Category Archives: Uncategorized

Les blessures du silence

Standard

lesblessuresdusilenceDe Natacha Calestrémé
Paru chez Albin Michel

Amandine Moulin a disparu. Son mari évoque un possible suicide. Ses parents affirment qu’elle a été tuée. Ses collègues pensent qu’elle s’est enfuie avec un amant. Une succession de témoignages contradictoires qui ne collent pas avec la description qui est faite de cette mère de trois petites filles. Qui croire ? Qui manipule qui ? Connaît-on vraiment la personne qui vit à ses côtés ?

Ce roman est construit comme une enquête mais finalement, entre les chapitres intercalaires en flashbacks de la vie d’Amandine Moulin, le côté un peu atypique des policiers et les à-côtés personnels de ceux-ci, on est assez loin d’un policier traditionnel.

L’auteure nous livre une analyse très approfondie (et qui me semble pertinente) de harcèlement psychologique domestique, se posant ainsi en fiction divertissante (la lecture coule toute de seule et le récit est passionnant) suffisamment plausible pour être vraie (il n’y a qu’à se pencher sur les faits divers pour le constater) tout en donnant des clefs et conseils aux personnes susceptibles d’être concernées. J’ai en effet l’impression que ce roman se veut également informatif et pourquoi pas, soyons fous, curatif.

Bravo à Natacha Calestrémé pour cette belle réussite. Ce beau roman marquera sans aucun doute les esprits…

Advertisements

Mon traître

Standard

Mon traitreDe Pierre Alary
D’après un roman de Sorj Chalandon
Paru chez Rue de Sèvres

Antoine, luthier parisien se prend d’amour pour l’Irlande. Fasciné par sa culture, ses paysages et par la chaleur des gens, le jeune français rencontre Jim et Cathy qui deviendront des amis précieux. Tous font partie du mouvement républicain irlandais, et mènent des actions pour le compte de l’IRA . Un soir à Belfast, il fait la connaissance du charismatique Tyrone Meehan, responsable de l’IRA, vétéran de tous les combats contre la puissance britannique. Antoine ne tarde pas à embrasser la cause de ce peuple. Captivé, le jeune Français trouve en Tyrone un mentor, un ami très cher, presque un père. Puis un traître… « Mon traître », comme l’appelle Antoine, pour désigner cet homme qui fut en réalité, vingt-cinq ans durant, un agent agissant pour le compte des Anglais. Il les avait tous trahis, ses parents, ses enfants, ses camarades, ses amis et lui, chaque matin, chaque soir…

Je n’ai pas eu envie de parler tout de suite de ce roman graphique après ma lecture tellement je l’ai trouvé fort. Il m’a d’abord fallu un petit temps de “digestion”…

Les adaptations de romans au format graphique sont plus ou moins réussies. Celle-ci est particulièrement superbe. Pierre Alary a su extraire l’essence du roman et la transcrire. Le récit est passionnant et prend aux tripes. Ici, le lecteur ne se sent pas du tout voyeur comme c’est parfois le cas pour les récits témoignages.

Évidemment, le thème de la trahison parle à tout le monde. Mais il y a tellement plus que cela dans ce livre… Il y est question d’amitié, d’amour, de racines, de justice (ou d’injustice), de courage. Le fait que cette trahison s’inscrive dans des faits historiques, en Irlande renforce la puissance du thème. On est happé dès les premières pages. On est en Irlande.
Les illustrations sont en adéquation parfaite avec le récit (avec une couverture superbe). Elles reflètent la rudesse de la situation et la fierté des irlandais.

Vous l’aurez compris, j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce roman graphique qui est donc pour moi une parfaite réussite.

J’ai perdu Albert

Standard

Jai perduDe Didier van Cauwelaert
Paru chez Albin Michel

« Je suis la voyante la plus en vue du pays et, depuis hier midi, je ne vois plus rien. » 

Pourquoi, après vingt-cinq ans de cohabitation, l’esprit qui hante Chloé l’a-t-il soudain quittée pour sauter dans la tête d’un garçon de café, Zac, apiculteur à la dérive qui ne croit en rien ? La situation est totalement invivable, pour elle comme pour lui, d’autant que cet esprit qui s’est mis à le bombarder d’informations capitales et pressantes n’est autre qu’Albert Einstein…

Petite comédie légère qui se lit bien.
J’ai perdu Albert est loufoque à souhait.

Si j’ai apprécié l’humour et la drôlerie de la situation de départ, ainsi que son évolution, j’ai ensuite regretté que cela parte un peu dans tous les sens sur la fin. À un moment on perd un peu le fil logique et c’est dommage…

Pour autant, c’est une petite lecture rapide et agréable qui ne marquera certes pas les esprits, mais remplira tout à fait sa vocation de divertissement (sans connotation péjorative aucune !).

Quatre sœurs – Tome 4 Geneviève

Standard

Quatre soeursDe Cati Baur d’après le roman de Malika Ferdjoukh
Paru chez Rue de Sèvres

Dans ce quatrième et dernier tome, tous les cœurs battent la chamade au rythme d’un été plutôt mouvementé ! Geneviève vend des glaces sur la plage, et fond pour Vigo, le beau ténébreux aux manières très singulières. Hortense et Enid jouent à Robinson sous les toits de Paris. Quant à Bettina, partie camper en compagnie de Denise et de Béhotéguy chez une cousine invisible, elle essaie d’oublier Merlin…
Charlie, elle, ne sait absolument plus où son cœur se pose…

Un dernier tome aux accents estivaux (donc encore tout juste de saison, cette année !). La discrète Geneviève sera ici au centre du récit. Elle imprimera sensibilité et délicatesse à ce tome. À la Vill’Hervé, la vie palpite plus que jamais… Et les cœurs aussi ! On retrouve toutes les sœurs Verdelaine avec grand plaisir pour une ultime tranche de vie qui se termine sur une note résolument optimiste. Cela permet au lecteur de fermer ce dernier livre de la série sans pincement.

Cette série est une belle adaptation des romans, très réussie. Elle se clôture parfaitement avec ce quatrième tome.

Le Paris des merveilles, tome 1 Les enchantements d’Ambremer

Standard

Paris des merveillesDe Pierre Pevel
Paru chez Bragelonne

Paris, 1909. La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes… et une ligne de métro relie la ville à l’OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer. Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. L’affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers: un puissant sorcier, d’immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l’association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien…

Un roman qui allie fantasy et Belle époque : un mariage très heureux !
L’univers est par conséquent riche et original.
L’intrigue est elle aussi à la croisée de plusieurs catégories : un fond d’histoire, une dose de fantasy et une louchette d’enquête “vintage”. Elle ménage de l’action et des rebondissements, pour tenir le lecteur en haleine.
Les personnages sont quant à eux très attachants et de fort tempérament.

Tout cela donne un excellent moment de lecture, avec un roman qui, même s’il ne date ni d’hier ni d’aujourd’hui, renouvelle résolument la littérature de l’imaginaire. D’autant que l’on sent qu’il y a encore un bon potentiel à développer !!!

Le monde de Lucrèce, tome 1

Standard

Le monde de LucreceDe Anne Goscinny
Illustrations Catel
Paru chez Gallimard jeunesse

Cette année, Lucrèce fait sa grande rentrée en 6e. Pas facile quand on a une mère archi débordée, un beau-père qui vous pique vos devoirs de maths, un demi-frère geek, un père artiste très abstrait et une grand-mère qui se prend pour une star de cinéma… Par bonheur, il y a Aline, Coline et Pauline : entre Lucrèce et les Lines, c’est amies pour la vie !
Entre copines, bestioles de compagnie et drôle de famille, la vie loufoque et tendre d’une nouvelle héroïne pleine de malice.

J’ai trouvé ce roman mignon. C’est assez drôle, ça se veut léger. Il peut aider les collégiens tout neufs à dédramatiser. La famille de Lucrèce est sympathique et donne une ambiance cool….

Pour autant, il donne l’impression d’être vu de l’extérieur, de façon un peu décalée, alors qu’il est sensé donner un point de vue de l’intérieur justement : le ressenti et la vie de Lucrèce au collège. C’est assez dérangeant. L’utilisation abusive du terme “loufoque” m’a par ailleurs un poil irritée. Disons que les premières fois, ça fait sourire, mais ensuite, c’est un peu too much.

Petite déception, donc sur ce roman jeunes lecteurs qui reste néanmoins agréable à lire même si, pour moi, il n’a pas tenu toutes ses promesses.

The end

Standard

The EndDe Zep
Paru chez Rue de Sèvres

Dans le cadre d’un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C’est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra, hélas trop tard, que ces événements sonnent l’alerte d’un drame planétaire ?

C’est assez court mais plutôt bien mené et totalement maîtrisé. On devine progressivement ce qu’il va se passer. Il n’y a pas de surprise majeure, jusqu’à l’épilogue. A priori, l’idée n’est pas de surprendre le lecteur mais de l’amener à réfléchir sur la place de l’Homme dans la nature et donc sur la Terre.

L’histoire est intéressante et prenante, je n’avais encore pas rencontré le thème “apocalyptique” dans un roman graphique. Tout cela avec les Doors en musique de fond, suggestion musicale totalement dans l’ambiance !

Les images sont soignées et très belles. J’avoue que la couverture très flashy m’a fait un peu peur mais il faut toujours mieux se faire une idée concrète plutôt que de juger hâtivement. Eh bien, je confirme que ça valait totalement le coup d’ouvrir ce livre ! La sobriété des couleurs de l’intérieur donne une ambiance étrange, parfaitement dans le ton.

C’est profond, c’est beau et ça mérite absolument d’être lu !!!