres

Paris, décembre 1897, Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Après l’échec de La princesse lointaine, avec Sarah Bernhardt, ruiné, endetté, Edmond tente de convaincre le grand acteur en vogue, Constant Coquelin de jouer dans sa future pièce, une comédie héroïque, en vers. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de coeur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit mais qui deviendra la pièce préférée des français, la plus jouée du répertoire jusqu’à ce jour.

Tout simplement réjouissant. Un rythme soutenu, une intrigue à rebondissements, un côté vaudevillesque absolument charmant, un thème passionnant, ce roman graphique est incroyable ! C’est du très grand spectacle.
On entre vraiment dans l’ambiance et dans les coulisses. Il n’y a rien de plus à dire. C’est une réussite sur toute la ligne.

Joanne LebsterJoanne Lebster – Le début d’un nouveau monde
Scénario Marc Chinal, Dessins Mathieu Bertrand, Couleur Marie Avril
Paru chez Les éditions Réfléchir n’a Jamais Tué Personne

– Améliorer la face du monde ?
Soigner en profondeur notre société ?
Utopique ! Ma pauvre petite, d’autres avant vous ont essayé et tous ont échoué !
– Peut-être parce qu’ils ont continué d’utiliser l’outil qui posait problème ?

Par les temps qui courent, cette BD anticapitaliste peut intéresser pas mal de monde. Cette histoire basée sur un flashback est sympa et bien équilibrée. Le propos est clair (mais pas simplissime à lire tout de même), sans détour, plutôt militant : la solution pour notre société gangrenée est de supprimer l’argent. Il y a des éléments de réflexion intéressants, d’autres un poil too much car poussés à l’extrême. La mise en relation avec les réactions de la petite fille (hors flashback, donc) est particulièrement réussie.
Le graphisme est agréable.

Quelques idées de beaux-livres pour Noël

Standard

Je sens la panique qui monte. Pour éviter tout achat frénétique au dernier moment, voici une première liste de beaux-livres pour tous les âges !

mini bibliothequeLa Mini-bibliothèque de Maurice Sendak
Paru chez L’Ecole des loisirs

Celui-ci est un concept en soi ! Il s’agit d’un tout petit coffret plutôt mignon (mais vraiment tout petit). Illustré avec des images de Maurice Sendak sur toutes les faces, il présente bien. A l’intérieur se trouvent 4 tout petits livres : Un, deux, trois… et cetera, J’adore les alligators, Pascal et Ma soupe de poule au riz.
Les petits livres sont très soignés avec une belle couverture élégante et une belle jaquette pour la protéger. Ils font leur petit effet !
Un petit cadeau sympa.

HP_histoire de la magieHarry Potter A la découverte de l’Histoire de la magie
Paru chez Gallimard jeunesse

Évidemment, en termes de beaux-livres, les amateurs du petit sorcier n’auront que l’embarras du choix en cette fin d’année.
A la découverte de l’histoire de la magie s’appuie sur l’expo organisée à Londres pour célébrer les 20 ans d’Harry Potter. Le livre présente donc à la fois des objets, documents manuscrits et autres, mais explique aussi les origines du livre : d’où J.K. Rowling a tiré son inspiration, comment elle a pratiqué pour son écriture, comment celui-ci a été publié… Tous les points importants de l’univers HP sont passés à la loupe, du Poudlard express à la Boule de crystal, en passant par Nicolas Flamel, le Chemin de traverse et les œufs de dragons. Ils sont remis en situation dans notre contexte historique ou actuel, ce qui les éclaire sous un nouveau jour. Des activités autour de la magie à réaliser chez soi sont également proposées. Je ne les ai pas testées, mais elles m’ont semblé très sympas.
C’est superbement mis en page, bien illustré, intéressant et absolument incontournable pour les fans. Le contenu est riche et intéressant, c’est un must-have qui n’a rien d’un énième texte remanié sur les films.
Si vous préférez la langue de Shakespeare, il existe également en anglais : A journey through a history of magic ((Bloomsbury) et est tout à fait accessible sans nécessiter une maîtrise absolue de la langue. Pensez-y, cela peut même être un excellent exercice pour vos ados !

couv27016518Je reviens vers vous
D’Olivier Tallec
Éditions Rue de Sèvres

C’est le troisième de la série et il est aussi bon que les deux premiers. Quel plaisir de retrouver cet humour grinçant ô combien réjouissant, assorti d’une plastique irréprochable. Les illustrations percutent toujours aussi bien.
L’objet livre est élégant. C’est le cadeau idéal !

Le mystere du corpsLe mystère du corps humain
De Jean Paul Schutten, illustrations Floor Rieder
Paru chez L’Ecole des loisirs

Un superbe ouvrage avec couverture cartonnée à l’ancienne et tranche dorée pour les scientifiques en herbe.
Richement illustré, il explique tout sur le corps humain avec beaucoup de pédagogie, de façon claire et intéressante. C’est un ouvrage dense que l’on peut apparenter à une encyclopédie.
En plus d’être un bel objet, il est vraiment très bien fait et son contenu est passionnant, instructif et accessible. Il passionnera sans aucun doute petits et grands !

Couverture_avantLe monstrueux bestiaire à plumes, à poils et à écailles
Texte Corinne Boutry, illustrations Nathalie Polfliet
Paru chez Mazurka

Très beau livre présentant 26 créatures issues de folklores régionaux et internationaux. Chaque double page présente l’une de ces créatures, avec une description du sorcier Augusto Stratus ainsi qu’une petite particularité, qui peut s’avérer utile si  jamais vous deviez rencontrer la créature en question, sait-on jamais…
Les planches sont superbement illustrées et la mise en page très soignée, en fait un bel objet livre.
A consommer sans modération de 7 à 777 ans !

La belle et le fuseauLa belle et le fuseau
Texte Neil Gaiman, iIllustrations Chris Riddell
Paru chez Albin Michel

C’est une sorcière des forêts, bannie depuis mille ans. Elle a maudit l’enfant à la naissance, prédisant que le jour de ses dix-huit ans la petite se piquerait le doigt et dormirait à jamais.

Tout d’abord, il faut dire que l’objet livre en lui-même est sublime : grand et de belle qualité, avec une couverture double à tomber raide avec jaquette calque…
Les illustrations de Chris Riddell sont sublimes. J’adore cet illustrateur mais là je trouve qu’il s’est surpassé. Il y a une multitude de détails. Chaque page comporte une illustration, certaines sont même en double page et comble du luxe, chacune comporte un élément doré.

Le point de départ est l’histoire de la Belle au bois dormant, puis le texte brode à sa guise, détournant allègrement le conte et n’hésitant pas à utiliser des références bien trouvées à d’autres contes. Ici les codes habituels sont bousculés, pour un résultat surprenant. Des rebondissements sont également de la partie.
Le texte est plus long que celui d’un album illustré, sans atteindre la longueur d’un roman. En tant que lectrice, j’aurais pu apprécier que cela dure encore un peu plus. L’auteur aurait tout à fait pu s’attarder un peu plus sur certains moments.

Ce livre est un petit bijou, pour une lecture agréable en dehors des sentiers battus.

 

Bonjour tristesse

Standard

Bonjour tristesseDe Frédéric Rébéna, d’après le roman de Françoise Sagan
Couleurs de Jean-Luc Ruault
Paru chez Rue de Sèvres

« Anne était un beau serpent, elle se glissait entre nous. Elle allait nous voler notre bonne chaleur… Sa froideur était une forme de vie. J’entrai par elle dans un monde de mauvaise conscience. Moi, naturellement faite pour l’insouciance… Je me perdais moi-même. »

Il fallait être courageux pour s’attaquer à ce roman culte. Frédéric Rébéna s’en sort merveilleusement bien. Avec des illustrations résolument modernes, pour prouver que cette histoire est atemporelle. Sobres, élégantes, froides parfois dans leurs couleurs, elle sont le reflet parfait de l’ambiance du récit. Côté récit, l’essentiel a été extrait du roman avec habileté. Je trouve toutefois qu’on sent moins ici la dualité de Cécile et les combats intérieurs que cela entraîne.

J’ai adoré cette lecture qui m’a replongée dans ce formidable roman avec plaisir. L’adaptation est réussie. Je regrette tout de même que la fin soit dévoilée dès les premières pages, privant ceux qui n’ont pas déjà lu le roman, de la montée en puissance liée à l’incertitude et aux mauvais pressentiments. Je regrette également que la lecture du roman soit ici le déclencheur car cela rend Cécile plus machiavélique qu’elle n’est et relègue son ambivalence au second plan. C’est dommage… Cela mis à part, c’est un excellent roman graphique, à lire et relire.