Monthly Archives: November 2017

Roslend 2 – Trisanglad

Standard

De Nathalie Somers
Paru chez Didier jeunesse

La seconde Guerre mondiale fait rage. Il existe un monde parallèle au destin similaire. Seul le jeune Lucan peut y accéder et agir…

  1. Deux ans après ses exploits à Londres, Lucan est envoyé à Stalingrad. Sa nouvelle mission : empêcher la ville de tomber aux mains des allemands en menant la bataille à Trisngald, dans l’Alter Monde.
    Heureusement, la pétillante Catriona l’accompagne pour veiller sur lui.
    De retour dans l’autre monde, Lucan compte bien lever le voile sur sa véritable identité. Mais un personnage aux sombres desseins est prêt à tout pour l’en empêcher…

Une petite mise en situation en “préface” et hop c’est parti !
On retrouve nos personnages préférés avec plaisir. L’intrigue reste palpitante, avec des rebondissements, des imprévus, des conflits et un peu de tendresse. Tout ce qu’il faut pour maintenir le lecteur en éveil et en alerte ! Les parties dans l’Ego Monde sont très bien documentées. Celles de l’Alter Monde sont passionnantes…

Ce tome 2 est un vrai régal et laisse planer le mystère sur le tome 3. Il est prenant, bien écrit et fait preuve d’une grande originalité. Un parcours sans faute pour le moment !

Advertisements

Mais… C’est pas juste !

Standard

De Stephanie Blake
Paru chez l’Ecole des loisirs

Simon et Ferdinand sont amis.
Le récit démarre sur un jeu, un jour quelconque.
On comprend immédiatement la nature de la relation entre les deux amis : Ferdinand commande et Simon exécute.

Lorsque Simon tente de rééquilibrer leur relation, il se heurte à la phrase imparable des cours de récré “sinon je ne suis plus ton copain”. En général, il n’y a rien à répondre à cet ultimatum. D’ailleurs les enfants qui usent et abusent de ce petit chantage affectif l’ont bien compris.
La solution viendra du petit frère de Simon, Gaspard. Tout simplement parce que les plus jeunes disent les choses telles qu’ils les pensent…

Un album intéressant et malicieux qui ne manquera pas de faire réfléchir tout en prenant du bon temps pendant la lecture.

Là où tombent les anges

Standard

De Charlotte Bousquet
Paru chez Gulfstream

Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l’épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l’exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir.
Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. 
C’est l’occasion pour Solange de s’affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s’organisent peu à peu sans les hommes…

Ce roman sur fond historique décrit l’évolution de Solange et le quotidien des femmes pendant la Première Guerre mondiale. Leur vie est décrite avec réalisme mais sans pathos, ce qui permet de mieux s’immerger dans l’histoire. Un point de vue différent des récits de guerre habituel, puisqu’il s’attache non pas au front, mais aux personnes qui survivent à l’arrière.

Les personnages principaux sont essentiellement féminins, de caractères et de milieux très différents. Le récit alterne des passages racontés, des lettres et des passages vus par Solange, ce qui donne du rythme. Le texte est dense et bien documenté, agréable à lire.

L’évolution de Solange est très intéressante. Même si elle reste mesurée, époque oblige, c’est une véritable révolution (dans un gant de velours)…

Un roman intense et fort, qui pousse à la réflexion.

Le mystère Vandam Pishar

Standard

D’Anne-Gaëlle Balpe
Paru chez Ecole des loisirs

Un nouveau est arrivé à l’école en plein hiver. Il s’appelle Vandam Pishar. Il prétend qu’il vient d’Inde. Pourtant, il parle très bien français. Il marche comme un robot et garde toujours ses gants, même en classe. Pourtant, il paraît qu’il est champion de ski. Il affirme aussi qu’il n’a pas le temps de se faire des amis. Pourtant, il a l’air de s’entendre très bien avec la maîtresse remplaçante. On dirait vraiment que Vandam Pishar vient d’une autre planète. Une autre planète ? Et pourquoi pas ?

Milo est ses copains, à l’imagination débordante mènent l’enquête… Parce que quand même le nouveau, là Vandam Pishar, il est franchement louche. Et de là à imaginer que la maîtresse est de connivence avec lui, il n’y a qu’un pas. Devant la perspective d’un complot à grande échelle, nos héros n’hésitent pas à prendre tous les risques.

Construit comme un “petit” polar, parfaitement à hauteur d’élèves de primaire, tant par le thème, l’environnement et le style d’écriture suffisamment simple, ce petit roman séduira sans aucun doute les jeunes lecteurs qui vivront des aventures passionnantes et trépidantes le temps de cette aventure. Les rebondissements les mèneront sans effort jusqu’au bout.

Proies faciles

Standard

De Miguelanxo Prado
Traduction Sophie Hofnung
Paru chez Rue de Sèvres

Espagne, aujourd’hui. Un homme est retrouvé mort dans son appartement : meurtre, suicide ou simple arrêt cardiaque ? L’inspectrice Tabares et son adjoint Sottilo prennent l’affaire en main. Ils sont vite dépassés quand surgit chaque jour un nouveau cadavre, sans lien apparent avec les précédents. Seraient-ils face à un nouveau cas de tueur en série ?

Quand la crise financière broie les simples citoyens mais récompense de millions d’euros les plus cyniques, la violence surgit et s’étend à toute la société. Une seule certitude, elle ne se trouve jamais là où on l’attend.

92 pages de BD sur un thème ma foi peu courant. Un thriller lié à la finance. La quatrième de couverture nous annonce même un “polar social”. Voilà un intitulé réjouissant.

Effectivement, on est sur une vraie structure de polar classique, avec un couple d’enquêteurs, une ambiance policière marquée, des morts qui s’enchaînent. L’intrigue fonctionne bien, tout en restant assez simple, avec une tension qui monte en puissance en raison de l’impuissance des policiers. Le fond social et donc, le message politique est omniprésent, ce qui est logique puisque c’est le point de départ de toute cette affaire !

Même si le dénouement n’est pas une surprise, il est rare de voir un polar aussi convaincant en version graphique. La performance de l’auteur mérite donc d’être soulignée. Et le graphisme, très esthétique mais sans esbroufe, colle parfaitement au thème ! Peut-être est-ce justement le graphisme qui donne cette force à l’ensemble…