Monthly Archives: October 2016

Le cœur est un muscle fragile

Standard

Mise en page 1De Brigitte Smadja
Paru chez L’Ecole des loisirs

Simon Peretti, quinze ans et demi, photographe de nuages, amateur de hard métal, d’Érik Satie et d’Eminem, a des centaines d’amis sur Facebook depuis qu’il est devenu le type le plus populaire du lycée. Celui qui a réussi à conquérir la fille la plus mystérieuse du quartier, une terreur, une légende. Nul doute, on les a vus, on les a pris en photo. Ils veulent tous la connaître, réclament à Simon leur dose d’images et de commentaires. Surtout Léonard et Nessim. Ne se connaissent ils pas depuis toujours, ne sont-ils pas frères ? Simon refuse d’en dire davantage, protège une histoire qui n’appartient qu’à lui et à la fille qu’il vient de rencontrer. Bientôt, il parlera à ses amis d’enfance, mais pas maintenant. Pourtant, il suffit d’un week-end pour que le monde de Simon Peretti s’effondre. Pour qu’il assiste, impuissant, à son lynchage numérique. Pire, Léonard et Nessim ne font rien pour arrêter ce carnage. Comment en sont-ils arrivés là tous les trois et justement ce lundi où il s’apprêtait à leur présenter la fille qu’il aime le plus au monde ?

Ce roman aborde le thème de l’amitié. Rester amis et unis en grandissant parfois dans des directions opposées… vaste sujet sur lequel tout un chacun a quelque chose à dire. C’est certainement pour cela qu’il reste un sujet très présent en littérature  pour ados. Souvent, ce sont des amitiés de filles mais là il s’agit d’amitiés de garçons et ça, c’est chouette parce que les garçons eux aussi ont de belles amitiés, il n’y a pas de raison.

Les trois compères souffrent du dérapage de leur amitié et de non dits en cachotteries, ils assistent presque impuissants à l’escalade, muselés par leur environnement. L’adolescence complique tout, les filles encore plus. Et sans parler du sacro saint Internet !

C’est plutôt bien vu et le roman est agréable à lire. De plus, la fin surprend !

Petit bémol toutefois, pour moi, le comportement des collégiens et la liberté totale dont ils bénéficient décrits ici s’apparentent plus à des lycéens tout de même. Des parents comme ceux de Simon n’ont en général pas encore complètement capitulé au collège (tant mieux !).

Advertisements

Contes et héros, premières lectures sur le thème de la mythologie

Standard

Les éditions Hatier jeunesse proposent une série de premières lectures pédagogiques. La collection comporte trois niveaux : 5-6 ans, 6 ans et 6-7 ans, clairement identifiés sur la quatrième de couverture et la couverture. Ainsi chaque petit lecteur peut trouver chaussure à son pied.

Le format (souple) est assez classique tout en étant de bonne qualité.
La police d’écriture est grosse pour faciliter le déchiffrage et les mots compliqués sont expliqués dans le mini dico de la fin, pour mettre toutes les chances de son côté.
Le thème est top ! C’est une excellente idée de proposer des ouvrages sur la mythologie en premières lectures.
Et pour apprendre en s’amusant, chaque double page comporte une illustration et une petite question qui allie jeu et pédagogie. En bonus, un jeu des 7 erreurs à la fin du livre.

icareIcare, l’homme-oiseau
Texte Hélène Kerillis
Illustrations Hervé Flores

Les illustrations sont très agréables et l’auteure maîtrise son sujet.
Même si l’histoire et le thème sont intéressants, le texte manque de fluidité et donne l’impression que la pédagogie a pris le pas sur le récit. C’est dommage !

pegasePégase, le cheval ailé
Texte Hélène Kerillis
Illustrations Annette Marnat

Les illustrations sont ici aussi agréables, avec une touche dynamique. Elles constituent un vrai plus et incitent le lecteur à rêver et réfléchir.
Le texte est intéressant et parfait pour l’âge cible. L’histoire passe bien, avec des péripéties sympathiques.
Celui-ci est une belle réussite car il parvient à combiner plaisir de lire et pédagogie.
C’est mon préféré !

Trop grande trop petite

Standard

trop-grande-trop-petite-zoomTexte Pog
Illustrations Mélanie Fuentes
Editions Les Minots

Quand un petit frère arrive dans la famille, cela bouleverse l’ordre des choses, surtout pour sa grande sœur qui ne se sent pas si grande que ça.
Elle n’est plus le centre des regards et de demande où se situe sa place, dans ce monde qui n’est jamais à la bonne échelle.

Dans la vie, on est souvent trop ceci ou pas assez cela, c’est un fait. Et finalement, cela commence jeune !
Cet album nous livre les états d’âme du petit personnage. L’arrivée d’un bébé à la maison, qui vient bousculer l’ordre établi, est toujours délicat. Tout change, on doit s’adapter et trouver sa place. Un petit raz-de-marée domestique…
Les illustrations, à la fois douces, colorées et espiègles accompagnent parfaitement le texte et le prolongent. Les compositions renforcent l’idée d’exclusion, jusqu’au merveilleux câlin final.
Le personnage principal, la petite fille, est très attachant.

Un livre agréable à feuilleter.

Le dernier songe de Lord Scriven

Standard

le-dernier-songe-de-lord-scrivenD’Eric Senabre
Paru chez Didier jeunesse

Connaissez-vous Banerjee, le stupéfiant Sherlock Holmes des rêves ?

Assisté du fidèle Christopher Carandini, il mettra ses facultés exceptionnelles au service d’une enquête épineuse, aux ramifications complexes. Confondre un tueur en série, se perdre dans l’au-delà… rien ne leur sera épargné !

Ce roman mêle enquête et espionnage. On pourrait anticiper un rythme plan-plan avec cette histoire de rêves mais tout cela est tellement surprenant que ce genre de considération est très vite oublié. Bien au contraire, c’est tout sauf mou et convenu.
Bref, c’est épatant !

L’ambiance so british vintage ajoute beaucoup de charme à ce récit qui pourrait intéresser les plus jeunes, à condition que le vocabulaire et les tournures soutenus ne les rebutent pas.

Madame Bovary

Standard

madame-bovaryDe Gustave Flaubert
Éditions des Saints Pères

Il s’agit d’une édition particulière de ce célèbre roman.

Ce coffret rouge et or soigné combinant agréablement esthétique et simplicité offre en effet la reproduction du manuscrit original de Madame Bovary. Rien de moins !

C’est un très bel objet qui mérite d’être feuilleté avec respect. Il s’adresse tout particulièrement aux amoureux de la littérature “classique”. Le texte est difficile à déchiffrer par endroits mais c’est passionnant de voir les ratures et les ajouts, les hésitations, les modifications, le cheminement de l’auteur.

Pour autant, avec son grand format et ses 4 kilos, il risque de ne pas trouver sa place dans toutes les bibliothèques mais qu’importe, quand on aime, on ne compte pas !