La longue marche des dindes

Standard

La longue marcheDe Kathleen Kaar
Traduction Hélène Misserly
Paru chez L’Ecole des loisirs

Plus personne ne peut vous dire comment les bons élèves du cette école de campagne du Missouri ont occupé leurs vacances d’été 1860? Non. Le seul qui soit resté dans les mémoires, c’est Simon Green, le pire élève de toute l’histoires des États-Unis d’Amérique.
Cette année-là, les dindes avaient tant pondu qu’elles valaient des clopinettes. A Denver, à mille kilomètres d’ici, on bâtissait à tour de bras, et rien à se mettre sous la dent. Là-bas, ils étaient prêts à payer une dinde cinq dollars. C’est bien simple : à peine sorti de l’école, Simon a fait ses comptes. A acheté mille dindes. Et s’est juré de faire fortune avant la fin de l’été.

Un peu de littérature feelgood pour ados !

Un personnage principal attachant dont le caractère heureux lui permettra de traverser les épreuves avec philosophie tout en se faisant des amis… Un récit qui aurait pu être linéaire et ennuyeux mais est au contraire plein de facéties et de rebondissements. Une ambiance western très réussie. Des vrais indiens. Quelques moments très délicats.
Autant d’ingrédients qui garantissent un bon roman et une lecture agréable !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s