Tag Archives: Rue de Sèvres

The end

Standard

The EndDe Zep
Paru chez Rue de Sèvres

Dans le cadre d’un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C’est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra, hélas trop tard, que ces événements sonnent l’alerte d’un drame planétaire ?

C’est assez court mais plutôt bien mené et totalement maîtrisé. On devine progressivement ce qu’il va se passer. Il n’y a pas de surprise majeure, jusqu’à l’épilogue. A priori, l’idée n’est pas de surprendre le lecteur mais de l’amener à réfléchir sur la place de l’Homme dans la nature et donc sur la Terre.

L’histoire est intéressante et prenante, je n’avais encore pas rencontré le thème “apocalyptique” dans un roman graphique. Tout cela avec les Doors en musique de fond, suggestion musicale totalement dans l’ambiance !

Les images sont soignées et très belles. J’avoue que la couverture très flashy m’a fait un peu peur mais il faut toujours mieux se faire une idée concrète plutôt que de juger hâtivement. Eh bien, je confirme que ça valait totalement le coup d’ouvrir ce livre ! La sobriété des couleurs de l’intérieur donne une ambiance étrange, parfaitement dans le ton.

C’est profond, c’est beau et ça mérite absolument d’être lu !!!

Advertisements

Vies volées

Standard

ViesVoleesDe Matz et Mayalen Goust
Paru chez Rue de Sèvres

En Argentine, de 1976 à 1983, sous la dictature militaire, 500 bébés ont été arrachés à leurs mères pour être placés dans des familles plus ou moins proches du régime. Plusieurs années après cette tragédie, les grands-mères de ces enfants ne cessent de se battre pour les retrouver. Interpellé par ce drame largement médiatisé, Mario, un jeune homme de 20 ans qui s’interroge sur sa filiation décide d’aller à la rencontre de ses grands-mères accompagné de son ami Santiago et décide de faire un test ADN, Les résultats bouleverseront les vies des deux jeunes gens et de leur entourage.

Interpellée par la sublime couverture, impossible de résister !

Le sujet est super intéressant. Il s’agit d’une fiction basée sur des faits historiques. On suit le parcours de deux jeunes hommes remplis de doutes sur l’avenir, l’amour, etc. Mario est torturé par la pensée qu’il pourrait être l’un des enfants volés sous la dictature…. Le passé, pas si lointain, continue de les poursuivre, dévoilant ses crimes de régime totalitaire. On sent que les argentins n’en ont pas fini avec ces heures sombres…

Les personnages sont très sympathiques, le récit se déroule tranquillement, sans être ennuyeux (c’est l’avantage de la fiction !). Et les images sont merveilleuses. D’une grande douceur, les cases sont de taille variable pour mieux mettre en avant tel ou tel moment, souligner une ambiance. Le trait sensible et délicat accompagne parfaitement le scénario.

Je vais rester

Standard

Je vais resterScénario Lewis Trondheim
Illustrations Hubert Chevillard
Paru chez Rue de Sèvres

Fabienne et Roland débarquent à Palavas pour passer la semaine. Roland a tout payé, tout organisé et scrupuleusement consigné chaque étape du séjour dans un carnet. Ils s’apprêtent à déposer leurs bagages à l’appartement.
Soudain, elle se retrouve seule.
Stupeur, déni…
Contre toute attente, elle décide de rester.

Une histoire toute simple, qui parvient à dire énormément de choses avec une rare économie de mots : de nombreuses cases n’ont pas de texte du tout et s’en passent très bien.
Une histoire de tous les jours. La joie des vacances, le soleil, le bonheur. Et tout bascule en un coup de vent. Cette disparition soudaine pourrait être drôle si le moment n’était pas tragique. C’est le parti pris de l’auteur tout au long de ce récit, qui parle de mort en célébrant la vie, qui parle de vide dans une ambiance bondée, qui parle de tristesse sur la plage… Un véritable tour de force que ce récit original qui n’a rien de plombant et qui fait même sourire parfois.

Les illustrations douces et lumineuses vont également dans ce sens. Sensibles, poétiques, chaleureuses et très expressives, elles donnent le ton. L’alchimie entre le scénario et les images est parfaite !

Brigade Verhoeven, tome 1 Rosie

Standard

Briage VerhoevenDe Bertho et Corboz
D’après un roman de Pierre Lemaitre
Paru chez Rue de Sèvres

La bombe a convenablement fonctionné ; sur ce plan, il a tout lieu d’être satisfait. Les rescapés tentent déjà de secourir les victimes restées au sol. Jean s’engouffre dans le métro. Lui ne va secourir personne. Il est le poseur de bombes.

Habituellement je passe mon tour pour ce genre de romans graphiques mais la curiosité l’emporte parfois et la mention de Pierre Lemaitre a tendance à l’aiguiser.

Il s’agit donc du premier tome d’une saga adaptée de romans.

Je suis rarement convaincue par les adaptations de romans policiers mais ici c’est plutôt réussi. Le commandant et ses enquêteurs sont très bien campés, le ton est donné, l’enquête fonctionne : le chemin est tracé pour les tomes suivants. Cela reste un peu court pour un policier, format graphique oblige, mais c’est ici très bien fait et cette saga est donc, à ce stade, pleine de promesses.

Dernier point but not least, l’élégante couverture jaune claque un max !

Aspirine

Standard

AspirineDe Joann Sfar
Paru chez Rue de Sèvres

Aspirine, étudiante en philosophie à la Sorbonne a la rage, elle ne supporte plus de revivre sans cesse les mêmes épisodes de sa vie pourrie. Et ça fait 300 ans que ça dure car Aspirine est vampire, coincée dans son état d’adolescente de 17 ans. Elle partage un appartement avec sa soeur Josacine, heureuse et sublime jeune femme de 23 ans, qui elle au moins, a eu l’avantage de devenir vampire au bon âge. En perpétuelle crise d’adolescence, elle passe ses nerfs sur son prof, sa soeur et tous les hommes «relous » qui croisent sa route. Assoiffée de sang, elle n’hésite pas à les dévorer (au sens propre) ou les dépecer. C’est même devenu un rituel avec les amants que sa jolie grande soeur collectionne. Malgré tout, elle attise la curiosité d’Ydgor ado attardé, un étudiant de type « no-life » : vaguement gothique, légèrement bigleux et mal peigné… avec comme kiff dans la vie, le fantastique et la légende de Cthulhu… Il rêve de vivre un truc magique, d’un destin exceptionnel et a compris qu’Aspirine est une vampire. Pour acquérir le privilège de pouvoir l’accompagner, il s’engage à garder le secret et à devenir son serviteur… son esclave. Parviendra-t-il à gagner sa confiance voire même son amitié ? Arrivera-t-il à la calmer de ses pulsions mortifères ? Au final, lequel sera le plus enragé des deux ?

Une histoire de vampire moderne, très ancrée dans notre quotidien, plutôt déjantée. Complètement mordante !
Une histoire d’ados mal dans leur peau.
Des jeunes qui attendent que quelque chose d’extraordinaire leur arrive. Le “mythe” de l’ado est ici poussé à l’extrême : Aspirine,  jeune vampire mal dans sa peau, mal dans son corps, mal dans sa vie est ado depuis 300 ans. Autant dire qu’elle a eu le temps d’y réfléchir et cela ne la rend pas moins révoltée. Au contraire, elle a la rage au corps. Cette rage et ce mal-être qui explosent au fil des cases, dans des nuances de rouge orange.
Et si finalement, il suffisait de s’accepter et trouver un sens à son existence ?
Si l’histoire à fleur de peau est convaincante, la forme du récit l’est moins. Le parti pris trash est assez déstabilisant, voire agressif par moments. Je n’ai pas aimé le style de la narration, trop grossière et pleine de raccourcis.
Je ressors donc de cette lecture mitigée…

Philocomix

Standard

PhilocomixDe Jean-Philippe Thivet, Jerôme Vermer et Anne-Lise Combeaud
Paru chez Rue de Sèvres

10 philosophes, 10 approches du bonheur.
Le bonheur de Platon à Nietsche.

Chaque philosophe est présenté de façon claire et suffisamment concise, puis sa théorie est expliquée. Là encore, les explications sont très accessibles.

Le format BD contribue grandement à rendre le propos abordable. D’autant que les auteurs ont pris le parti de l’humour. Pour autant, humour ne rime pas avec vulgarisation facile ni avec raccourcis. Ici on réfléchit joyeusement comme l’annonce la jaquette.

Philocomix est un excellent ouvrage sur le thème. Un ouvrage comme on en rencontre peu et qui pourtant devrait se trouver entre les mains de tous les apprentis philosophes de terminale.

Pour ceux dont la terminale est déjà loin, la concision, la clarté et l’exhaustivité de ce livre ne peuvent que convaincre. Hop les lycéens, ce livre est idéal pour préparer votre rentrée dans la joie et la bonne humeur !

Le journal d’Aurore tome 2 (BD) – Rien ne va plus

Standard

LejournaldAurore2De Marie Desplechin
Co-scénariste et illustratrice Agnes Maupré
Couleurs Grégory Elbaz
Paru chez Rue de Sèvres

Rien ne va plus ! Au menu de ce deuxième album : vacances au camping, naissance du groupe de rock, tentative de fugue, premiers amours littéraires et pas que…Aurore, toujours aussi râleuse, excessive et attachante nous offre avec sa plume hilarante et son coeur tendre, les psychodrames de sa vie quotidienne d’adolescence où les sentiments s’entrechoquent…Rien de se passe comme prévu et ce n’est pas de tout repos !

On retrouve une Aurore toujours aussi râleuse et compliquée dans sa tête. Entre ce qu’elle aimerait faire, ce qu’elle pourrait faire et ce qu’elle fait vraiment, c’est le grand écart. Alors forcément, ça rumine un max. Et malgré son caractère de cochon, elle est tellement attachante !

Ce sont les tribulations d’une ado mal dans sa peau mais finalement pas si déséquilibrée que ça. Les montagnes russes émotionnelles, les excès en tout… Comme dans une vraie vie d’ado !

Ce tome est un peu la mue de la chenille pour devenir un beau papillon.