Monthly Archives: June 2015

La fille aux licornes

Standard

filleauxlicornesDe Lénia Major
Paru chez Talents Hauts

Ascane a été choisir pour devenir licornière du roi, au grand dam de Séber, le maître licornier, qui ne veut pas d’une fille parmi ses apprentis.
Aventureuse et tenace, la jeune fille, accompagnée de la licorne sauvage qu’elle a sauvée de la mort, va devoir traverser des terres hostiles et lutter contre des forces obscures pour sauver le royaume d’Ampleterre.

Voilà un gros roman qui en abrite trois. Trois romans en un !

Cela permet de suivre l’ensemble des aventures d’Ascane et des aventures, il y en aura. Tout d’abord, Ascane a été sélectionnée pour devenir apprentie licornière. Sachant que c’est une confrérie exclusivement réservée aux hommes, elle va devoir se battre pour prouver qu’elle a sa place à la forteresse. C’est une vraie héroïne, du début à la fin, qui saura tour à tour user de sa sensibilité féminine ou la gommer selon les circonstances. Une héroïne comme on les aime : fière, indépendante, courageuse, tenace.

La fille aux licornes est une belle saga avec tous les ingrédients qui vont bien : des héros formidables, des rebondissements, des surprises, un vrai gros méchant, des belles licornes, un royaume à sauver, des obstacles de taille, etc.

Un beau récit bien mené et parfaitement maîtrisé qui offre une lecture très plaisante ! C’est un énorme succès auprès de ma collégienne…

Advertisements

Félicien et son orchestre

Standard

Felicien et son orchestreTexte Sébastien Perez
Illustrations Etienne Friess
Editions Margot

Sans que Félicien ne sache trop pourquoi, l’orchestre s’était dissous et les ponts avaient été coupés.
«Pourquoi on ne voit jamais personne de la famille ?», demandait le garçon à chaque anniversaire et à chaque Noël.
Ce à quoi on lui répondait que cela ne le regardait pas.
Mais aujourd’hui, tout allait changer !

Ce grand album, avec une couverture qui invite à entrer, nous plonge dans l’univers de la famille de Félicien. Une famille normale, bien qu’un poil farfelue, avec des affinités, des tensions, des mystères et un sacré talent pour la musique. Un récit qui fait par conséquent résonner des tas de choses en nous.

Les personnages attachants et les magnifiques illustrations à la fois douces et colorées, parfaitement mises en valeur par le grand format, font de Félicien et son orchestre une belle réussite.

J’aime pas la danse

Standard

jaime-pas-la-danseDe Stéphanie Richard
Illustré par Gwenaëlle Doumont
Paru chez Talents Hauts

Moi, j’aime pas la danse.
Mais maman adore.
Alors tous les mercredis,
j’enfile mon tutu.
Mais j’aime pas les tutus.
Ça gratte et c’est rose.

Avant même d’ouvrir le livre, la couverture donne le ton. On va bien rigoler, aucun doute n’est permis !

Est-ce parce que je n’ai jamais été branchée danse, parce que ma fille ne l’est pas plus ? Je ne sais pas, mais je me suis bidonnée. Stéphanie Richard aborde le thème avec beaucoup d’humour. De l’humour fin, comme j’aime (oui, il faut bien aimer quelques petites choses tout de même !). Les illustrations de Gwenaëlle Doumont prennent parfaitement le relais, avec plein de petits détails bien trouvés.

Le tout donne un album désopilant et réjouissant !

Et au-delà, se pose la question du choix des activités et de l’influence des parents sur ce choix. Nos enfants ne sont pas des mini-nous, qu’on se le dise une bonne fois pour toutes ! À commencer par LA question qui tue (mais ce n’est pas la seule) : nos enfants doivent-ils obligatoirement passer par toute une kyrielle d’activités pour s’épanouir ? En cette période de fin d’année scolaire chargée, je vous laisse y réfléchir…

untitled