Category Archives: Romans graphiques & BD

Narcisse 2 et 3

Standard

De Chanouga
Paru aux éditions Paquet

Narcisse2Tome 2 – Terra Nullius

Qu’est-il advenu du jeune Narcisse, naufragé du Saint-Paul, abandonné aux antipodes de sa Vendée natale, laissé pour mort par ses compagnons d’infortune sur les rives Nord inexplorées de la Terra Nullius… aux portes d’un monde méprisé et redouté par ses contemporains ?
Le 30 septembre 1858, à 14 ans et 9 mois, Narcisse Pelletier, mousse de Saint-Gilles-sur-Vie, meurt sur les plages du Cap Direction, pour laisser place à Amglo, Aborigène Uuntaalnganu.

Ce tome relate le sauvetage de Narcisse par les arborigènes, son adaptation à un nouveau mode de vie, sa transformation. On le voit lentement prendre sa place, faire ses preuves et se créer une nouvelle vie. C’est un tome lumineux et positif dont la chute est d’autant plus brutale puisqu’Amglo est arraché à sa terre d’adoption.

Narcisse3Tome 3 – Vents contraires

Le 20 décembre 1875, Narcisse Pelletier, 31 ans, débarque à Toulon. Il a été ramené d’Océanie après avoir passé dix-sept ans auprès d’une famille aborigène. La foule curieuse l’observe, alors que les journaux le surnomment le sauvage blanc. Pour une France marquée par le colonialisme triomphant, il a commis l’impardonnable en abandonnant sa culture et sa civilisation.

Ce troisième volet aborde le retour de Narcisse. Dix-sept ans ont passé et surtout, il ne souhaitait pas retrouver sa vie antérieure. Il n’a pas demandé à être entravé par un tas de règles qu’il ne comprend plus et ne maîtrise pas. Il souffre et personne ou presque ne le voit. Pourtant il doit s’adapter car il n’a pas le choix. Le récit du retour au pays et à une vie “normale” est dur. On ne peut que ressentir la détresse de Narcisse et le regarder se débattre avec une boule dans la gorge.

La trilogie Narcisse nous livre une belle histoire. Sur la base de la vraie histoire de Narcisse, Chanouga brode avec style sa version des faits. Le texte va à l’essentiel, il raconte simplement et nous laisse réfléchir et juger, tout en gardant une part de mystère. Les images sont quant à elles grandioses et apportent énormément de poésie à cette aventure romanesque. Au-delà du récit lui-même, le lecteur peut être amené à s’interroger sur la liberté, les choix de vie, le respect de l’autre.

Béatrice

Standard

BeatriceDe Joris Mertens
Paru chez Rue de Sèvres

Béatrice prend chaque jour le train pour se rendre au travail. Dans la cohue de la gare, un sac à main rouge attire son attention. Jour après jour, à chaque passage dans la gare, il semble l’attendre. Succombant à sa curiosité dévorante, Béatrice, en emportant l’objet chez elle, ouvre les portes d’un monde nouveau…

Avec son grand format, sa couverture fourmillante de détails, son personnage rouge et son titre énigmatique, cette BD interpelle. On a immédiatement envie de la prendre en main. La quatrième de couverture n’est pas en reste pour finir de titiller le lecteur.
L’intérieur nous réserve une surprise de taille : il s’agit d’une BD sans texte ! C’est un pari audacieux relevé ici par l’illustrateur. Raconter une vraie histoire avec la seule force des images, ce n’est pas facile. Pari tenu ici car on suit le fil du récit sans problème. Celui-ci se déroule avec fluidité et ne souffre pas de l’absence de mots. Pour autant,  il est difficile de saisir un message sous-jacent en particulier. Volontairement, peut-être ? L’auteur semble avoir privilégié le récit, l’émotion et la poésie, mais aussi favorisé la suggestion, entretenant un certain mystère et laissant chacun libre d’interpréter ce récit à sa manière.

Les illustrations ultra détaillées sont éclatantes, avec cette dominante rouge magnifique qui sublime le tout et met le personnage principal en valeur. C’est un régal pour les yeux et l’imagination !

Miss Charity tome 1 – L’enfance de l’art

Standard

Miss CharityDe Loïc Clément et Anne Montel, d’après le roman de Marie-Aude Murail
Paru chez Rue de Sèvres

En 1880, Charity est une petite fille de la bonne société anglaise. Endeuillée par la mort de ses petites soeurs, sa famille lui accorde peu d’attention ; aussi se réfugie-t-elle auprès de sa bonne, Tabitha. Elle élève également des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope et apprend Shakespeare par coeur, espérant qu’un jour quelque chose rompra sa solitude.

N’ayant pas lu le roman de Marie-Aude Murail, je ne peux juger de la fidélité à celui-ci. Ce premier tome traite la tendre enfance de Charity. Avec des illustrations aux couleurs douces et des planches dans un esprit botanique naturaliste, ce roman graphique est très séduisant. La couverture raconte à elle seule une véritable aventure. Les illustrations foisonnent de détails, y compris celles qui ne concernent pas les sciences naturelles mais le fil de l’histoire.

Le récit sait rester simple et authentique tout en étant rythmé, intelligent et plein d’humour. Le propos est passionnant. L’ambiance est très sympa et on s’attache très vite à Charity, enfant solitaire et timide mais pleine d’allant.

C’est une très belle collaboration fine et délicate, pour une histoire pleine de tendresse et que l’on ait lu ou non le roman, cette adaptation graphique vaut le détour.

Les spectaculaires dépassent les bornes

Standard

Les spectaculaires4De Régis Hautière et Arnaud Poitevin
Paru chez Rue de Sèvres

Arsène Lupin a encore frappé ! Le célèbre gentleman cabrioleur s’est introduit dans le palais de l’Elysée et y a dérobé les documents secrets. Ce facétieux personnage a annoncé qu’il les remettrait au vainqueur du grand rallye automobile Paris-Berlin. Les Spectaculaires entrent donc dans la course, prêts à brûler les étapes pour récupérer les papiers volés et prendre Lapin au collet. Les cabrioles du monte-en-l’air lui permettront-elles d’échapper à nos fous du volant ? Pour le savoir, en voiture Simone, accrochez vos ceintures !

Le quatrième volet de cette saga n’est pas en reste et continue sur la digne et très convaincante lancée de ses trois prédécesseurs. Une nouvelle aventure ébouriffante et rocambolesque qui ne peut que réjouir les lecteurs de tous âges, rappelons-le, car le texte propose différents niveaux de lecture, permettant de s’adapter à l’âge du lecteur mais aussi de les lire et relire avec plaisir.

Le récit est donc enlevé et drôle, tout en finesse. L’intrigue est assez simple mais très dynamique. L’ambiance début 1900 est vraiment sympa et les personnages toujours aussi attachants. Enfin, les illustrations sont toujours aussi magnifiques et définitivement hautes en couleurs. Les spectaculaires marquent encore un point !

Retour à Killybegs

Standard

RetourKillybegsDe Pierre Alary d’après un roman de Sorj Chalandon
Paru chez Rue de Sèvres

Toute ma vie j’avais recherché les traîtres. et voilà que le pire de tous était caché dans mon ventre.

D’un point  de vue esthétique, ce roman graphique est une franche réussite avec une couverture absolument magnifique, à la fois mystérieuse et engageante… Les illustrations intérieures ne sont pas en reste, avec un découpage aéré pour laisser la place à l’histoire.

Je ne peux pas juger de la fidélité au roman ni donner un avis sur celui-ci mais tout comme pour le tome 1, le scénario graphique de Pierre Alary m’a totalement convaincue. Le lecteur est emporté, en marche avec l’Histoire, ballotté et réprime difficilement l’envie de pleurer en tournant la dernière page, après cette “parenthèse” irlandaise…
Le tome 2 finit donc d’enfoncer le clou, c’est une série coup de cœur, sans hésitation !

Bijoux graphiques de cette fin 2019

Standard

On voit de plus en plus de belles choses en BD. Le 9ème art nous gâte !!!

DraculaDracula
De Georges Bess
Paru chez Glénat

Le mythe du vampire tel que Bram Stocker nous l’a raconté fin 1800 reste d’actualité et continue de passionner. Ce nouvel opus de Georges Bess en est la preuve vivante ! Il nous propose sa version, en choisissant de rester fidèle au roman (ce ne sont en effet pas les versions et interprétations qui manquent !). Le texte, plutôt descriptif, ne surprendra donc pas les initiés. Pour autant, l’intrigue n’a pas pris une ride et reste dynamique et palpitante.

Les romantiques fans du film de Coppola ne s’y retrouveront pour leur part pas complètement car le réalisateur a de son côté pris pas mal de liberté par rapport à l’œuvre originale.

Georges Bess avait donc à surmonter deux écueils de taille : respecter un vieux livre mondialement connu et éviter de ressembler à tout ce que l’on a pu voir jusque ici sur ce sujet, films inclus. Pour cela, il a choisi des illustrations en noir et blanc, avec beaucoup de noir, très noir. Une ambiance sombre et ténébreuse mais pas le moins du monde lugubre qui sied tout à fait au sujet. Un style gothique séduisant soutenu par un découpage réussi, qui fait la part belle aux images. Les illustrations sont élégantes et raffinées. Elles ont juste ce qu’il faut où il faut et le lecteur en prend plein les mirettes, avec une méga claque visuelle !

couv25502423Les Indes fourbes
de Alain Ayroles et Juanjo Guarnido
Paru chez Delcourt

Il paraît que c’est l’événement BD de cette fin d’année voire de 2019. Résultat, j’ai attendu jusqu’à maintenant pour le lire car je me méfie comme de la peste des livres encensés.

Je ne regrette pas car il mérite l’engouement qu’il suscite. Ici aussi, on est sur un très beau livre : (très) grand format, une histoire consistante et longue, une couverture qui rappelle un tableau de maître. La classe !

Le récit est surprenant car il évolue au fil de la lecture, avec différents points de vue. Les détails et différents angles s’accumulent, se combinent, pour former une fresque historique rocambolesque et passionnante. Le lecteur est balloté d’un bout à l’autre. Les rebondissements sont nombreux… C’est tellement bien fait et riche que l’on croirait qu’il s’agit l’adaptation d’un roman ou d’une histoire vraie.

Les illustrations sont splendides et prolongent l’aventure, avec notamment des décors somptueux qui font voyager le lecteur. Et que dire de la colorisation, mamma mia, du grand art !

Merci à toi d’être venu jusqu’ici pour lire cet avis sur ces deux magnifiques BD. Je t’offre ce lien vers la mise en couleur d’une case des Indes fourbes. Enjoy !

https://www.youtube.com/watch?v=6xRRaJZ7_0M

Astrid Bromure – Tome 5 Comment refroidir le Yéti ?

Standard

Astrid Bromure5De Fabrice Parme
Paru chez Rue de Sèvres

La neige tombe. Impossible de mettre le nez dehors ! Astrid s’ennuie, personne ne veut jouer avec elle. À la radio, on annonce que le Yéti vient de s’échapper pendant son transfert au zoo. Astrid se met alors en quête de cet homme des neiges peut-être pas si abominable…

Chouette, un nouveau tome d’Astrid Bromure, la série BD jeunesse chic et choc super classe. Cette fois, c’est au Yéti que sera confrontée Astrid, à moins que ce ne soit l’inverse…

Les illustrations soignées et d’une grande élégance sont toujours un régal pour les yeux. Astrid reste pétillante au possible. L’humour et les petites réflexions intéressantes sont également au rendez-vous. Dans cette aventure, ses parents seront beaucoup plus présents. L’attitude de la mère devient, du coup, un poil too much. Parallèlement, le suspense est moins marqué, le rythme plus tranquille…
Ce tome est, pour moi, un cran en-dessous des précédents, malheureusement.