Category Archives: Romans jeunes lecteurs

Le pèse-claques

Standard

Le pese claquesDe Mathilde Lossel
Paru chez Didier jeunesse

« Vos enfants vous mentent ? Vos enfants font d’énormes bêtises ? Vous en avez assez de vous faire mener en bateau ? Grâce au Pèse-claques, justice sera faite de façon MA-THÉ-MA-TIQUE. Sachez que la machine ne se trompe jamais ! »
Quelle machine ? Le Pèse-claques du génial M. Kamlott, pardi. Très vite les parents sont accros, ils envoient leurs enfants recevoir leur juste punition et applaudissent au spectacle. Pour la jeune Tabatha, il n’est pas question de se laisser faire ! La rébellion des enfants est en marche…

Cet album fait partie de la collection Mon marque-page et propose donc un marque-page détachable sur le rabat de couverture, ce que je trouve toujours aussi génial.

La couverture aux couleurs vives donne envie de l’ouvrir. Le récit est d’ailleurs agrémenté de quelques illustrations. C’est parfait pour l’âge cible !

L’histoire est rigolote et très dynamique.

Le fond est quant à lui un peu étrange : les parents se délectent de voir leurs enfants punis (en public !) et en redemandent. Dans cette histoire, les parents sont démissionnaires : lorsque la machine tombe en panne, les enfants peuvent faire autant de bêtises qu’ils le souhaitent… Le reste du temps, ils s’en remettent à la machine. Côté enfants, les bêtises et le franc-parler sont rois.
Lorsque l’on voit quel est le quotidien des enseignants de collège, on peut raisonnablement se demander si un tel contenu est raisonnable, même à vocation humoristique…

Pour autant, cette lecture en famille nous a beaucoup amusés, comme quoi on peut rire de tout !

Advertisements

Le lapin qui portait malheur

Standard

lelapinDe Sandrine Bonini
Illustrations Amélie Graux
Paru chez Didier jeunesse

Nine, la soeur de Romain, est décidément trop forte. Elle a réussi à convaincre ses parents d’adopter un nouvel animal domestique. Bob, le lapin albinos, fait l’unanimité. Mais bientôt une série de catastrophes s’abat sur la famille. Et si Bob était un lapin… porte-malheur ?
Désormais tous les moyens sont bons pour s’en débarrasser.

Racontée par Romain, cette petite histoire du quotidien pour jeunes lecteurs est très sympa.
Humour, rebondissements, imagination, conspirations, tout y est !

Le contenu devrait être à même de captiver le lecteur tout neuf et l’enthousiasmer jusqu’au bout. Le dénouement est d’ailleurs très bien trouvé.

De quoi donner le goût de la lecture ou le confirmer.

Les fondus de l’Arctique

Standard

Les fondusD’Erwan Seznec
Illustrations Vincent Bourgeau
Paru chez L’Ecole des loisirs

Merci qui ? Merci les panés Celcius !

Antoine Delamoute et trois autres collégiens ont remporté le premier prix du concours organisé par une célèbre marque de poissons panés. Les voilà embarqués pour un mois à bord d’un navire en partance pour le Groenland. Encore faut-il l’atteindre !

Le roman s’ouvre sur le chapitre “Concours de circonstances” et c’est parti pour 136 pages de pur bonheur.
Les bons mots se bousculent, on rit même franchement pendant cette lecture. On a envie de citer à haute voix ces passages succulents, parce qu’un humour aussi fin, ça se partage. Ce serait presque un livre à lire à plusieurs, à haute voix, entre copains…
D’ailleurs c’est tellement bien écrit, que cela s’adresse à tous les âges. Ici, la lecture n’a pour l’instant épargné que le rat de bibliothèque. Mais la souris et les souriceaux (oui oui, même la lycéenne) ont dévoré et adoré Les fondus de l’Arctique.

Le récit est loufoque, farfelu à souhait et imprévisiblement palpitant…

Je crois qu’il n’y a rien à ajouter, si ce n’est que c’est un monumental coup de cœur (au cas où vous ne l’auriez pas compris), chaudement recommandé par La valse des pages !

Chien pourri – Le pop up !

Standard

Chienpourri_popupDe Colas Gutman et Marc Boutavant
Paru chez l’Ecole des loisirs

Chien Pourri et son ami Chaplapla en ont assez de jouer au Monopourri sur leur vieille serpillière. Pourquoi n’iraient-ils pas visiter Paris, si un camion poubelle veut bien les prendre en stop ? A eux les merveilles de la capitale, ils vont toutes les visiter, de Notre-Drame au métropolichien, sans oublier les égouts, bien sûr…

Pour la première fois en version pop up, Chien Pourri a mis le paquet !
L’histoire existe en version standard, il s’agit de Chien pourri à Paris. Comme dans tous les chiens pourris, l’humour est très grinçant, voire glaçant par moments. Le récit, farfelu comme il se doit, est émaillé de bons mots et d’expression détournées. Quiproquos, rebondissements, tous les ingrédients de la série sont réunis pour une visite de Paris comme vous ne l’avez jamais vu, stimulant au passage la curiosité du lecteur.

Ce qui change surtout ici, c’est l’écrin. Avec ce pop up soigné, on passe côté beau livre. Très beau même. Les illustrations en volume qui se déplie sont superbes et grandes. Toutes  les pages ne proposent pas de pop-ups. Il y a aussi des images “animées” plus simples, notamment avec des tirettes. Cerise sur la poubelle, un plan de Paris format affiche est inclus !

Chienpourri_popup2

Si Chien Pourri vous plait, il en existe déjà un certaine nombre. Le dernier en date, Chien Pourri fait du ski vous permettra de prolonger votre saison de ski ou de préparer la prochaine. Tout un programme hilarant à l’hôtel du vieux chat laid de Chameaunix !

Chienpourri_ski

Les histoires de la récré – Ma nounou a des yeux derrière la tête

Standard

Écrit par Eric Chevreau
Illustré par Claire Wortemann
Paru chez Hatier jeunesse

La nounou d’Adémar entend à travers les murs. Elle est rapide comme l’éclair, elle a des yeux derrière la tête. Impossible de faire des bêtises !

Il s’agit d’une première lecture à partir de 5-6 ans “je commence à lire tout seul”.
Le texte est court, rythmé et écrit bien gros pour accompagner le lecteur novice dans son apprentissage. Et à la fin, il y a un petit questionnaire à choix multiples pour prolonger la lecture et voir si on a bien tout compris.

L’histoire ne manquera pas d’amuser les lecteurs. Qui n’a pas un jour envisagé que ses parents ou sa nounou aient des super pouvoirs et surtout des yeux derrière la tête ?!! Les illustrations sont sympas.

Tout est là pour séduire le petit lecteur.

Le mystère Vandam Pishar

Standard

D’Anne-Gaëlle Balpe
Paru chez Ecole des loisirs

Un nouveau est arrivé à l’école en plein hiver. Il s’appelle Vandam Pishar. Il prétend qu’il vient d’Inde. Pourtant, il parle très bien français. Il marche comme un robot et garde toujours ses gants, même en classe. Pourtant, il paraît qu’il est champion de ski. Il affirme aussi qu’il n’a pas le temps de se faire des amis. Pourtant, il a l’air de s’entendre très bien avec la maîtresse remplaçante. On dirait vraiment que Vandam Pishar vient d’une autre planète. Une autre planète ? Et pourquoi pas ?

Milo est ses copains, à l’imagination débordante mènent l’enquête… Parce que quand même le nouveau, là Vandam Pishar, il est franchement louche. Et de là à imaginer que la maîtresse est de connivence avec lui, il n’y a qu’un pas. Devant la perspective d’un complot à grande échelle, nos héros n’hésitent pas à prendre tous les risques.

Construit comme un “petit” polar, parfaitement à hauteur d’élèves de primaire, tant par le thème, l’environnement et le style d’écriture suffisamment simple, ce petit roman séduira sans aucun doute les jeunes lecteurs qui vivront des aventures passionnantes et trépidantes le temps de cette aventure. Les rebondissements les mèneront sans effort jusqu’au bout.

Le cœur en braille (nouvelle version)

Standard

De Pascal Ruter
Paru chez Didier jeunesse

Au collège, Victor a plus de talent pour cacher le papier toilette des filles que pour résoudre une équation. Son quotidien, c’est surtout éviter les punitions et trainer avec son copain Haïçam en mangeant des loukoums.

Mais un jour sinistre de contrôle de maths, Marie déboule dans sa vie, avec un secret bien caché derrière ses boucles rousses et ses chaussettes ultra blanches. De quoi chambouler tout l’univers de Victor…

Il s’agit d’une nouvelle version du roman, adaptée aux jeunes lecteurs, dans la collection Mon marque-page.

Même s’il a été simplifié, le récit reste “intact” dans le sens où il n’y manque rien (ou en tout cas rien qui saute aux yeux). Cette version est indiquée à partir de 9 ans. J’ajouterais très bons lecteurs. Par ailleurs,  je pense que cela intéressera surtout les jeunes collégiens qui pourront se projeter par rapport à leur environnement quotidien. Pour les élèves de primaire, cela restera peut-être encore un peu abstrait.

Pour ma part, j’ai retrouvé avec plaisir cette histoire pleine d’humour, de sensibilité, de délicatesse et de subtilité. Cela fonctionne  toujours aussi bien.