Monthly Archives: June 2019

Brexit romance

Standard

BrexitDe Clémentine Beauvais
Paru chez Sarbacane

Juillet 2017. Marguerite Fiorel, 17 ans, jeune soprano française, se rend à Londres avec son professeur Pierre Kamenev, pour chanter dans Les noces de Figaro. Ils croisent Justine Dodgson, créatrice d’une start-up secrète nommée Brexit romance dont l’objectif est d’organiser des mariages blancs entre Français et Anglais, afin que ceux-ci obtiennent le passeport européen.

Ce roman jeunesse combine avec habilité humour et profondeur, sensibilité et légèreté… En effet sous couvert de récit farfelu et rocambolesque, on aborde plusieurs thèmes incitant à la réflexion, à commencer par tout ce qui touche à la politique.

Il n’est pas facile de rentrer dans cette histoire au départ. Cela se fait petit à petit mais comme le livre est assez volumineux, le lecteur a le temps de prendre son temps ! Le récit est assez farfelu et le parallèle entre les anglais et les français, mais aussi les traductions littérales sont très drôles. Cela m’a particulièrement amusée, peut-être parce que je suis linguiste et que j’ai habité au Royaume-Uni. De plus, cette lecture spéciale Brexit était parfaite en période d’élections européennes  et reste tout à fait d’actualité, à l’heure où le gouvernement anglais patauge avec le Brexit.

S’il ne surpasse pas Les petites reines (qui reste ma référence pour cette autrice), Brexit romance est un fort sympathique roman.

Advertisements

Leurs enfants après eux

Standard

Leurs enfants après euxDe Nicolas Mathieu
Paru chez Actes sud

Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour mer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d’Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage.

Quelle étrange lecture. Je ne saurais dire si j’ai aimé ou détesté, tant j’ai été bousculée. J’en suis ressortie avec une gueule de bois, un goût amer dans la bouche et une petite déprime.

Ce n’est pas un page-turner et pourtant ce roman est difficile à lâcher. Peut-être parce que tout peut basculer d’un moment à l’autre dans cette histoire sur le fil et que toutes les issues sont possibles ? Peut-être parce que ce texte fait vibrer des cordes sensibles ? Peut-être parce que ce texte donne tour à tour envie de sourire ou de pleurer ? Peut-être parce qu’il est impossible de se voiler la face sur la situation de notre jeunesse ? Et puis même si ce n’est pas un récit d’action, le rythme est quand même dynamique et le récit palpitant et plein de rebondissements qui tendent pourtant vers une fin amère. Amère, parce que tellement réelle. Ici on parle de la vraie vie et ça fait mal !

Finalement, cette tranche de vie des années 80 a cela de terrible qu’elle semble annoncer ce qui ne tourne pas rond dans les années 2015-20 : une montée de l’individualisme et des partis extrémistes, des jeunes paumés, des vies gâchées à turbiner, une société incapable de tenir ses promesses, un mal-être général qui s’installe et traîne en longueur, la désillusion…

C’est un excellent roman, qui a amplement mérité son Goncourt et autres sélections.

Un putain de salopard, tome 1 Isabel

Standard

Un putainDe Loisel et Pont
Paru chez Rue de Sèvres

Max, qui vient d’enterrer sa mère, se retrouve avec pour héritage deux photos d’elle et lui enfant quand ils vivaient au Brésil. Sur chacune d’elles, un homme différent. L’un d’eux serait-il son père ? Il plonge sur les traces de son passé, vers un camp forestier en Amazonie. Mais ses rêves d’aventure et d’exotisme buteront vite sur la réalité de cette jungle des années 70. Il découvre un territoire gangréné par la violence, les réseaux de prostitutions, et la loi du plus fort. Il s’appuiera sur un joyeux trio déluré dont deux infirmières françaises, et surtout sur une jeune brésilienne muette, Baïa, indispensable guide. Dans la moiteur tropicale de cet environnement hostile, chacun poursuit ses buts et tente de survivre.

Parfois il suffit d’un rien pour décider d’ouvrir un livre et le lire ou non : un mot dans le titre, un truc qui interpelle, un détail de l’image, etc. Ici, le titre m’a fait hésiter. En revanche, je trouvais la couverture très belle. La quatrième a fait pencher la balance, sans regrets.

C’est un tome 1 donc l’histoire ne se termine pas, mais elle est très dense, avec une belle ambiance, une intrigue complexe et de l’aventure ! La mise en place du récit est vraiment bien, on est très vite dans le bain. Les auteurs savent embarquer le lecteur et à la fin de ce tome 1, une chose est certaine, on est partis pour une belle aventure !

Vivement la suite !

Le petit Nicolas a 60 ans !

Standard

Le petit nicolas fait la feteLe petit Nicolas fait la fête
De Goscinny et Sempé
Paru chez Imav

Pour fêter en beauté ses soixante ans, Le Petit Nicolas vous invite à son anniversaire. Pour la première fois, une sélection des aventures du Petit Nicolas sont publiées dans une édition collector. Grand format, reliure cartonnée, et abondantes dorures inscrivent ce chef d’œuvre parmi les grands classiques de la littérature jeunesse. Voici les dix plus belles histoires autour d’un thème unique et joyeux, la fête. Peut-on rêver plus jolie surprise pour fêter le soixantième anniversaire de la création du Petit Nicolas ?

Quelle belle idée de sortir un recueil du petit Nicolas aussi beau ! Sur le thème de la fête en plus… Les histoires ont été très bien choisies (c’est toujours un régal) et l’objet en lui-même est magnifique : couverture cartonnée d’un beau rouge, avec des ornementations dorées et un petit ruban pour marquer sa page. Ça en jette ! Les histoires sont forcément un peu datées mais toujours pleines d’humour. Mon histoire préférée : Le repas de famille.

Le petit Nicolas Cahier-de-Dein-AnimeLe petit Nicolas – Cahier de dessin animé
De Goscinny et Sempé
Paru chez Editions animées

Aux côtés des textes originaux de Goscinny, les dessins de Sempé, une fois coloriés, s’animent pour créer un film dont l’enfant est le réalisateur.

Un nouveau concept pour ce hors série original : deux histoires du Petit Nicolas au format album, avec de grandes images à colorier. C’est une super idée en soi. Il est ensuite possible de télécharger une appli qui permet d’animer les images coloriées. Je trouve ça super sympa aussi, mais je n’ai pas pu tester car mon matériel vieillissant ne me le permet pas, hélas ! Dommage car j’aurais vraiment aimé voir le résultat.

L’adoption tome 1 Quinaya

Standard

L_adoption1De Zidrou et Arno Morin
Paru chez Bamboo

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Les personnages sont très attachants, notamment la petite Quinaya, le grand-père bourru et ronchon à souhait et les Gégés, bien sûr ! L’histoire est touchante et très tendre. Le récit n’en fait pas trop et pourtant tout est là, entre les mots prononcés et les non-dits. Tout sonne très juste. Les images lumineuses sont très belles et contribuent à renforcer le plaisir de lecture.
Un petit bémol toutefois, le rebondissement final, qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, et aurait, pour moi, mérité d’être plus développé ou amené différemment pour prendre sa place.

Il n’en reste pas moins que cette BD est très réussie !
Cap sur le tome 2 !

Le vallon du sommeil sans fin

Standard

le vallonD’Eric Senabre
Paru chez Didier jeunesse

Le détective des rêves Banerjee et son fidèle assistant Christopher doivent résoudre une bien étrange énigme : plusieurs clients d’une résidence thermale sont plongés depuis quelques jours dans un sommeil aux rêves agités, dont personne n’arrive à les réveiller. Plus inquiétant encore, des témoins affirment que les victimes ont été attaquées par une Ombre qui semble tout droit sortie des Enfers…
Les enquêteurs ne sont pas au bout de leur cauchemar !

J’ai retrouvé avec plaisir Arjuna Banerjee et Christopher Carandini. Cette nouvelle aventure toujours so british reprend bien sûr les ingrédients de base du premier mais part assez rapidement sur son propre récit. L’histoire est originale, passionnante, avec une dimension humaine intéressante. Elle peut se lire indépendamment.
Une belle aventure pour détectives de l’étrange.

Très bon deuxième tome, suffisamment palpitant et rocambolesque pour conserver le caractère du premier et lui faire honneur, tout en se démarquant. Les bases sont posées pour une belle série !

Aquarium

Standard

AquariumDe David Vann
Traduit de l’américain par Laura Derajinski
Paru chez Gallmeister

Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme.

J’avais lu Sukkwan Island il y a quelques années, du même auteur. Si Aquarium est plus abordable, la plume de David Vann est toujours aussi incisive et le récit noir et oppressant. On retrouve d’ailleurs des similitudes entre ces deux romans. Cette fois-ci, ce sont une mère et sa fille qui sont au cœur de l’histoire et la pression exercée sur l’enfant est tout aussi terrible. Mais les similitudes s’arrêtent là.

David Vann maîtrise parfaitement la psychologie des personnages. Il a la capacité d’immerger le lecteur et de l’amener exactement où il veut…

Ce récit est dur et très poignant. Âmes sensibles s’abstenir. Après cette lecture, il m’a fallu une petite pause de lecture pour digérer, mais peut-être est-ce justement là le propre d’un bon roman ?