Monthly Archives: March 2016

Les petits orages

Standard

petits-oragesDe Marie Chartres
Editions Ecole des loisirs

Depuis un an, la vie de Moses Laufer Victor a changé. Il y a les signes extérieurs, la jambe blessée, les boutons qui explosent sur son visage comme des volcans, et la rage incontrôlée qui s’exprime comme elle peut. Il y a les choses qui restent en lui, les souvenirs de l’accident, les mots qu’il n’arrive plus à dire avec ses parents, qui sont comme des orages en dedans. Et puis, il y a tout ce que l’on ne connaît pas encore. Un jour, au lycée, arrive Ratso, un Indien. Il a ses secrets lui aussi, il a sa colère. Mais il a surtout besoin que Moses l’accompagne à Pine Ridge, pour rendre visite à sa soeur. Parce que chacun, à sa façon, doit sortir de sa réserve.

Ce roman pour grands ados, qui prend des allures de road-movie sur la seconde partie, associe un handicapé et un indien placé en famille d’accueil. Un duo improbable et pourtant… les personnages ne se sont pas trouvés par hasard. Et chacun fera avancer l’autre. Même si la communication semble parfois difficile, même si tout semble les séparer, même si leurs personnalités sont très différentes, ils font preuve d’une complémentarité pratique qui ne peut que mener vers le positif. L’issue n’est toutefois pas toute tracée et le lecteur ne saura pas trop jusqu’où cela le mènera (un très bon point, donc !)

Le roman n’a rien d’un documentaire mais toutes les parties consacrées aux indiens sont passionnantes et enrichissantes.
Avec un style finalement assez léger pour le sujet, Marie Chartres s’autorise de belles pointes d’humour qui ajoutent une dose de rocambolesque à l’intrigue…
Attention toutefois, la partie concernant la vie des indiens dans la réserve peut être un peu dure pour les plus jeunes lecteurs qui aiment les livres de grands.
C’est un roman plein de surprises, agréable à lire.

Advertisements

Clovis le magnifique

Standard

Clovis-le-magnifiueD’Hélène Suzzoni, illustrations Marion Arbona
Editions Les Minots

Clovis rêve de ciel bleu, d’amitié et d’aventures.
Et c’est bien dommage… parce que Clovis est un parapluie !
Qu’à cela ne tienne !
Clovis est prêt à braver jusqu’aux tempêtes pour s’ouvrir à la vie comme une fleur au soleil…

 

Dans cet album, il est question de convenances, de principes, de rôle à tenir, en l’occurrence, le rôle d’un parapluie. Forcément, Clovis, notre petit héros parapluie n’a pas envie de se plier à tout cela et a des rêves fous qu’il se donnera la peine de réaliser pour surtout ne pas suivre une voie toute tracée et, bien sûr, faire ses propres choix.
Un message d’ouverture et de ténacité, donc, délivré par un héros un poil agaçant par moments (car finalement assez insatisfait), ce qui le rend presque humain !

Les poétiques aventures du petit parapluie feront rêver le lecteur, de même que la chute exotique.
Les belles illustrations de Marion Arbona apportent quant à elles couleurs, vivacité et élégance à cette histoire…

Tor et le troll

Standard

TorDe Thomas Lavachery
Paru chez l’Ecole des loisirs

Bientôt le printemps. Dans la forêt de Skogsfür, les gnomes s’apprêtent à donner leur grande fête annuelle au lac de l’Ours. Six jours et six nuits de festivités ! Tor n’a qu’une envie : y assister. Pourtant ses parents le lui ont interdit : le lac est ensorcelé, la forêt est peuplée d’une foule de créatures bien peu recommandables. En voilà une, déjà, avec des yeux plus grands que des assiettes, un nez gigantesque, des dents et des ongles tout noirs : un troll ! Mais Tor n’est pas du genre à se laisser impressionner par le premier troll venu…

Un roman pour jeunes lecteurs qui a l’avantage d’être construit comme un vrai roman et non pas une histoire longue.
Le personnage principal ne manquera pas de plaire : audacieux, téméraire, intrépide, un vrai héros !
Le cadre devrait faire des émules également, sur fond de légendes nordiques.
Les jeunes lecteurs partiront avec plaisir à la rencontre du troll et des gnomes de tout poil.
Enfin, ce qui ne gâche rien, c’est bien tourné et drôle, tout en ménageant quelques moments de tendresse. Le texte est de qualité tout en restant suffisamment simple. Parfait pour les 7-10 ans, donc !

La Passe-miroir – Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune

Standard

la-passe-miroir-livre-2-les-disparus-de-clairdeluneDe Christelle Dabos
Paru chez Gallimard jeunesse

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Comme j’avais lu le premier tome il y a un certain temps déjà, j’ai décidé de le survoler avant de m’attaquer au 2 et puis finalement, je l’ai relu d’un bout à l’autre, avec autant de plaisir que la première fois. J’ai replongé tête la première dans cet univers fantastique fascinant agréablement rétro et englouti les deux tomes dans la foulée. Le second est la suite immédiate du premier. Là où on a laissé Ophélie, on la retrouve. Exactement. Il est donc préférable de les lire à la suite.

Cette fois-ci, on se familiarise avec la vie au Pôle, les intrigues de la Cour, les illusions d’optiques, les luttes de pouvoir. Un schéma complexe continue de se dessiner sans pour autant apporter de frustration. Il se passe énormément de choses dans ce second tome qui est déjà une belle aventure à lui tout seul. L’intrigue et l’écriture sont parfaitement maîtrisées, c’est un régal absolu ! Magistral !

La série a son site dédié, ici http://www.passe-miroir.com/index.php?id=0

Blood family

Standard

BloodFamilyD’Anne Fine
Paru chez l’Ecole des loisirs

Il revient de loin, Edward. Jusqu’à l’âge de sept ans, il a vécu enfermé dans un appartement avec sa mère, sous l’emprise d’un homme alcoolique et violent. Lorsqu’il est délivré de son bourreau, il peut enfin découvrir le monde qui l’entoure. Mais est-il libre pour de bon?

Recueilli par les services sociaux, puis ballotté de famille d’accueil en famille d’adoption, Edward se construit en tentant d’oublier son passé. Mais au fil des années ce passé le suit pas à pas et ne cesse de se rappeler à lui. La force, le courage et la volonté lui suffiront-ils pour lui échapper?

Un livre très fort, qui vous colle un uppercut dans l’estomac.
On est happé dès le début et ensuite tout s’enchaîne.

L’alternance de points de vue des différents personnages est intéressante et permet d’éviter la monotonie. Du coup le rythme est soutenu et le lecteur souvent surpris. Il a accès au décor et à l’envers du décor. Un parti pris très judicieux de la part de l’auteure !

L’histoire assez extrême au départ ne ménage pas non plus le lecteur. C’est tellement « réel », que cela fait froid dans le dos. Une histoire bouleversante, qui n’interdit pas complètement l’espoir, sans mentir…

Ce livre m’a rappelé la ridicule expression « bon sang ne saurait mentir » et son pendant « mauvais sang ne saurait mentir ». On ne part pas tous égaux mais quand c’est possible, à chacun de se prendre en main et d’agir en faisant fi de la « fatalité ». Ce n’est pas facile de trouver sa place et on se construit souvent seul mais c’est important de savoir se mettre en question. Si on peut trouver les réponses, tant mieux.